Review : Whitesnake – Flesh & Blood

1
475

Quatre ans après The Purple Album, hommage à son passage dans Deep Purple, David Coverdale revient. Whitesnake se concentre plutôt sur la période années 80 du groupe pour Flesh & Blood, un album traditionnel et pourtant très moderne de la légende du glam. Alors qu’en est-il de ce nouvel album ?

L’album s’ouvre sur Good To See You Again, morceau très péchu qu’on imagine déjà ouvrir les concerts du groupe. Le riff, la voix qui rappelle l’album 1987, et l’énergie folle rappellent l’âge d’or de Whitesnake. On a déjà hâte au bout d’un morceau de voir le groupe se produire à Clisson le 22 juin prochain ! On enchaîne ensuite sur Gonna Be Alright qui rappelle la période 70s du groupe, et malgré une ambiance plus posée, le morceau est très sympa et dégage un côté kitsch vraiment appréciable. Ces deux premiers morceaux établissent donc ce qui établira la plupart de l’album : on alterne entre un son 80s résolument glam metal et un son 70s plus classic rock à la Deep Purple que glam. Shut Up And Kiss Me, premier single de cet album, est plutôt dans la première catégorie, avec une énergie au top, tandis que Hey You (You Make Me Rock) rappelle le morceau Heavy de Glenn Hughes sorti il y a 2 ans. Always & Forever fait quant à lui étrangement penser au générique des Nuls L’Emission, Skillet de Morris Day & The Time (pour les plus jeunes d’entre vous, un extrait ici).

La ballade When I Think Of You vient reposer les oreilles après ce déferlement de rock, et fait penser indéniablement à David Bowie. Trouble Is Your Middle Name est au même titre que Shut Up And Kiss Me un hit en puissance, très 80’s avec un riff cependant calme au début et un refrain qui fait penser à Scorpions. Du grand art. Le morceau titre revient aux essentiels, avec un tempo lent à la 70’s, et une fin limite prog. Le solo est juste dingue et on a très envie de voir ça en live ! Après un Well I Never qui se révèle un peu oubliable, Heart Of Stone vient surprendre l’auditeur avec une guitare en arpèges mineures, et un feeling très dark qui se dégage des couplets. Le refrain est massif, et la fin dantesque avec un nouveau solo magistral.

Get Up est indéniablement mon morceau préféré de l’album, avec une ambiance groovy et un son très frais, il rappelle indéniablement les beaux jours du glam metal ! Vous pourrez le retrouver ci-dessous. After All, ballade acoustique est vraiment bienvenue après une tempête d’énergie pareille, et bénéficie d’une production parfaite. Enfin, Sands Of Time vient conclure avec un morceau power metal aux mélodies egyptiennes. Cette innovation est très sympa et bienvenue dans un album résolument classique par ailleurs.

En bref, vous l’aurez compris, le cru 2019 de Whitesnake est très très bon ! Le groupe, sans se réinventer, démontre encore une fois qu’il est une véritable force de la nature dans ce paysage hard rock qui a beaucoup tendance à se répéter. Whitesnake ne se répète pas, il avance, et on félicite David Coverdale et Joel Hoekstra pour cet album qui se révèle être un des meilleurs albums de glam de ces dernières années.

8/10

Review par Valentin Pochart.

L’album est disponible ici (des copies signées par David Coverdale y sont d’ailleurs en vente) et dans les points de vente habituels.

Whitesnake joueront au Hellfest le samedi 22 juin.