Review : Foals – Everything Not Saved Will Be Lost Pt. 1

0
1056

Le cinquième effort de Foals nous parle de fin du monde et de perte de notre environnement, le sujet est dense, mais la qualité est-elle au rendez-vous ?

Résultats de recherche d'images pour « everything not saved will be lost foals »

La bande de Yannis Philippakis nous a fait attendre plus longtemps que d’habitude avant de sortir son cinquième album. Le groupe s’est passé de producteur pour les deux parties de Everything Not Saved Will Be Lost, dont la première partie est sortie le 8 mars dernier. Alors qu’en est-il de cet album ?

On commence par des morceaux relativement calmes, Moonlight, premier morceau de cette première partie, est très contemplatif et donne l’impression de dévoiler les instruments un par un, additionnant aux instruments habituels de Foals des nappes de claviers qui se superposent magnifiquement. On enchaîne ensuite sur le premier single de l’album, Exits. Ce morceau dépeint une dystopie post-apocalyptique dans laquelle les humains sont cloîtrés sous terre, le tout dans une atmosphère anxiogène. Son clip (que vous pourrez trouver à la fin de cet article) semble dépeindre des relations inter étatiques qui auraient causé cette dystopie. Foals se montre ici sombre pour mieux avertir ceux qui se croient encore dans un « endless summer », un été sans fin.

L’album prend un premier tournant avec le très punchy White Onions. En effet, ce morceau aux guitares à la fois acides et boueuses vient secouer cet album qui commençait calmement. Cet « instant classic » rappelle à la fois le son dansant du premier album du groupe (Antidotes), et celui plus lourd de l’album précédent (What Went Down). Vient ensuite le très dansant, presque disco, In Degrees qui est à mon sens le meilleur morceau de cet album tant au niveau des paroles que de la musique. Les paroles parlent évoquent cette fois le changement des relations en ce XXIème siècle, les gens se parlant à travers des « glass doors » que sont les téléphones portables, et les relations se fanant à distance. Or ce morceau à la structure très dansante est fait pour rassembler les gens, les rapprocher dans une dans effrénée. Le paradoxe entre les deux fait que selon moi ce morceau est le meilleur de l’album.

Syrups vient casser ce rythme dansant avec une basse presque martiale, suivie d’une forte montée en puissance. Selon l’interview du groupe dans NME, ce morceau serait le résultat d’une « jam session » entre les musiciens, et le résultat est vraiment sympa ! Le deuxième single, On The Luna, revient à une ambiance dansante et rock, avec des paroles nostalgiques, avertissant du danger des extrêmes. Le morceau est moins simple qu’il n’y paraît, et il faut l’écouter plusieurs fois pour se rendre compte de sa complexité.

L’étonnant Café D’Athens vient ensuite intriguer par ses instruments notamment. En effet, l’instru du morceau est majoritairement composée de marimba, de xylophone et de vibraphone, avec par-dessus la voix quasi fantomatique de Yannis Philippakis. C’est l’OVNI de cet album. Le troisième single issu de l’album, Sundays est à nouveau un morceau très fort de l’album. Son début quasi contemplatif, qui évoque la mer, parle de jeunes qui ne se rendent pas compte de l’apocalypse imminente, préférant blâmer les précédentes générations, mais alors que le morceau s’emballe, ils se rendent compte de leur erreur. Niveau instruments, on passe de très calme et contemplatif à dansant et puissant, avant de terminer avec le dernier morceau de l’album : I’m Done With The World And It’s Done With Me. Ce dernier morceau, composé de piano, de légers claviers et de la voix triste de Yannis Philippakis, sonne comme une résignation, voire un abandon face à l’horreur du monde, face à la pluie et agit comme un cliffhanger  en attendant la partie 2 de ce double album, qui sortira cet automne.

En conclusion, on a là un album profond, beau et puissant qui n’a pas fini de livrer des secrets, et qui est, à mon avis, un instant classic dans la discographie de Foals et un ciment qui fait que celle-ci est dorénavant totalement cohérente. Du grand art, bravo !

9/10

Review par Valentin Sappy.

L’album est disponible ici et dans les points de vente habituels.

Vous trouverez ci-dessous les vidéos de White Onions et Exits.