[Review] United Guitars Vol. 1 : la guitare dans tous ses états !

0
1500

United Guitars c’est ce projet un peu fou de Ludovic Egraz de réunir 23 guitaristes pour un album orienté uniquement vers notre instrument de prédilection : la guitare. Et quoi de mieux qu’un guitariste pour parler guitare ? Je me porte donc volontaire pour vous parler de cet album pas comme les autres !

L’album commence avec un morceau instrumental signé… Axel Bauer ! Le guitariste, qui figure parmi les plus connus de France démontre s’il le fallait sa virtuosité lors de ce morceau bien pensé à plusieurs mouvements. On admire le travail tout en mélodie et en virtuosité où Bauer se verra rejoindre Julien Bitoun, Norbert Krief (Trust) et Quentin Godet ! Nym Rhosilir durcira un peu plus le ton avec Melody For Beggars, plus proche du metal, où apparaîtront NeoGeoFanatic (ADX), Manu Livertout et Ludovic Egraz, avant que Youri De Groote calme le jeu avec le très bluesy In Stages, qui empruntera par moments à Gary Moore son style de jeu si distinctif en compagnie de Norbert Krief et Fabrice Dutour. Un magnifique enchaînement si vous voulez mon avis !

Back To Earth de Fred Chapelier prendra ensuite le relais avec des solos de Ludovic Egraz et Axel Bauer sur un excellent morceau blues rock ! As Years Go By de Manu Livertout remuera un peu plus le mélange avec son hard rock puissant et heavy et ses solos virtuoses signés Shanka et NeoGeoFanatic ! Un morceau puissant et énergique de bout en bout ! Yoann Kempst fera lui aussi une apparition en compagnie de Régis Savigny et Jean Fontanille sur Boulevard des Onanistes, qui tranchera totalement avec le style des morceaux précédents ! En effet, on est sur un morceau au style bossa nova ! La basse de François C. Delacoudre est d’ailleurs magistrale sur ce morceau décidément bien foutu ! Les solos se répondent avec brio, donnant l’illusion d’une véritable jam session ! On en redemande !

Pour clore cette première moitié du double album, c’est au tour de Pierre Danel de jouer avec un morceau un peu jazzy appelé Symbole. Cette fois, peu de solo mais un travail de l’ambiance très réussi ! Le guitariste de Kadinja et prof de guitare de Guitare Xtreme nous sort là un morceau d’anthologie, qui force clairement le respect par ses arrangements monstrueux !

Le disque 2 commence en trombe avec Us Vs Them de Ludovic Egraz. Un morceau ultra heavy et rapide qui voit Anthony Magro, Nym Rhosilir et Saturax se joindre à Ludovic Egraz pour faire trembler les murs sur ce morceau d’une énergie folle. Il est aussi à noter qu’à la batterie on retrouve Morgan Berthet (Myrath, Kadinja, Klone) qui assure carrément dans ce registre heavy et virtuose qui fait parfois penser à Megadeth entre deux legatos ! On reste dans le même registre rock au rythme complexe avec Tourette Syndrome de Jean Fontanille cette fois accompagné de Richard Daudé, Yvan Guillevic et Xavier Lacombrade pour un morceau résolument prog, mêlant funk, metal et rock pour un mélange qui rappelle beaucoup Yes et son légendaire Roundabout !

Swedish Sausage Fest tranchera un peu par son style étrange, très alambiqué signé Julien Bitoun. Ses solos de Régis Savigny et Saturax rappelleront fortement Primus par moments et trancheront franchement avec le blues bien plus calme qui suivra : Rainy Day In Brooklyn d’Yvan Guillevic accompagné de Fred Chapellier et Judge Dredd ! Un blues aux solos stratosphériques et d’une efficacité superbe. Le jeu tout en nuances de Yann Coste (ex-No One Is Innocent) s’illustrera d’ailleurs parfaitement sur ce morceau ainsi que sur le blues faisant directement suite à celui-ci : At The End Of The Road. On y entendra Fabrice Dutour mais aussi Youri De Groote, Axel Bauer, Fred Chapellier, et Julien Bitoun, ce qui donnera un bel aperçu de la scène française de la guitare ! Un virage rock en milieu de morceau surprendra d’ailleurs l’auditeur !

ExOgen viendra réveiller tout ça ! Le morceau de heavy metal de 8 minutes signé NeoGeoFanatic verra s’affronter NeoGeoFanatic, Yoann Kempst et François C. Delacoudre, mais aussi Gus G, l’ancien guitariste d’Ozzy Osbourne !  Ne vous fiez pas à son introduction calme, le morceau sera le plus violent de tout le double album et on applaudit des deux mains Yann Coste à la batterie pour son jeu tout aussi virtuose que celui des guitaristes ! Lone Ranger sera plus hard rock qu’ExOgen, mais enverra lui aussi de l’énergie au fil des solos de Pierre Danel, Rick Graham et Richard Daudé !

United Anthem, composé par Saturax, clora d’une belle manière cet album qui illustre clairement la richesse française en terme de guitariste. A part quelques passages, on aura été clairement surpris par cet album, qui tranche avec la majorité des albums de guitare instrumentale par sa variété et surtout par le nombre de talents le composant ! Allez, sur le volume 2, peut-être peut-on espérer la présence de Popa Chubby (qui passe presque plus de temps en France qu’aux Etats-Unis), Joe Duplantier ou de Pat O’ May qui sait ? On a hâte d’écouter la suite en tout cas !

7.5/10