[Live Report] Alice Cooper : un concert à en perdre la tête

0
391

Alice Cooper, légende vivante du shock rock (difficile à dire quand le chanteur passe sous la guillotine à chaque concert) était présente à Paris le 20 septembre 2019. On vous résume ici ce concert sanguinolent qui ne fut pas sans surprise. 
Avant de commencer, le groupe américain Black Stone Cherry ouvre les hostilités. Ayant déjà fait ses preuves, c’est sans étonnement que nous assistons avec plaisir à leur show. Ils jouent leurs morceaux les plus iconiques et les plus récents, le public est réceptif et la plupart les avait déjà vu. Première partie très réussie, il est temps d’entamer les choses sérieuses!

S’ensuivent 30 minutes d’entracte pour préparer le set d’Alice Cooper caché par un rideau avec les yeux d’Alice. Après cette attente pleine de suspense, nous entendons une voix nous souhaitant la bienvenue au château du cauchemar d’Alice Cooper. Puis retentit la première ligne de Feed My Frankenstein. C’est à ce moment là que le rideau tombe et que nous découvrons le décor du château. Frankenstein sera évidemment présent sur cette chanson.

Toute la foule chantera ensuite en chœur sur les classiques No More Mr. Nice Guy et Bed of Nails. Nous assistons déjà à deux solos de guitare en l’espace de quatre chansons et ce n’est que le début! Nita Strauss sur Bed of Nails et Ryan Roxie sur Raped and Freezin’. Nous nous en prenons plein les mirettes!

Alice et Tommy Henriksen (guitariste) débutent Fallen in Love en communiquant avec leur instrument respectif, Alice à l’harmonica et Tommy à la guitare suivie de Muscle of Love. Rarement jouée depuis les années 80, nous assistons à la chanson He’s Back (The Man Behind the Mask) puis le public chantera sur le titre iconique I’m Eighteen.

Grand tournant du concert après Billion Dollar Babies quand on entend les premières notes de la tant attendue Poison que la foule chantera du début à la fin ! S’ensuit un solo de guitare de la tornade Nita ! Elle précèdera l’arrivée de Sheryl Cooper habillée en mariée munie d’un chandelier et d’un bouquet de fleurs (que Nita attrapera plus tard) sur Roses on White Lace.

Après My Stars, tout le groupe sans Alice performera un jam de Devil’s Food et de Black Widow puis un solo de batterie et basse avec un extrait de Black Juju. Vous l’aurez deviné ! Alice se sera préparé pendant ce temps en camisole pour entrer dans la peau du personnage de Steven accompagné de deux bébés géants en guise de gardes !

On notera l’arrivée de Sheryl en infirmière poussant un landau avec un bébé (en plastique) qu’Alice tentera de tuer avec un couperet sur Dead Babies. Et pour ça, il sera condamné à la guillotine ! Le groupe chante leur amour pour les morts après l’exécution d’Alice avec I Love the Dead. C’est après cette chanson qu’Alice revient tel un mort vivant sur Escape. Et nous nous en réjouissons !

Le grand ami d’Alice Cooper, Frankenstein revient sur Teenage Frankenstein. Ensuite, ils joueront Under my Wheels où Alice sera habillé d’un maillot des bleus. Moment inattendu du concert qui donne le sourire. Pour clore le spectacle, School’s Out sera accompagné de passages de Another Brick in the Wall Part 2 de Pink Floyd. Ce sera le dernier morceau du concert.

Cette soirée fut grandiose de par le décor majestueux du château du cauchemar d’Alice, les mises en scène iconiques qui font plaisir à voir et l’énergie du groupe inépuisable. Pas une seule seconde de répit et ça ne donne qu’envie de les revoir.

Sur ce on vous laisse avec le clip de Poison !