In Flames met le Feu à Toulouse (oui j’ai osé faire cette blague…)

0
1696

C’est pas souvent qu’In Flames passe en France. C’est encore moins souvent qu’ils passent à ToulousePozzo Live était présent pour cette date exceptionnelle regroupant Light The TorchNorma Jean et In Flames!

C’est donc Light The Torch qui ouvrira le bal ce soir. Nouveau groupe de l’ancien chanteur de Killswitch EngageHoward Jones, ce groupe oeuvre dans le metalcore. Un metalcore simple et efficace, rappelant beaucoup son ancien groupe, Killswitch Engage. Il alterne les parties chantées et les parties screamées avec une facilité déconcertante. Rien de bien révolutionnaire musicalement, mais ça fait le café. Et ça prend plutôt bien avec le public. N’étant pas fan du style, ça ne sera pas le groupe qui me marquera ce soir, mais leur performance est à saluer!

Setlist :

  1. The Bitter End
  2. Calm Before The Storm
  3. Lost In The Fire
  4. Virus
  5. Consume The Damned
  6. The Safety Of Disbelief
  7. Die Alone

 

On enchaîne avec les américains de Norma Jean, dont la présence est particulièrement appréciable! En effet, Norma Jean tourne peu en France et cela faisait un bon moment qu’on ne les avait pas vu dans le sud. Sur scène, c’est un véritable raz-de-marrée de puissance. La musique est agressive, le scream est brutal, les instruments sont violents. Il est d’ailleurs plaisant de voir que de nombreuses personnes dans le public connaissent les paroles et chantent avec le groupe. On peut même distinguer les premiers pogos de la soirée!

Les titres s’enchaînent et le concert va crescendo: plus on avance, plus c’est puissant! Tout le monde semble conquis, et le groupe se donne à fond pour faire apprécier sa musique. Ça marche plutôt bien! Le concert se terminera en apothéose destructrice lorsque les membres du groupe commenceront à jeter leurs instruments sur la batterie, avant d’eux même se jeter sur la batterie. Cette batterie sera ainsi maltraitée, portée, jetée aux quatre coins de la scène. Le chanteur volera un pied de cymbale et frappera la-dite cymbale de toutes ses forces avec son poing! Les guitares larsenent, la basse vrombissante résonne, et la batterie essaie tant bien que mal de survivre! Le groupe quittera la scène dans ce chaos organisé, laissant derrière eux un joyeux bordel que les techniciens nettoieront en 5 minutes… L’habitude sûrement!

Setlist :

  1. I. The Planet
  2. Everyone Talking Over Everyone Else
  3. Synthetic Sun
  4. Funeral Singer
  5. Disconnecktie: The Faithful Vampire
  6. The Anthem Of The Angry Brides
  7. 1,000,000 Watts
  8. Sword In Mouth, Fire Eyes
  9. If You Got It At Five, You Got It At Fifty
  10. Deathbed Atheist

 

Viens maintenant le tour d’In Flames d’entrer en scène sous les applaudissements de la salle entière. Et dès le premier morceau, on est sous le choc de la puissance du son! Je ne sais pas si c’est dû au volume ou si les musiciens ont rendu leur son plus agressif qu’en studio, mais ça dépote bien plus que sur CD! Le public est en folie, trop heureux de voir les suédois à Toulouse… Ça n’arrive pas souvent. Les pogos vont bon train: circle pitwall of death, ou juste pogos normaux, le public se donne à fond. De la même façon, ces derniers chantent avec le groupe, connaissent les paroles… Bref, on sent bien qu’In Flames est un groupe toujours autant aimé et que ce n’est pas près de changer!

Musicalement, comme je le disais plus haut, c’est surpuissant. Le son est d’une qualité irréprochable, on entend tous les instruments distinctement et il en va de même pour le chant. La setlist est également bien choisie puisqu’elle fait honneur aux morceaux les plus violents du groupe. Ou alors est-ce dû au son, comme évoqué plus haut? Je ne sais pas, mais une chose est sûre, c’est que c’est très violent! Vocalement, il y a une large dominance de scream et que peu de chant clair, ce qui contribue au côté ravageur de la musique.

Sur scène, les musiciens sont assez expressifs. Björn, à la guitare solo, livre des solos d’une main de maître, soutenu par un spot lumineux pile au dessus de lui qui ne manque pas de l’éclairer dès que le solo approche. Anders, au chant, monte sur l’espèce de rampe installée sur le devant de la scène pour se rapprocher du public. Le jeu de lumière est assez sympa d’ailleurs. La scène est entourée de murs de spots qui enrobent la scène de lumière. La seul soucis, c’est que les musiciens sont souvent à contre jour… Galère pour les photos, mais il faut s’adapter!

Le concert se terminera sous les applaudissements et les cris d’une foule en délire. C’était un très très bon concert! Mention particulière à la puissance sonore qui, je le répète, m’a paru bien plus violente que sur CD. C’était bien plus agressif et ce soir, plus que jamais, In Flames a mérité son statut de chef de file du mouvement death metal mélodique européen!

Setlist :

  1. Voices
  2. Everything’s Gone
  3. Pinball Map
  4. Where the Dead Ships Dwell
  5. Call My Name
  6. Monsters in the Ballroom
  7. All for Me
  8. (This Is Our) House
  9. Deep Inside
  10. Here Until Forever
  11. The Chosen Pessimist
  12. Burn
  13. Leeches
  14. Colony
  15. My Sweet Shadow
  16. The Truth
  17. I Am Above
  18. Cloud Connected
  19. The Mirror’s Truth
  20. The End

Et en prime, une petite vidéo réalisée par nos soins durant ce concert!