Review : blink-182 – Nine

0
295

Quand on est fan d’un groupe, chaque nouvel album est un peu un évènement. Vous l’aurez donc compris qu’en grand fan de blink-182 que je suis, je l’attendais avec ferveur ce « Nine » du trio de San Diego. Il s’agit du second opus avec le guitariste/chanteur Matt Skiba (Alkaline Trio) venu remplacer le légendaire Tom Delonge(Angel and Airwaves)en 2015 et qui nous offrait déjà de belles perspectives sur l’album précédent (California, 2016). 2019 signe aussi les 20 ans de leur grand classique « Enema Of The State »(1999), porte bonheur ?

En hommage à cette Pop-punk et ces chansons qui ne dépassaient pas les 3 min, je ne mettrais pas plus de 3 phrases par titre dans cette review…Let’s go ! Don’t wait !

Quelle entrée en matière avec « The First Time » et son intro non sans rappeler « Feeling This »(Vous avez dit fan service ?),c’est mélodique, drumming au top (Thanks Mr.Barker), refrain plus qu’entraînant, bref on est bien chez blink-182! A noter tout de même cette approche plus moderne sur le son global avec notamment quelques empreints d’éléments bien connus des productions Hip-Hop actuelles (beat électro) et un son de guitare plus sage qu’à l’accoutumé.

Malgré son titre plutôt joyeux il émane une triste mélancolie sur « Happy Days », très certainement écrit par Mark Hoppus(Basse/Chant) lors de sa récente dépression, il n’en ressort pas moins un morceau au message fort et très positif. On reste sur cette même vibe avec « Heaven » sublimé par son refrain et illustrant parfaitement dans le même temps cette complémentarité de voix du duo Skiba/Hoppus. Anxiété, Mélancolie, dépression seront les thèmes récurrents de cet album servant peut-être alors d’exutoire pour un groupe, non simplement des êtres humains face aux épreuves de la vie. Ce qui en tout cas pour ma part rend cet album particulièrement appréciable et donne à blink-182 un côté plus terre à terre.

On en arrive au trio de singles divulgués pour « teaser » l’album à savoir Darkside/Blame It On My Youth/Generation Divide. Autant le côté très pop du premier et son clip pour teenager m’avait plu, autant le côté beaucoup mais alors vraiment trop « grand public » type Imagine an Dragons and co ne m’a vraiment pas fait rêver. Je ne blâme en aucun cas la volonté d’un groupe à vouloir évoluer et changer de direction musicale loin de là, c’est juste que je n’ai pas accroché. Generation Divide est à l’image du blink-182 classique, fun, rapide et efficace.

Je risque de me contredire sur le côté « mainstream », car à l’instar de Blame it’ trop simpliste, la recherche de sonorités plus modernes s’avère payante sur « Run Away », beat répétitif, samples, guitare légèrement en retrait et surtout refrain qui tabasse si c’est ça la recette du renouveau du combo je dis oui tout de suite ! Recette confirmée d’ailleurs sur le surpuissant « Black Rain », oui blink-182 se modernise mais reste un groupe de Rock (RIP Fall Out Boy)! L’essence du groupe est bien là, mais sa capacité à écrire des refrains entêtants toujours au top!? Je vous mets dans ce cas au défi de ne pas chanter non-stop « I Realy Wish I Hated You » après une seule et unique écoute.

« Pin The Grenade » marque le point culminant du savoir faire du trio, en tout et pour tout le meilleur morceau de l’album que j’écoute en boucle depuis sa sortie. Tout y est et rien à dire de plus, il sera dur de passer après! Et justement après la claque précédente, j’ai du mal à apprécier le non moins sympathique « No Heart To Speak Of », sans plus. Le rythme ne s’arrête pas pour autant bien qu’on approche de la fin de l’album. « Ransom » est un petit bijou pop-punk mais me laisse un peu sur ma faim, pourquoi le faire aussi court ??!! « One Some Emo Shit » affirme une nouvelle fois ce changement de direction et montre bien que blink-182 a parfaitement su s’imprégner des codes de la musique pop moderne et l’insuffler habilement à son univers musical.

Les 2 chanteurs viendront chacun trouver leur moment de « bravoure » sur les 2 dernières chansons du disque. On trouve alors un Matt Skiba(Guitare/Chant) gonflé à bloc déversant toute sa rage sur le refrain de « Hungover You » tandis que je découvre un Mark Hoppus(basse/Chant) particulièrement touchant sur « Remember To Forget Me », véritable moment « frissons » ou j’ose même dire que pour la première fois en 17 ans d’écoute, blink-182 m’a mis les larmes aux yeux.

Les +:

blink-182 is Back!

« The First Time » mais surtout « Pin The Grenade »/ »Remember To Forget Me »

Le duo de voix Skiba/Hoppus au top

Travis Barker toujours aussi bon

Virage musical plutôt réussi

Les – :

Un son de guitare parfois un peu trop lisse

« Ransom » bien trop court

Toujours pas d’annonce d’une tournée européenne

Note : 8,5/10

Que dire de plus si ce n’est que même si je n’avais pas été un fan du trio, j’aurais aimé cet album. L’ajout d’éléments modernes ne fait jamais tâche (ou presque jamais), blink-182 évolue avec son temps et le fait bien, sans jamais renier ses origines pour autant. Ajoutez à cela une écriture davantage mature et recherchée, de très bonnes mélodies et vous obtenez mon album coup de cœur de 2019 !