Breaking Benjamin revient avec son album spécial « Aurora »

0
250

Deux ans après leur album Ember en 2018, le groupe Breaking Benjamin revient avec Aurora, un album composé de réinterpérétations de certains de leurs plus grands titres. Réussite ou flop total ? On vous dit tout.

Pour la plus grande joies de leurs fans de la première heure, le groupe nous offre un album aux sonorités plus matures, plus travaillées, à la limite du métal symphonique, avec des « special guests »,tels que Michael Barnes (RED) ou Spencer Chamberlain (UNDEROATH) pour ne citer qu’eux,pour revisiter leurs titres les plus emblématiques. Il ne compte qu’une chanson originale, écrite pour l’album.

On démarre tout de suite avec la tracklist de cet album. Pour les nons initiés ou les nostalgiques, vous pourrez faire le parallèle entre les deux chansons pour lesquels vous trouverez à chaque fois un lien d’écoute.

1-So cold — Chanson originale sur l’album « We are not alone » (2004)
Une version accoustique de leur titre emblématique où on peut retrouver l’ambiance mélancolique du titre original, avec plus de douceur toutefois, même si cette reprise n’enlève rien à la force de cette chanson.
Originale    —    Aurora Version

2-Failure — Chanson originale de l’album « Dark Before Dawn » 2015
Là encore une version plus calme que l’originale, en duo avec Michael Barnes (du groupe RED), dont la voix apporte une réelle plus value à la chanson, une profondeur supplémentaire à la version de l’album « Dark Before Dawn » déjà émouvante.
Originale    —    Aurora Version

3-Far away — Titre original de l’album Aurora (2020)
Le titre original de cet album marque clairement la volonté du groupe d’une retour aux sources. On retrouve Breaking Benjamin comme la plupart d’entre nous l’ont connu, lors de notre adolescence. Différent de par ses sonorités plus symphoniques, tout en étant vraiment similaire à leurs univers éthéré habituel, le duo de Benjamin Burnley et Scooter Ward (Cold) s’écoute tout seul.
Originale

4) Angels Falls — Chanson originale de l’album « Dark Before Dawn » (2015)
Une reprise symphonique de cet hymne à l’espoir qui parle de ne jamais abandonner quelques soient les obstacles qui se présentent. Déjà, excellent sur l’album « Dark Before Dawn » mais plus énergique à l’époque, la version Aurora montre un certain changement dans la manière d’affronter l’adversité, passant d’une tenacité brute à une force tranquille, mais non moins puissante.
Originale    —    Aurora Version

5) Red Cold River — Chanson originale de l’album Ember (2018)
En duo avec Spencer Chamberlain (Underoath), rendant ce titre très métal symphonique avec des sonorités puissantes et mélodieuses. La version 2018 ne m’avait pas convaincue réellement, mais cette réinterprétation m’a conquise par sa puissance.
Originale    —    Aurora Version

6) Tourniquet — Chanson originale de l’album Ember (2018)
Reprise totalement différente, aux sonorités orientales, invitant au voyage, là encore plus enveloppante, plus éthérée, presque onirique. Moins vindicative et brute que la version originale, elle vous emmènera dans des contrées lointaines.
Originale    —    Aurora Version

7) Dance with the devil — Chanson originale de l’album Phobia (2006)
Plus langoureuse et mélancolique que l’originale, les violons apportent un côté symphonique à la version originale de cette chanson que j’adore depuis des années. Une reprise magistrale, avec en featuring Adam Gonthier, du groupe Three Days Grace, sans conteste l’un des groupes que j’ai le plus écouté dans mes années lycée. Un véritable cadeau pour tous les ados torturés, que nous étions à l’époque !
Originale    —    Aurora Version

8) Never again — Chanson originale de l’album « Dark Before Dawn » (2015)
Encore un titre de l’album « Black Before Dawn », aux sonorités plus délicates cette fois, parfaite représentation de l’album qui mêle la force brute et la lourdeur de leur style habituel avec une tranquillité certaine, n’enlevant rien à l’impact de leurs chansons.
Originale    —    Aurora Version

9) Torn in two — Chanson originale de l’album Ember (2018)
Sans doute la chanson la plus énergique de l’album qui marque un réel fil conducteur se poursuivant avec celle ci.
Originale    —    Aurora Version

10) Dear Agony — Chanson originale de l’album éponyme (2009)
Un mélange incroyable entre la douceur de la voix de Lacey Sturm (ex chanteuse de Flyleaf) et la puissance de celle de Benjamin Burnley, qui termine l’album en apothéose.
Originale    —    Aurora Version

Avis :

Si l’album Ember m’avait laissé sur ma faim, voir même déplu à certains moments, Aurora marque pour moi le retour de Breaking Benjamin aux sources, avec une volonté d’évoluer en même temps que leur public de la première heure. On pourrait déplorer le manque de nouveaux titres, car l’album tient plus de l’album bonus que réellement d’un album studio plein de nouveautés. Espérons que cela annonce un nouvel album, et leur retour en studio pour de nouveaux titres de la même qualité que cet album hommage.

La note :

7/10