Hellfest 2019 – LE Running order pour les vrais bonhommes !!

1
2743

Vous ne savez pas trop comment organiser votre Hellfest ? trop de dilemmes ? trop de groupes inconnus ? N’en dites pas plus… Après vous avoir tenus informés régulièrement sur la programmation (ici, ici et ), puisqu’on aime bien vous mâcher le travail (bande de fainéants…) Pozzo live vous a carrément concocté des Running Orders perso…

Et comme le métal c’est vaste, on sait bien que tous les goûts sont dans la nature, même les plus mauvais (coucou La Valley 👋) et que tout le monde n’ira pas voir les mêmes choses…

Du coup, pas d’inquiétudes, on vous a préparé une petite sélection de Running orders pour : les vieux, les coreux (coucou le Furyfest 👋), les blackeux, les punks, les noobs, les tigens, les neweux (si si, c’est ceux qui écoute que du new metal), et kikoolols, les… brefs, il y a d’autres propositions à paraître alors restez attentifs dans les semaines à venir 😘

Running order du Hellfest 2019, pour les vrais bonhommes :

Pour gagner du temps, vous pouvez vous rendre directement aux journée :

Ou bien jeter un œil aux reco à ne pas manquer

Ou sinon vous pouvez commencez par le début :

Ah le Hellfest…la Mecque du métalleux, le pèlerinage incontournable de tous les passionnés de musiques extrêmes ! Après avoir vécu l’expérience de quatre éditions mémorables (2014 à 2017), ce festival s’est définitivement ancré au plus profond de mon être. Et ce n’est pas sans une certaine nostalgie que je vois sortir chaque année des affiches toujours aussi alléchantes. Des choix personnels compliquent désormais fortement les possibilités de m’y rendre. Toutefois, comme chaque année, je scrute avec attention et concupiscence les noms qui sont affichés pour la prochaine édition. A la demande des animateurs de Pozzo Management, je vais m’efforcer de tracer le Running Order idéal de l’édition 2019. La tâche est délicate car il est impossible de faire preuve d’objectivité en la matière, le contraire est même recommandé.

Alors, je préfère prévenir les amateurs de punk, stoner et tous les genres en -core, que je n’y connais rien dans ces registres musicaux. Par conséquent, mes recommandations dédaigneront lâchement les scènes de la Warzone et de la Valley. Vous voilà prévenus !

Commençons par le commencement, le vendredi 21 !

 

Vendredi 21 :

 

Le vendredi 21, il me semble approprié de débuter l’édition 2019 par les talentueux blackeux d’Aorlhac. Ce groupe français de black métal mélodique produit des albums de grande qualité et j’aurais été curieux d’aller les écouter sur la Temple pour voir ce qu’ils donnent sur scène.

Le vendredi matin, les français de BlackRain se produiront également sur la Mainstage 2. Je peux recommander ce groupe pour les amateurs de glamrock efficace à la Steel Panther, avec un côté néanmoins beaucoup plus sage, il faut l’admettre. Pour les avoir déjà vu en première partie d’Alice Cooper, il y a quelques années, leur prestation était très satisfaisante.

Ensuite, autant ne pas trop s’éloigner des Mainstages, afin de suivre le concert des finlandais de Sonata Arctica et leur power ultra mélodique, toujours sur la Mainstage 1. Pour nos amis amateurs de l’occulte qui voient d’un mauvais œil ce programme de début de journée un peu trop empli de légèreté, n’hésitez pas à aller écouter les américains de Uoda sous la Temple. Leur black métal ravageur mais également teinté de touches mélodiques est un pur régal.

Sur la Mainstage 2, les français de Lofofora sont ensuite mis à l’honneur et ils méritent globalement la peine de venir les écouter. Peu après, les scandinaves braillards de Trollfest viendront souiller les planches de la Temple avec leur folk métal gueulard qui fait de nombreux adeptes. Personnellement je trouve leurs morceaux rapidement lassants, surtout sur l’aspect vocal.

Bien qu’il s’agisse plus de rock teinté de métal, que de vrai métal à proprement parler, je serai quand même tenté d’aller écouter les français de No One Is Innocent. Les textes engagés et la musique efficace étant deux bonnes motivations. Par contre, il serait sacrilège de manquer Diamond Head sous la Temple dans la foulée ! Ce groupe légendaire est un des pionniers du heavy métal et a été une influence majeure pour énormément de groupes, tels que Metallica pour ne citer qu’eux. Compte tenu de la discrétion du groupe ces dernières années, aucune idée de la qualité de la prestation, mais il paraît impératif d’y faire au moins un tour !

Retour préconisé en terre française sur la Mainstage 2 juste après avec Dagoba, les marseillais étant toujours très généreux sur scène et n’économisant pas leurs efforts pour faire chauffer les circle pits ! Les amateurs de métal progressif se régaleront probablement du passage de Dream Theater peu après, sur la Mainstage 1, mais je n’apprécie pas suffisamment le groupe pour le conseiller. A la limite, ce sera peut-être le moment de faire une pause pour se préparer au mieux au reste de la soirée qui s’annonce des plus intense.

En effet, sur la Mainstage 2, le groupe parodique Ultra Vomit viendra ranimer l’ambiance de la fosse avec leur humour tout en subtilité (nan je déconne, c’est très con et c’est ça que l’on aime chez eux !). Nul doute que ce placement en début de soirée sur le running order rendra la mainstage quasiment inaccessible vu qu’en 2017 ils avaient battu le record d’affluence aux mainstages à la mi-journée, placement jugé généralement plutôt ingrat pour des groupes ayant déjà acquis une certaine renommée.

Oui je sais, vous allez me haïr, mais je n’aime pas Dropkick Murphys. Leur rock irlandais m’apparaît d’une fadeur effroyable. Pourtant, tout le monde semble adorer. Alors, voilà, ils joueront sur la Mainstage 1 après Ultra Vomit, et il y aura du monde pour les écouter c’est certain. A la limite, les voir offre l’avantage de pouvoir se placer pour le show de Mass Hysteria. Là encore, un groupe que je connais mal, mais dont j’avais déjà apprécié l’énergie sur scène.

Après nos gentils français, ce sera l’heure d’aller voir la première grosse tête d’affiche de cette édition 2019 : MANOWAR ! Les légendes du heavy épique, viril et macho à souhait passent par Clisson pour leur tournée d’adieu. Que l’on aime ou pas Manowar, on doit leur accorder le mérite d’avoir composé quelques hymnes métal parmi les plus efficaces de la création. De toutes façons, il n’y a pas à tergiverser, il faut aller à la rencontre de l’un des derniers grands groupes mythiques de la scène métal des années 1980.

Une fois Manowar terminé, pas le temps de niaiser comme diraient nos amis québécois ! En effet, il faudra avoir obligatoirement le don d’ubiquité pour ne pas terminer cette journée par l’amère saveur de la déception ! Tout d’abord, en même temps que la fin de Manowar, Carcass commencera son concert sous l’Altar. Pour avoir déjà vu en live ces légendes du death métal britannique, j’avais grandement apprécié leur show, sans être, pour autant, un grand connaisseur du groupe. Pourtant, malgré l’intérêt évident que représente un tel groupe, il faudra peut-être faire l’impasse sur leur concert car dès la fin de Manowar, les français de Gojira prendront le relais final sur la mainstage 2 avec leur death aussi protéiforme que dévastateur. La mainstage va se transformer en une masse mouvante incontrôlable, avis aux amateurs !

Mais vaste dilemme, car en même temps, King Diamond jouera sur la Temple et SUM 41 à la Warzone. Les styles musicaux sont évidemment différents, mais difficile de choisir entre un concert ultra efficace et mémorable de Gojira, un des grands groupes de heavy de ces 40 dernières années (en comptant les années Mercyful Fate qui avaient précédé King Diamond), et un groupe qui réveillera la nostalgie de nombreux fans qui écoutaient SUM 41 au lycée il y a quelques années. Le choix est cornéliens mes amis…je vous laisse choisir…

Voilà pour cette première journée de concerts ! N’oubliez pas de dormir un peu pour être en forme le lendemain…

 

Samedi 22 :

 

Le début de la journée présente un intérêt relatif pour ma part. Le premier groupe que je recommanderais de voir, serait Wolfheart, sorte de folk death mélodique plutôt sympa.

Ensuite, je suis convaincu qu’il y a un très bon moment à passer avec les américains d’Allegaeon et leur death technique et mélodique très pêchu. Leurs albums sont excellents et les échos que j’ai pu avoir de leurs prestations live sont plutôt encourageants. La journée peut se poursuivre un peu plus tard sous la Temple avec les blackeux néerlandais de Carach Angren aux touches symphoniques plutôt efficaces.

Sous l’Altar, on pourra juste après aller judicieusement écouter les portugais de Moonspell dont l’influence gothique est indiscutable, malgré une musique avec un caractère symphonique assez affirmé.

Ensuite, vient le moment douloureux des dilemmes et des hésitations, du fait de chevauchement des passages de groupes…En effet, du côté des mainstages il y aura plusieurs groupes de légende avec Whitsnake, Def Leppard, ZZ Top et KISS. Bref, que du très très lourd ! Au milieu, cherchez l’intrus, , on aura juste avant Def Leppard, le groupe hollandais de métal symphonique Within temptation. Il apparaît indispensable aux amateurs de hard rock d’assister au concert de Whitsnake qui reste un des plus grands représentant du genre encore en activité. De même, Within temptation est un groupe incontournable pour les fans de groupes comme Nightwish ou Epica.

Ensuite, ce sera au tour des légendes de la NWOBHM (New Wave of British Heavy Metal) de Def Leppard de faire leur entrée sur la Mainstage 1. Personnellement, je considère que seul le premier album On Through the Night est de qualité. A peu près tout le reste suinte le commercial à plein nez. Néanmoins, compte tenu du statut du groupe, cela mérite un détour à mon humble avis, histoire de juger sur pièce. Bon, certes ZZ Top est un groupe important dans l’histoire du rock, mais, honnêtement, leur concert peut être l’occasion d’une pause, car leurs shows n’offrent guère d’intérêt. C’est dénué d’enthousiasme, ampoulé, vieillissant, ennuyeux.

Dans la foulée, difficile de manquer le live de KISS sur la Mainstage 1, pour la légende, bien sûr.

Si le programme des mainstages en soirée est bien rempli, les scènes de la Temple et de l’Altar proposent également un programme très alléchant en parallèle ! Tout d’abord, en même temps que Whitesnake et Within Temptation, on y retrouvera Candlemass, légende du doom métal. Il est probable qu’en même temps que Def Leppard, ce soit Myrkur Flokesange qui joue sous la Temple. Voilà un groupe étrange, menée par la voix angélique de la douce Amalie Bruun, chanteuse danoise au charme certain. Il s’agit d’une sorte de black métal atmosphérique et onirique, mais qui n’a de black métal plus qu’une ambiance mélancolique et parfois quelques cris lointains et déchirants. Je garde un souvenir plutôt agréable de Myrkur lors de son précédent passage au Hellfest. A voir pour les réfractaires aux groupes de légende qui recherchent plutôt l’originalité de groupes ayant encore un pied dans la confidentialité.

Puis, tant qu’à faire, autant rester vers l’Altar pour écouter ensuite Dark Tranquility, plutôt que d’aller perdre son temps devant ZZ Top. Ce groupe issu de la scène death mélodique de Goteborg en Suède (avec In Flames, Avatar et At the Gates, entres autres) ne brille pas vraiment par son originalité, au point que je les considère un peu comme les AC/DC du death mélodique. Mais, au moins, il n’y a guère de mauvaise surprise à craindre. Le concert sera très bon, le groupe généreux en énergie, comme à son habitude et vous repartirez avec la banane. Si si, croyez-moi, c’est toujours l’effet que laisse Dark Tranquility en live, même aux personnes non amatrices de ce registre musical.

Dans la foulée, autant rester encore un peu sous les tentes pour voir Cradle of filth et entendre les cris aigus de Dany Filth. Ce sera toujours mieux que la fin invariablement prévisible du concert de ZZ Top (La Grange, bien sûr).

Ne connaissant pas suffisamment Bloodbath, je miserais ensuite sur le concert de KISS. Et juste après, pas le temps de lambiner, il faut enchaîner avec le légendaire, groupe anglais de rock gothique The Sisters of Mercy. Je serai très curieux de savoir ce que ça vaut sur scène, ce groupe ayant produit quelques excellents morceaux tels que Temple of Love. Ce sera une bonne façon de clore le marathon probablement épuisant de cette fin de journée.

 

Dimanche 23 :

 

Le programme du dimanche s’annonce légèrement moins chargé que les deux jours précédents. Personnellement, je ferai débuter la journée à 17h avec le concert de Testament, un groupe important de la scène Thrash Metal américaine. Puis, pourquoi pas poursuivre avec Immolation histoire de se prendre du bon gros death métal dans la gueule. La suite pourrait apparaître un peu trop mignon avec Anthrax, un des membres du Big Four of Thrash américain. Sans réelle concurrence sur les autres scènes, ça peut être intéressant d’aller les voir même si mon enthousiasme à l’égard d’Anthrax est toujours resté très modéré.

Ensuite, il serait impensable de quitter les mainstages, car on y retrouvera les légendaires Lynyrd Skynyrd ! Ce groupe de rock sudiste est autant entré dans la légende par ses tubes à l’audience planétaire comme « Sweet Home Alabama » ou « Free Bird », que par le tragique accident d’avion de 1977 qui ôta la vie à trois des membres fondateurs. Actuellement, même s’il ne reste plus que Gary Rossington comme membre fondateur, ce groupe est bien trop profondément ancré dans l’histoire de la musique mondiale pour s’affranchir d’aller le voir sur scène.

La Temple propose peu après une autre légende, mais de la scène norvégienne cette fois, avec les blackeux d’Emperor. Depuis le retour aux affaires du groupe en 2013-2014, les concerts s’enchaînent et permettent aux nouvelles générations de prendre conscience du talent incontestable de ce groupe mythique, pionnier du black métal au début des années 1990. A ne louper sous aucun prétexte, non aucun, sous peine de mourir châtié par Satan en personne !

Pourtant, sur la Mainstage 2 il y aura également les américains de Lamb of God avec un métal d’une puissance ravageuse. Grosse ambiance en perspective ! Assurément ça va se bagarrer dans le pit ! Donc, en fonction des sensibilités, Lamb of God VS Emperor, ce sont deux grosses claques en perspective !

Pour les amateurs de death dévastateur, il ne faudra pas manquer Cannibal Corps, une des références absolues de cette scène.

Quant à la suite, bien que Slayer est censé présenter son concert d’adieu, j’irai sans nul doute, plutôt traîner sous la Temple pour y apprécier le concert de Carpathian Forest, un excellent groupe de black métal norvégien. Normalement l’étiquette « black métal norvégien » doit suffire à convaincre même les plus réticents à se laisser guider aveuglément par la confiance. Les norvégiens ne déçoivent jamais !

Pour le reste de la soirée, carte blanche les amis, il s’agit de groupes que je connais peu ou pas du tout. Faites vous plaisir entre Deicide et TOOL, deux références dans leur registre musical. Quitte à se balader de scène en scène pour apprécier quelques heures encore l’ambiance nocturne unique du Hellfest.

Et voilà, c’est ainsi que j’achève cette petite présentation de mon programme idéal du Hellfest 2019. Comme il y a tout de même beaucoup de groupes qui sont cités, et que rares sont les personnes qui, comme moi, tenteront de voir entre 30 et 40 concerts sur les trois jours, je conclus en vous laissant sur mon top 10 des groupes à ne manquer sous aucun prétexte. Et oui, je le répète c’est totalement subjectif et cela n’engage que moi !

Les immanquables :

    • 10 – SUM 41
    • 9 – Ultra Vomit
    • 8 – Carcass
    • 7 – KISS
    • 6 – Lynyrd Skynyrd
    • 5 – Diamond Head
    • 4 – The Sisters of Mercy
    • 3 – Emperor
    • 2 – Gojira
    • 1 – Manowar

Bon Hellfest à toutes et à tous ! \m/ > < \m/

Playlist de la rédaction de ce texte (il y a quelques perles méconnues dans le tas) :

Running Order et article par Alexandre VdY – <3 <3 sur lui

Et Alex, si vous aimez les piafs, il fait aussi des zolis trucs ici entre autres… Comme quoi on peut écouter de la musique pour les damnés et avoir un petit cœur qui bat sous ses cheveux gras…

1 COMMENT