Review : Turilli / Lione Rhapsody – Zero Gravity

0
427

Il y s’en est passé des choses dans la sphère Rhapsody. C’est le nom du groupe originel qui deviendra Rhapsody of Fire pour des raisons juridiques. Lorsque Luca Turilli quitte le groupe il monte de son côté son groupe nommé Luca Turilli’s Rhapsody.

Et voilà que le musicien Luca Turilli et le chanteur Fabio Lione se rabibochent pour une nouvelle formation nommée logiquement Turilli / Lione Rhapsody.

Cette nouvelle entité démarre son existante avec un premier album, Zero Gravity : Rebirth and Evolution.

Le premier titre, Phoenix Rising, commence avec une intro au piano, puis les guitares électriques prennent le relais. On sent qu’on est sur un album de power métal. Lione donne de la voix, accompagné par des chœurs très grandiloquents.

D.N.A (Demons And Angel), au-delà d’être un drôle de jeu de mots, reste dans la même continuité épique. Fabio Lione est accompagné par la voix d’Elize Ryd, la chanteuse d’Amaranthe.

Pour la chanson éponyme de l’album, Zero Gravity, on monte d’un cran dans le théâtral. Si le côté épique du power reste présent, on se rapproche presque de l’opéra.

Fast Radio Burst ressort les riffs de guitares dont Turilli a le secret. Le tout accompagné de chœurs, rappelant la chanson d’ouverture.

Decoding The Multiverse et Multidimensional se rapprochent quant à la structure de chanson et le sujet abordé qui se recoupe.

Vient ensuite Amata Immortale qui sera la « balade » de l’album. Alternant entre passages au piano, comme dans son intro, puis moments plus opéra, grand orchestre et chœurs.

I Am se montrera plus restreint en riffs puissants par rapport à certaines chansons précédentes. Comme pour se remettre doucement de la balade.

Effectivement Arcanum (Da Vinci’s Enigma) repart de plus belle, avec un ressenti très proche de Zero Gravity. Tant par le chant de Lione suivant les riffs saccadés de son comparse, tant par le côté « opéra épique » que nous propose la chanson.

Oceano, pour conclure, semble vouloir monter en émotion. La guitare est beaucoup moins présente, le piano est mis en avant. Une balade qui termine calmement un album très chargé en ambition.

Zero Gravity : Rebirth and Evolution est un album où la technique de Turilli est très bien représentée. Cependant il est dommage d’avoir comme une sensation de redite au long de l’écoute. Il est fatalement composé dans un même état d’esprit, mais chaque chanson semble avoir son double un peu plus tard dans l’opus.

6/10

Album sortit le 5 juillet 2019 chez Nuclear Blast

Review réalisée par Gaël