[Live Report] August Burns Red a teinté de rouge le Trabendo !

0
156

Soirée Metalcore en approche! La tournée spéciale 10 years of Constellations était l’occasion de voir le groupe August Burns Red en toute intimité au Trabendo. Récit d’une claque magistrale !

Dans le cadre de leur tournée 10 Years of Constellations, fêtant le 10eme anniversaire de l’album du même nom, le groupe August Burns Red est venu sabrer le champagne en notre compagnie.

C’était ce mercredi 27 Novembre au Trabendo et ils sont venus accompagnés de deux autres groupes de Metalcore : ERRA et Currents.

Le Trabendo reste une petite salle et la proximité entre les fans et le groupe reste toujours aussi agréable, on est que entre copains là-dedans et l’ambiance est très chaleureuse dès le début de la première partie de la soirée : Currents.

Currents

Les américains de Currents nous amènent tous les codes du Metalcore : ça break, ça scream et c’est saupoudré d’un chouilla d’infrabasse (mais pas trop, oui je te regarde Chelsea Grin…).

Le public participe déjà et ça pogote dans le pit. Certains break sont d’une lourdeur, on entend même quelques chants bien gutturaux typés grindcore sur certaines chansons.

Niveau instruments, le guitariste se fait plaisir avec pas mal de tapping et pas mal d’effets reverb pour enrichir les mélodies. On termine en beauté sur Night Terrors, qui termine de bien chauffer le public pour la suite des événements : le groupe ERRA.

Un show sans surprise, ils maîtrisent leur sujet en ce qui concerne le metalcore.

ERRA

Alors la, pas le temps de niaiser, « Salut c’est ERRA » et BAM, le chanteur headbang et balance le son. En plus du chant typé 100% metalcore du vocaliste, le guitariste apporte un chant clair très haut perché qui appuie le chanteur et permet de poser le rythme avec des parties plus aériennes.

Ça bouge énormément sur scène malgré la promiscuité entre les membres du groupe, le chanteur notamment qui ne tient pas en place et vit sa musique à 1000%. Les guitaristes se permettent des parties mélodiques entières en tapping, un vrai jeu d’enfants pour eux ! Ce live est infiniment plus technique que celui de Currents, le headbang est inévitable.

Le chanteur est tellement à l’aise qu’il récupère les slammeurs arrivés sur le devant de la scène et se permet même de chanter sans micro avant de lancer une partie instru, il faut le faire !

On conclut le show en beauté avec le seul circle pit de la soirée, lancé sur la dernière chanson, Breach, histoire de terminer de chauffer le public pour le plat de résistance, August Burns Red !

Des intros et outros qui claquent, des éclairages au top (rose accompagné de vert, original !), groupe à suivre de toute urgence si vous ne les connaissez pas !

August Burns Red

Coupant court à toutes les discussions m’entourant sur la programmation du Hellfest dévoilée la veille, August Burns Red, le mastodonte de la soirée, approche.

Tout comme le groupe précédent, on a pas le temps ! Le chanteur débarque surexcité et le show commence sans chichis. Le premier morceau permet de bien chauffer les musiciens et le public sur des changements de rythmes très bien huilés et maitrisés.

Le public est réceptif : pogo et slams sont de rigueur sur les intros qui fleurent bon le thrash metal sur les sons de cet album Constellations. Le chanteur le leur rend bien, très bonne communion avec le public, ça check les premiers rangs et les ordres du chanteurs sont suivis à la lettre, le public est très participatif.

Le frontman du groupe n’arrête jamais de bouger dans tous les sens, et quand il ne chante pas, il s’empare d’une basse pour participer au morceau 100% instrumental de l’album.

Les instrumentistes s’échangent leurs instruments, une portion du show est dédiée au batteur qui se lance dans un solo de folie, rejoint par le bassiste qui participe au duel de percussions avec un kit de batterie réduit. Ce passage était d’une énergie incroyable, une pure folie !

L’album Constellations a entièrement été joué passé ce solo de batterie, l’occasion de terminer par des titres récents et appréciés du public : Ghosts, Invisible Enemy, Empire et Composure.

Un live plus qu’efficace, ils nous ont montré qu’ils font partie des boss du Metalcore actuel et on a hâte de les voir de nouveau au Hellfest 2020 !

Setlist

Album Constellations :

Thirty and Seven

Existence

Ocean of Apathy

White Washed

Marianas Trench

The Escape Artist

Indonesia

Paradox

Meridian

Rationalist

Meddler

Crusades

Drum Solo

Ghosts (Found In Far Away Places)

Invisible Enemy (Phantom Anthem)

Empire (Leveler)

Composure (Messengers)