Review : Sacred Reich – Awakening

0
608

Sacred Reich sont enfin de retour ! Après 23 ans sans sortir de musique, les géants du thrash metal arizonien reviennent avec Awakening, un album thrash metal mais pas que ! Alors est-ce que ça valait le coup d’attendre ?

Tout d’abord je dois faire les présentations ! Sacred Reich, c’est ce groupe de thrash metal culte qui est toujours resté un peu underground comparé aux géants du Big 4. Tout comme leurs camarades de Testament et Exodus, la formation fait partie des fondements du thrash metal tel qu’on le connaît aujourd’hui, et ils sont entre autres à l’origine du hit Surf Nicaragua, rien que ça !

23 ans plus tard, comme le dit si bien Phil Rind, chanteur et bassiste du groupe dans notre interview au Motocultor, « les chansons sont revenues d’un coup comme ça, […] donc on a pas discuté et on y est allés ». Et ils ont bien fait car le résultat est explosif !

On commence donc par une montée en crescendo au fil de quatre morceaux. Awakening commence donc de manière un peu basique mais est tiré vers le haut par les vocalises puissantes de Phil Rind. On sent que malgré l’âge, la formation en a encore sous la pédale, ce qu’ils nous prouvent dès le morceau suivant : Divide & Conquer est plus puissant, et le refrain est encore plus accrocheur que celui d’Awakening. La suite est encore meilleure : Salvation sortira en plus des riffs aigus à la Iron Maiden et Manifest Reality, mon coup de coeur de cet album a une patate de fou ! Le message dans les paroles est lui aussi très positif, bref, on sent que Sacred Reich sont bel et bien de retour après cet enchaînement qui n’aura fait que monter !

Killing Machine et son intro au tambour militaire est lui aussi un beau morceau bien énergique mais avec juste ce qu’il faut d’innovation pour sortir du cliché. Le solo est d’ailleurs excellent et prouve, s’il le fallait, que Wiley Arnett est toujours un des guitaristes les plus doués du thrash metal. Death Valley, lui sera plus groovy et plus lent et la mélodie rappellera, elle, Supermassive Black Hole de Muse. Le morceau en lui-même est assez bluesy et casse les barrières thrash dans lesquelles on aurait pu penser que Sacred Reich s’enfermeraient pour leur retour.

Revolution est un morceau de thrash pur, quasiment crossover, rapide et puissant. Le refrain est ultra efficace et on a très hâte de les revoir en live pour qu’ils le jouent ! 2 minutes 48 de pur bonheur ! Enfin, le huitième et dernier morceau de ce superbe album de thrash metal est très similaire à ce que pourrait sortir Anthrax ! La structure du début entraîne ensuite une montée en puissance vers un refrain qui ferait presque penser à un hymne ! Ce morceau varie vraiment du reste et clôt donc un album de metal innovant à la fois dans la discographie de Sacred Reich mais aussi jouant avec les codes du style pour le remanier à leur manière, comme ils l’avaient fait avec Surf Nicaragua il y a 31 ans !

En conclusion, on a ici un magnifique album qui s’affranchit des limites du genre et qui malgré un son un peu mixé inégalement par moments se révèle d’ores et déjà un classique dans la discographie de Sacred Reich. Bravo !

8.5/10