[Live Report] Halestorm à Paris : au cœur de la tempête !

0
248

Ce mercredi 13 novembre à la Salle Pleyel, nous avons pu assister à la première date de la tournée tant attendue de Halestorm accompagnés de guests tels que New Years Day et In This Moment, rien que ça ! Et ils n’ont pas fait les choses à moitié, on vous raconte tout ça !

Premier acte : New Years Day, groupe californien mêlant pop et metal ainsi que leur passion pour les (vieux) films d’horreur nous en met déjà plein les oreilles en commençant par Come For Me, première chanson de leur nouvel album Unbreakable que nous vous conseillons ! Ils joueront ensuite leurs chansons les plus populaires, Kill or Be Killed et Defame Me ainsi que d’autres titres du nouvel album, Shut Up et Skeletons. Ils reprendront par ailleurs Fucking Hostile de Pantera. Malgré leur court set, le groupe aura bien mis en jambes le public parisien de par l’énergie du groupe (notamment d’un Nikki Misery déchaîné) et la performance vocale de la chanteuse Ash Costello. Les performances vocales exceptionnelles des chanteuses seront le fil rouge de la soirée !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deuxième acte : In This Moment nous envoûtera dès le début par une reprise de Fly Like an Eagle de Steve Miller Band que Maria Brink chantera couverte d’un drap blanc et d’une couronne accompagnée de deux danseuses. On notera le décor scénique qui nous mettra dans l’ambiance du rituel (Ritual étant d’ailleurs le nom du dernier album). La suite du show reposera sur les hits du groupe: Natural Born Sinner, Big Bad Wolf, Blood et Whore étant la quasi-totalité du set. In This Moment n’aura eu le temps de jouer qu’une seule chanson du dernier album, River of Fire. Encore une fois, on sera abasourdis par la performance vocale de Maria tout en réalisant les chorégraphies ! Le point d’orgue du show sera l’excellent Whore interprété comme un discours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et maintenant place à la tête d’affiche ! Nous serons interpellés par la voix de Lzzy Hale commençant à chanter le début de Do Not Disturb en backstage ! Quelle entrée en matière ! Le groupe la rejoindra peu de temps après pour l’instru ! La soirée sera d’ailleurs composée à 80% de chansons à base de riffs de guitare ! En effet, les seuls moments de répit seront la chanson Here’s To Us et le solo de basse (Josh Smith) et de batterie (Arejay Hale). Le groupe était d’humeur très rock’n’roll pour Paris. Qui peut les blâmer pour ça ? Ils enchaîneront sur une déferlante de hits les plus heavy et sexy les uns que les autres avec Love Bites, Mz Hyde et I Get Off.

Le groupe sera loin d’être fatigué par cet enchaînement épique car ils continueront leur lancée par Black Vultures tirée de leur dernier album Vicious suivie de près par une version a capella du début de Familiar Taste Of Poison qui mènera sur la chanson Amen. La foule sera déchaînée (malgré le peu de pogos) à l’entente des premières notes de Freak Like Me, hymne aux fans. Mention spéciale pour les lumières qui seront incroyables tout le long du set ! La chanson suivante sera Uncomfortable que Lzzy dédiera aux femmes. Et maintenant place à la chanson éponyme du dernier album, Vicious ! Le groupe porte bien son nom de tornade car une tempête s’abattra sur la scène de la Salle Pleyel ! On peut même dire qu’ils déclencheront même l’apocalypse, c’est le cas de le dire car ils joueront Apocalyptic ! Petite faveur pour les fans parisiens, le groupe interprétera Chemicals, chanson jamais jouée encore à Paris qui est une B-side sortie à l’occasion d’un Record Store Day, et on en sera ravis ! Halestorm resteront déchaînés en interprétant Killing Ourselves To Live, tout droit sortie du dernier album. Ce sera la chanson qui marquera la pause.

En guise de rappel, Halestorm reviennent gobelets à la main trinquer en jouant Here’s To Us. Lzzy, briquet allumé à la main suivie de près par le public avec les lampes torches de leur téléphone, fera un petit discours à propos de l’attentat du Bataclan survenu il y a 4 ans pile ce soir et sur le fait que les parisiens sont restés unis après cet événement tragique. Halestorm dédieront donc I Am The Fire à Paris. Un show Halestorm sans I Miss The Misery n’est pas possible, ils ne peuvent pas nous la faire celle-là ! Le concert se conclura sur cette chanson introduit par le fameux cri de Lzzy Hale et un solo dantesque à deux guitares.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce concert fût empli de performances vocales à nous en boucher un coin, autant Ash Costello que Maria Brink que Lzzy Hale, des musiciens énergiques, des décors théâtraux, tout pour chauffer le public. New Years Day et In This Moment ont retourné la Salle Pleyel pour laisser place à la tempête de Halestorm qui aura prévu un set qui enverra du lourd du début à la fin. On ne peut que demander le retour de cette tournée !