Review : Cherubs – Immaculada High

0
791

Cherubs, les géants texans du noise rock des années 90, sont de retour avec leur quatrième album (en 28 ans) pour faire trembler votre salon ! Le trio sort ce vendredi 26 juillet son nouvel opus : Immaculada High. Alors que vaut ce retour ?

Couverture de l’album Immaculada High

Alors avant toute chose : le noise rock n’est pas un style easy listening, d’où son nom d’ailleurs. Cet album est donc assez difficile d’accès lorsqu’on n’est pas habitué au style. Je ne suis moi-même pas un spécialiste, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que j’ai apprécié cet album.

Le nouvel album de Cherubs commence donc plutôt sans surprise par des morceaux noise rock qui remettent dans le bain les fans du groupe. Turista est très heavy et la production surprenante au début (instruments relativement propres malgré la fuzz et voix distordue à son maximum) devient de plus en plus familière au fil des morceaux. 18 The Number est lui aussi boueux à souhaits (Nirvana n’auraient pas renié ce morceau à leurs débuts), et Sooey Pig rappelle, lui, les Melvins. Cherubs reviennent aux sources sur ce début d’album et ça décoiffe ! Tigers In The Sky est même le paroxysme de la violence sur cet album, avec le son le plus post hardcore que vous pourrez entendre.

On calme ensuite le jeu avec IMCG, beaucoup plus calme, avec un riff de basse excellent et de très bonnes influences shoegaze. Le morceau s’emballe ensuite et descend dans les profondeurs boueuses du noise rock. On pense beaucoup à J.C. Satan, le groupe de noise rock français, sur ce morceau, d’ailleurs.

A partir de IMCG, l’album prend une autre tournure plus mélodique. Old Lady Shoe est même carrément catchy avec un riff vraiment sympa à écouter et une atmosphère musicale qui rappelle les suédois de Viagra Boys ! Un de mes coups de coeur de l’album. Breath U Can C est aussi dans cette optique et est très surprenant et entraînant. Pacemaker, lui est purement punk et rappelle le début de l’album (parce que quand même ça commençait à être trop calme).

L’album se termine sur deux morceaux qui font beaucoup penser aux Melvins à nouveau, Full Regalia surtout. Avant d’achever l’auditeur à coups de pelle sur un morceau de 6 minutes de pur noise rock bien sûr ! Nobodies commence en force et en puissance avant d’aborder plusieurs variations qui font que ce morceau est une vraie montagne russe.

Je dirais que l’album est à l’image de Nobodies. Une vraie montagne russe qui prouve que Cherubs n’est pas « que » un groupe de noise rock parmi d’autre, mais le groupe s’élève comme un des meilleurs groupes du genre, même après presque 30 ans de carrière et face aux groupes modernes ! Un bel album, qui cependant ne plaira pas à tout le monde par son style.

7.5/10