Orelsan, roi de l’AccorHotels Arena

0
842

Orelsan a mis tout le monde d’accord à l’AccorHotels Arena.

 

La grisaille parisienne n’aura pas eu raison de la motivation des fans du rappeur français. Avec une première date annoncée qui n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour être sold-out, une seconde date s’est greffé et c’est précisément à celle-ci, qui frôle également le sold-out que nous avons eu la chance d’assister.

C’est une soirée familiale qui se profile avec deux premières parties proposées par les musiciens d’Orelsan.

 

Ainsi, à 19h50, Powerdisc entre en scène. Le duo composé du percussionniste et du guitariste/claviériste d’Orelsan nous distille en guise d’amuse bouche un subtil mélange de Hip-Hop/Pop/Funk avec une touche de Soul. Si leur musique est moins énergique que le rappeur qu’ils accompagnent, le duo compte sur un échange fourni avec le public pour chauffer l’Accorhotels Arena alors pleine aux deux tiers.

20 minutes durant, le duo nous proposera quelques titres issus de leur premier EP dont la sortie est prévu pour très bientôt. Après un rapide changement de plateau, un second set se prépare, plus électro cette fois-ci à en croire le pc et le synthétiseur posés au milieu de la scène. Apparemment, dans le public, peu de gens avaient connaissance qu’il y aurait deux premières parties.

C’est alors que Fazz, également musicien pour Orelsan, entre en scène. Ce dernier assure une première partie de set seul sur scène, dans un style complètement electro et assure la chauffe de la salle grâce à quelques appel vers le public. Il sera vite rejoint par quelques invités pour l’interprétations de titres présent sur son prochain EP qui devait sortir à la suite des dates parisiennes. La musique de Fazz est plus énergique que celle de Powerdisc et assure une hausse de la température dans le public. A la fin de la demi-heure de set que le DJ nous propose, le public est fin prêt pour attaquer la pièce maîtresse de la soirée.

Orelsan nous fait une entrée digne d’Eminem au Stade de France en 2014. Seul au milieu d’un écran couvert de pluie, il commence avec San, première issue de son dernier album La fête est finie. Parfait morceau pour monter en puissance.

 

Le public est obnubilé par l’artiste, connait les musiques par cœur. « Divertir un public qui me connait pas » et pourtant, on a bien vu le contraire ce soir-là.

Orelsan enchaîne les morceaux et joue avec le public sur Basique. Tout le monde connait bien entendu la musique, qui est la plus écoutée du nouvel album !

Le rappeur continue sa setlist (que je connais par cœur et que vous retrouverez en bas de l’article) et emmène les fans dans un autre monde – le sien.

Public, qui est d’ailleurs représenté par toutes les catégories sociales, et qui en prend pour son grade pendant « Suicide Social »

Quelle émotion sur ce morceau d’ailleurs ! Orelsan est en transe !

 

 

 

Pour le rappel, Orelsan invite aussi Lomepal sur scène, pour entamer La Vérité, morceau sorti il y a quelques jours dans le nouvel album Jeannine de Lomepal.

 

 

La fin arrive vite (trop vite…), La fête est finie. En fait non, on a le droit à un Basique en plus, pour savoir si on est toujours aussi cons !

Setlist:

  1. San
  2. Fantômes
  3. Basique
  4. Différent
  5. Jimmy Punchline
  6. Pour le pire
  7. La pluie
  8. Zone
  9. Dans ma ville, on traîne
  10. Bonne meuf
  11. Adieu les filles
  12. Christophe
  13. La famille, la famille
  14. J’essaye J’essaye
  15. Le temps (MHD cover) (with MHD)
  16. Tout va bien
  17. Tout va bien, remix
  18. (with Eugy)
  19. Quand est-ce que ça s’arrête
  20. Le chant des sirènes
  21. Paradis
  22. Suicide social
  23. Raelsan
  24. Notes Pour Trop Tard

Encore:

  1. La lumière
  2. La vérité (Lomepal cover) (with Lomepal)
  3. Tout ce que je sais
  4. La terre est ronde
  5. La fête est finie
  6. Basique

Merci à Asterios et Orelsan.

Photos par William Garrey.

Report par Charles Pozzo Di Borgo.

 

 

Retrouvez tout le concert du lendemain ici !