[Interview] Cancer Bats prennent le contrôle de l’interview !

0
452

On a pu interviewer Mike et Liam de Cancer Bats cet été à l’occasion de leur passage au Motocultor Festival, et on vous retranscrit aujourd’hui ce moment très sympa avec clairement un des groupes les plus cool qu’on ait interviewé. Liam prend d’ailleurs le contrôle de l’interview dès le début ! Bonne lecture !

Liam : On y va, c’est parti ! Comment se passe ta journée, mec ?

Pozzo Live : Super et toi ?

Liam : Je vais super pour le moment, et toi Mikey ?

Mike : Fantastique !

Liam : Quel était ton moment préféré du festival ?

PL : Eh bien votre concert !

Liam et Mikey : OUAIIIIIIS ! La bonne réponse !

PL : Vous êtes le seul groupe que j’ai vu pour le moment aujourd’hui.

Liam : Vraiment ? Moi aussi ! J’ai vu que notre set pour le moment.

Mikey : J’ai vu le groupe de folk metal qui a joué avant nous, j’ai trouvé ça génial.

Liam : Ouais j’ai vu le groupe de folk metal qui a joué avant nous, je les ai trouvés cool aussi, mais je ne connais pas leur nom.

PL : Vous allez voir d’autres groupes aujourd’hui ?

Liam : Non, on va faire ces interviews, on a un tas d’interview à faire, puis on va dîner et on va conduire jusqu’à Paris parce que Mike doit rentrer au Canada en avion.

PL : Comment était le concert pour vous ?

Liam : C’était super !

Mike : Ouais c’était ouf !

Liam : J’était très content que mon corps fonctionne, car j’étais super fatigué.

Mike : Ouais on a joué au Chemin Du Rock (c’était Cheminées Du Rock, ndlr) hier soir à… C’était où déjà ?

Liam : Aucune idée. A cinq heures d’ici. Donc on s’est levés à 7h du matin et on a conduit 5 heures jusqu’ici. Mikey a conduit.

Mike : Je me suis levé à 6h30, j’ai pris une douche, j’ai pris le café de l’hôtel, je suis entré dans le van et j’ai conduit 5 heures d’affilée !

Liam : Pour être honnête, je me suis levé à 6h50, je n’ai pas pris de douche, j’ai juste pris un café.

PL : Et qu’est-ce que vous avez fait avant le concert ?

Mike : On a conduit !

Liam : Ouais on est arrivés littéralement une heure avant. Je me suis étiré, on s’est tous étirés en fait.

Mike : Ouais on avait assez de temps. J’ai installé ma batterie, on s’est étirés, on a essayé de faire fonctionner nos corps, les machines qu’ils sont…

Liam : Les « rock machines » !

Mike : On y a mis de l’huile…

Liam : On les a démarrés… On a pris un pain au chocolat. J’étais prêt !

PL : Donc vous dites pain au chocolat, pas chocolatine ?

Liam : Ouais je dis pain au chocolat. « C’est cholocatine » ? (en français dans le texte, ndlr)

PL : Il y a un débat en France !

Liam : VRAIMENT ?! C’est pain au chocolat, mec ! Chocolatine, c’est plus un mot que ma grand-mère utilise ! (toujours en français, ndlr)

PL : Avez-vous une anecdote sur cette tournée ?

Liam : Oh c’est dingue, on a joué à ce festival, et on a conduit 5 heures et on était super fatigués, on est arrivés genre une heure avant notre set, et j’ai juste pris un pain au chocolat en arrivant, et puis on a DÉCHIRÉ ! C’était dingue ! J’ai vachement parlé français, les gens ont adoré…

PL : Quels groupes vous inspirent en ce moment ?

Liam : Turnstile.

Mike : Rush.

Liam : Power Trip.

Mike : Propagandhi.

Liam : Oathbreaker.

Mike : Mastodon.

Liam : Razor.

Mike : Propagandhi. Neil Young.

Liam : Neil Young. Sick Of It All.

Mike : Sacrifice.

Liam : Rage Against The Machine.

Mike : Black Sabbath.

Liam : Black Flag.

PL : Peut-être les Beastie Boys aussi ? (on les relance parce que cette vanne n’a visiblement pas assez duré, ndlr)

Liam : Beastie Boys.

Mike : Black Sabbath.

PL : Vous avez fait une pause avant de sortir The Spark That Moves, pourriez-vous nous parler un peu de cette période ?

Liam : Mikey a eu un bébé. Mikey avait beaucoup de sexe sans protection, et ça a résulté en un bébé. Coup de bol le sexe sans protection était avec sa femme. Et ils ont eu un bébé, donc c’est pour ça qu’on a pris du temps. Puis on a écrit l’album rock de notre vie !

Mike : On a commencé à écrire avant d’avoir le bébé. Je savais qu’on aurait un bébé.

Liam : On a un peu pris notre temps.

Mike : Ouais on a pris notre temps pour juste trouver l’inspiration, faire quelque chose d’autre. On est dans ce groupe depuis plus de dix ans et on trouvait que peu de choses nous enthousiasmait encore, donc on a été faire des trucs nazes comme de la construction.

Liam : « On a dû faire des trucs nuls comme baiser » (il imite Mike, ndlr) ! On a tous fait un peu notre truc, j’ai fait beaucoup de moto, Scott a commencé à enregistrer, je suppose que c’est là qu’il a commencé à enregistrer, Jay a commencé la menuiserie, et on faisait un peu tous notre truc.

Mike : Jay et moi on a fait un album avec un chanteur folk un peu indie rock, c’était très cool. Et je pense qu’on se sentait tous bien et enthousiastes, et ma femme et moi on savait évidemment qu’on allait avoir un bébé. Parce que c’était genre un mois avant, on a fait une poignée de concerts de Bat Sabbath, et on a commencé à écrire l’album autour de ce moment-là. On avait tous des idées, des riffs, donc on s’est réunis environ une semaine avant les shows de Bat Sabbath, et on a commencé à l’écrire en mars 2017. Puis on n’a pas enregistré l’album avant janvier 2018 donc on a passé genre 8 mois à écrire.

Liam : On a plutôt commencé à écrire en été je pense.

Mike : Mais je pense que les riffs avaient commencé à sortir à ce moment.

Liam : Il y avait des riffs, tu vois ? (il prend une voix de frimeur, ndlr)

PL : Il est sorti comme album surprise. Comment on garde le secret pour un truc énorme comme ça ?

Liam : On était vraiment à fond pour le finir à temps pour l’anniversaire des 10 ans de Hail Destroyer. Donc le secret n’était pas dûr à garder . Parce qu’on l’a fini peut-être trois semaines un mois avant de le sortir. Oh non peut-être que c’était quand on l’a fait presser. Mais j’avais un mois de boulot.

Mike : Je pense que le truc c’est qu’on l’a sorti nous-mêmes, donc on a juste bossé tout le temps, et on en parlait tout le temps à plein plein de gens. Mais juste pas à la presse. Tu sais on parlait aux publicistes, aux fabricants, aux artistes… L’album était fini et on l’a dit à tout le monde, on l’a juste gardé secret pour nos fans.

Liam : Mais l’album était fini genre mi février, et il est sorti en avril. On a fini d’enregistrer la première semaine de février puis il a été mixé et masterisé.

Mike : On a fini de l’enregistrer et on a direct été en Australie en tournée pour jouer 5 shows, et on a mixé l’album en Australie. Puis c’était juste le faire presser et distribuer, les relations publiques… On a fait des vidéos pour l’album. Il y avait tellement de boulot et on était super occupés.

Liam : Donc il n’y a pas eu de période d’attente.

Mike : Pas de période sur Twitter à se demander « comment je fais pour ne pas leur dire ? ». T’es trop occupé pour faire ça.

PL : Vous l’avez sorti vous-mêmes, en quoi vous sentiez-vous plus libre ?

Liam : C’était génial, on a pas eu  à passer par de l’administration, ou que d’autres gens approuvent quoi que ce soit. C’était genre moi et Mike à dire « ça c’est cool, ça c’est cool, faisons-le ». Donc on a tout fait super vite ! Genre le pressage, c’était en moins de 2 mois !

Mike : Ouais on l’a fini en 6 semaines, parce que les gars du pressage m’appelait s’il avait des questions, et je répondais directement, et c’était fini.

Liam : Ouais y avait pas besoin d’attendre, de rentrer le vendredi soir à 4h, retourner le lundi, répondre aux emails… On travaillait juste 7 jours par semaine pour tout finir. C’était génial.

Mike : Ouais c’était super. Je pense que c’était très satisfaisant, une bonne manière de revenir après une longue pause aussi. De revenir et faire un album qui pourrait bien être un de nos meilleurs, et l’avoir fait nous-mêmes de A à Z, tu vois ? Le soir à 5h j’étais avec mon nouveau-né, et je parlais avec les gens en Europe et il était midi chez eux et j’essayais de faire du café… Et on a fini !

Liam : Ouais tu vois parfois, autant que ça puisse t’aider d’avoir une grosse équipe, parfois ça ralentit juste beaucoup de choses. Parce que tu passes le boulot, et tu réponds aux emails, et les deadlines sont dépassées… C’est confus.

Mike : Parfois les gens, même s’ils en ont quelque chose à faire, ils ne sont pas assez payés pour en avoir quelque chose à faire. Moi je suis pas assez payé, mais c’est mon projet.

Liam : Ouais, on prend un pari.

Mike : Ouais on prend le pari, mais on survit en étant dans un groupe. C’est génial ! Je travaille 24h par jour s’il le faut tu vois ? C’est génial !

PL : Et ma dernière question, qui aimeriez-vous qu’on interviewe ensuite ?

Liam : Wow ! N’importe quel groupe ?

Mike : Napalm Death ! Ils sont au festival tu pourrais essayer !

Liam : At The Gates ! Plus tard aujourd’hui !

Mike : Eyehategod ! Ils sont là aussi aujourd’hui.

Liam : Dommage, on sera à Paris. La machine rock doit continuer à rouler !

Mike : Wiegedood !

Liam : Ouais ! Vous devriez interviewer Wiegedood ! Vous les connaissez ?

PL : Ouais je connais !

Liam : C’est notre groupe de black metal préféré. C’est des connards mais on aime le groupe quand même.

Mike : Le batteur est génial !

Liam : Ouais c’est de super musiciens mais des gens horribles. « Non c’est une blague, ils sont des amis » ! (en français dans le texte, ndlr) En tout cas merci pour l’interview, mec !

PL : Merci beaucoup à vous pour l’interview et à bientôt !

Un grand merci à Cancer Bats, à HIM Media et à L.O. Communication pour cette interview des Cancer Bats !