Review : John 5 & The Creatures – Invasion

0
687

John 5, le guitariste shred au CV le plus chargé du 21ème siècle revient 2 ans après Season Of The Witch avec son 10ème album solo ! Le guitariste qui compose plus vite que son ombre vous propose là un album haut en couleurs, mais est-ce que c’est un bon cru ? L’album est une véritable montagne russe je vous propose donc un récit du tour de manège !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas John 5, petite séance de rattrapage : John Lowery a commencé en tant que guitariste de sessions à la fin des années 90, ce qui lui a permis de travailler avec Rob Halford sur 2wo, ainsi que sur les albums The David Lee Roth Band et Diamond Dave avec David Lee Roth. Il fut ensuite repéré par Marilyn Manson et deviendra le guitariste principal du chanteur jusqu’à l’album The Golden Age Of Grotesque (entre autres il a donc travaillé sur Holy Wood, rien que ça !). Paul Stanley le recrutera ensuite pour l’album Live To Win avant que John ne rejoigne la bande de Rob Zombie, dans laquelle il officie depuis 2006. Un beau CV, on vous disait !

En parallèle de tout ça, John 5 a sorti 10 albums solo (puis avec The Creatures depuis quelques années) au travers desquels il est devenu un des guitaristes les plus respectés du milieu, par son mélange de styles et par sa technique. Nous avons donc là son dixième effort en solo.

Le tour de manège commencera donc par un morceau heavy et puissant, commençant par un riff de basse avant la moindre note de guitare. Celle-ci viendra ensuite napper le tout, rappelant ce que jouait le guitariste de Mad Max Fury Road (vous savez, le type suspendu sur une voiture !). Première surprise ensuite, un véritable looping quand on suit de près la carrière de John 5 : le morceau commence de façon électro avec un « I Am John Five » au talk box. I Am John Five se révèle être un excellent morceau industriel mêlant de l’électro aux solos foisonnants du bonhomme. Il utilise d’ailleurs déjà le gros riff entre ses solos avec Rob Zombie en ce moment. Il prouve à nouveau qu’il est toujours le guitariste le plus rapide de l’ouest avec des rythmes staccato de malade. On aura le droit à un break très funky au milieu, limite disco, tout en slap. Cet excellent passage rappelle Here’s To The Crazy Ones de l’album précédent ! Des bruitages low budget sur la fin viennent se superposer comme sur un film d’horreur de seconde zone, pour un effet assez marrant. John s’éclate sur cet album et ça se sent !

Midnight Mass et Zoinks viennent renforcer cette impression avec des riffs très fun et entraînants. Les solos se suivent et varient beaucoup, passant de legato à staccato tout en s’entrecoupant de riffs ultra puissants qui présagent du bon pour le prochain Rob Zombie. Des passages country et jazzy s’immiscent d’ailleurs dans Zoinks, rappelant l’amour de John 5 pour ces styles.

Howdy enfoncera ensuite totalement le clou par son style 100% country, avec des passages « banjo roll » qui nous avaient manqué depuis l’album The Art Of Malice de 2010. Le son est parfait et fait d’ailleurs penser à Bob L’Eponge au milieu. On peut aussi noter que John 5 switche à nouveau sur un banjo comme sur Black Grass Plague il y a deux ans.  Crank It – Living With Ghost est, lui, la pièce la plus longue de l’œuvre, avec 5 minutes au compteur. Il commencera donc de façon fun avec des solos rapides avant de se ralentir en deuxième partie pour des mélodies plus lentes et plus sombres, presque de film d’horreur. Ce morceau est un bel exemple de comment John 5 compose, d’ailleurs.

On enchaînera ensuite sur Cactus Flower, un morceau calme et contemplatif joué derrière le sillet (probablement) de la Nocaster de John. Ce morceau commence d’ailleurs par un sample du film Carrie. Le morceau suivant revient vers le côté exubérant de John 5. Son clip est d’ailleurs le plus barré qu’il ait sorti à ce jour ! Et pourtant il avait sorti Hell Haw ! Il incorporera dans ce morceau des refrains à la talk box et un final trap très surprenant venant de lui !

Sans surprise, I Like The Funk est un morceau très funky mais qui mélange encore une fois les styles de jeu entre slap, cocottes funky à la Uptown Funk et samples de voix qui apportent beaucoup à l’ambiance. The Creatures s’illustreront à nouveau avec un passage basse/batterie hallucinant ! Le tour de grand huit se termine sur Constant Sorrow, nouvel OVNI dans la discographie de John 5 qui montre qu’il en a encore sous la pédale avec un style qui rappelle presque la musique celtique dans le son employé. On sent que John 5 peut aller plus loin et c’est très encourageant au vu du nombre d’expérimentations réussies de cet album !

Qu’on ne me dise plus que la guitare instrumentale est répétitive : John 5 en est le contre-exemple ! Il nous a encore sorti un album de qualité et expérimental qui ne laissera personne indifférent. Bravo !

8.5/10

Sur ce, on vous laisse avec le clip de Crank It – Living With Ghosts !