[Live Report] Delain au Cabaret Sauvage : Apocalypse & Chill

0
638

En ce 6 decembre 2019, lendemain de premier jour de grève, nous nous retrouvons avec 4 concerts métal à Paris. Dur choix entre Jinjer à la Machine du moulin rouge, The Exploited au Gibus, Mass Hysteria au Zenith et enfin Delain au Cabaret Sauvage. Le Cabaret Sauvage qui a fait peau neuve, une vraie redécouverte de cette salle qui pour l’occasion est quasiment sold out pour cette dernière date de la tournée européenne de Delain.

Arkona le groupe russe ouvre son concert avec Goi, Rode, Goi! qui avec son folk pagan metal chauffe la salle. Le groupe qui a décidé d’axer sa setlist sur cet album qui fête cette année ses 10 ans jouera pas loin de 6 titres de cet album sur une setlist en comportant 11. Yarilo, titre très chaleureux, a réussi à donner le sourire aux fans. Le concert finit sur le titre Nebi Hmuroe, Tuchi Mrachnye après 1h de concert. Changement de plateau ; c’est maintenant Delain qui monte sur scène.

Le groupe de Charlotte Wessels vient jouer en avant première les morceaux de leur futur album Apocalypse & Chill qui sortira le 7 fevrier 2020 chez Napalm Records (on vous prépare d’ailleurs une petite surprise aux alentours de la sortie de l’album). Le concert commence par 2 titres d’April Rain ; le public est déjà sous le charme du groupe qui pour cette dernière date a une pêche d’enfer. Ensuite vient le morceau The Glory & The Scum ainsi que Suckerpunch tous deux tirés de l’album Moonbathers. Il est temps d’entendre le titre Burning Bridges, morceau que l’on a découvert en septembre ; un morceau « heavy » très punchy le public est déjà conquis par ce nouveau titre et le il reprend les ah ha ah de Charlotte. Delain enchaîne ensuite par Scarlet, morceau qui envoûte le public avec la magnifique voix de Charlotte accompagnée du « piano » et de Eliane Anemaat au violoncelle ; ce titre est toujours émouvant en live. S’enchaînent The Hurricanes et Master of Destiny avant que Charlotte nous introduise le prochain morceau Let’s Dance, titre du prochain album et nous demande de chanter « Dance » avec elle pendant les refrains, ce que nous faisons volontiers. Le titre suivant est One Second dont le clip est sorti il y a un peu moins d’1 mois et pour finir sur les nouveaux titres nous avons le droit à Combustion qui commence calmement à la guitare avant un break de batterie et une partie bien lourde ensuite pour finir en instrumental.

Nous revenons sur un titre de Moonbathers avec Hands of Gold avec en guest George Oosthoek du groupe Mayan pour ensuite nous replonger dans les classiques Not Enough, Don’t Let Go et The Gathering. Nous arrivons tout doucement vers la fin du set avec le titre Fire with Fire, Pristine avec le retour de George Oosthoek et enfin We Are The Others avec les confettis pour le final du concert. Pour une fois nous avons hurlé pour en avoir encore et cela a marché le groupe est revenu pour un titre non écrit sur la setlist (ce qui est de plus en plus rare) et ils nous ont interprété le titre Get The Devil Out of Me de l’album We Are The Others ; un final grandiose dans cette salle où pour un mois de décembre nous avons eu très chaud. Peut être faudrait-il faire encore un petit réglage pour adapter la ventilation ! Une soirée qui nous a fait oublier les galères de transports.

Live report et photos par F.M.

Ce diaporama nécessite JavaScript.