Review : Sabaton – The Great War

0
767

Après leur double prestation au Knotfest et Hellfest les suédois de Sabaton préparent une tournée passant par le Zénith de Paris le 7 février 2020. Cette tournée défendra leur dernier album, The Great War, sortit le 19 juillet 2019 chez Nuclear Blast

L’album démarre sur The Future of Warfare. Chanson qui met immédiatement dans le bain, on écoute bien du Sabaton. L’énergie du power, avec la virile voix de Joakim Brodén soutenue par des chœurs en fond.

Seven Pillars of Wisdom poursuit sur la même lancée, comme si nous étions sur une deuxième partie de chanson. Nous sommes bien sur un album centré sur les combats, cela se ressent juste dans chaque note de musique. Le power métal est vraiment le plus approprié pour ce genre de thème.

Nous avons de le droit à des riffs un peu plus marqués sur 82nd All The Way. La chanson un peu moins fournie en chœurs sur les couplets permet à la guitare de ressortir un peu plus du lot. The Attack Of The Dead Men suivra la même logique, nous laissant entendre pleinement le potentiel du guitariste qui nous livre son premier solo de l’album sur cette chanson.

Devil Dogs et The Red Baron reviennent aux sonorités puissantes et chœurs épaulant la voix du chanteur. The Great War, premier single éponyme de l’album, est la pièce maîtresse de cet assemblage musical. Il sonne comme un hymne et on est emporté par la puissance de la chanson.

A Ghost In The Trenches nous redonnera l’occasion d’entendre plus précisément les riffs de guitare. De même que la suivante, Fields of Verdun. Probablement la meilleure en terme de proportion « guitare – chant/chœurs ». Surement le meilleur solo de l’album ainsi que le refrain le plus entêtant, elle a tout pour devenir la chanson la plus appréciée de cet opus.

The End Of The War To End All Wars aurait pu sortir du lot, ressemblant à ballade sans forcément en être une. Elle possède une intro musicale calme et on s’attend à quelque chose de plus posé et émotionnel, mais les codes des précédentes chansons reprennent le dessus. Finalement elle s’intègre au reste des titres et cela en est presque un peu frustrant.

Le dernier titre, In Flanders Fields, est vraiment là en terme de conclusion. Un chœur chante a cappella, on verrait bien cela passer en fond à la fin d’un de leur concert pendant le salut final.

En conclusion nous avons un opus puissant de Sabaton qui sonne vraiment comme du Sabaton. Les suédois font ce qu’ils savent faire, et ce n’est pas plus mal, l’album est puissant et réussi. Pas de prise de risque. A l’écoute on imagine bien la grandeur de ces morceaux en live et nous avons hâte de les voir au Zénith le 7 février prochain.

7/10

Review réalisée par Gaël