LE Running Order Hellfest 2019 pour les oreilles plus fragiles

0
842
Crédit photo : Hellfest

Ok… Le Running Order d’Alex était un peu trop brutal pour vous… on a compris. Ça tombe bien, moi je suis plus kikoolol que lui et j’écoute du metal d’ados hirsute et boutonneux.

Du coup je vous préviens, comme je suis un gros noob dans le métal, je campe devant les mainstages quasiment tout le weekend. Voilà. Oui mon Running Order va pas être dingo… Ça vous intéresse toujours ? Ah ouais vous avez vraiment pas été convaincus par le Running Order d’Alex en fait !!

On verra bien si ça vous convient un peu plus… c’est parti pour le Running Order qui sent sous les bras.

Pour gagner du temps, vous pouvez vous rendre directement aux journée :

Ou bien jeter un œil aux reco à ne pas manquer

Ou sinon vous pouvez commencez par le début :

Running order du Hellfest 2019, pour les oreilles plus fragiles :

Vendredi 21 Juin (c’est la fête de la musique !)

Alors pour débuter le festival avec légèreté et curiosité, il est toujours important d’aller découvrir les vainqueur du Tremplin Voice of Hell ! Déjà parce que pour eux, c’est quand même un truc de ouf de jouer devant un gros public comme le Hellfest, donc c’est plus sympa si le public est effectivement présent et pas juste en train de cuver son mauvais vin rouge de la veille, après avoir lamentablement échoué aux joutes de caddies du Red… Donc oui, c’est tôt le matin, mais c’est poli ! alors quand on est gentil on prête, Matteo è_é

Alors oui je sais que cette année, le jeudi aura déjà été chargé avec l’exceptionnel addition du Knotfest mais vous devriez aller faire un coucou en Main Stage aux 4 nanas déjantées de Fallen Lillies. Elles proposent un Hard Rock pêchu et elles ont été sélectionnées parmi 450 autres groupes donc ça doit pas être trop dégueu logiquement ! Sinon avec votre raisonnement de nazi, l’année dernière on aurait raté Rédemption et on s’en voudrait !

Après Fallen Lillies, je resterais devant les mainstages même si je connais pas vraiment Last temptation, il est 11h le premier jour du festival, j’ai grave la flemme de commencer à courir partout putain ! En plus il faut rester devant la Mainstage pour découvrir Klone à 11h30. Les poitevins offrent un metal prog très mélodique… On se demande un peu ce qu’ils foutent en Mainstage (Go à La Valley bordel !) mais pour finir de se réveiller, avec une petite binouze à 7€, je m’assiérai volontiers dans l’herbe devant.

Après cette petite sieste, je quitterai les Mainstages pour la première fois ce vendredi (ça n’arrivera pas beaucoup je vous le rappelle) pour aller voir avec plaisir les punk irish de The Rum Jacks en War Zone.Dans la lignée de Dropkicks programmés plus tard ce jour, ça va fleurer bon la bière, le Whiskey et les lutins !

Saut de puce avant de revenir voir le Glam de BlackRain en Main 02 pour un concert simple mais énergique. Jamais vu mais je parie sur un bon moment. Sinon, il sera de toutes façons l’heure de se diriger vers la bouffance !

A 13h30, première séance de brutal pour moi (ça sentira moins l’acné pendant une heure) n’ayant rien d’audible à découvrir, je suis très curieux de voir UADA en Live. Leur son studio étant très clean et assez mélodieux pour du Black Metal, je tiens à aller faire mon premier passage sépulcral sous les tentes pour voir si c’est aussi dégueu en live que tous les autres groupes de Black (#pastillePourLaGorge)

On attaque l’après midi, ce qui veut dire qu’on attaque aussi un peu les têtes d’affiches. Je commencerais pas Lofofora, plus par curiosité que par conviction. Le vieux groupe de Heavy français, dont le lead singer Reuno squatte la tournée des Tambours du Bronx W.O.M.P (pour le meilleur des rendus très honnêtement) m’intrigue. On connait tous plus ou moins leur tube « Le Feu ». Voyons ce que ça donne sur scène.

On enchaîne avec un premier GROS groupe : Godsmack. On revient aux années teenage et ça va forcément être au moins nostalgique et ptet même très bien ! Godsmack vous fait chier, No Fun At All avec leur Punk qui a l’air assez… Fun (voilà c’est tout pour moi ! je serai en spectacle le 16 !) passent en même temps à la War Zone.

A 16h Retour en Mainstage 02 pour voir le live de No One Is Innocent. Valeur sûre en live avec une belle énergie, beaucoup d’interactions avec leur public. Qu’on aime le punk français ou pas (moi pas trop normalement) on passe un bon moment et ça bouge dans la fosse !

à 17h, je prendrai probablement ma deuxième grosse pause de la journée, avec une douche et un petit encas. Pensez-y, la pause pendant les premiers gros concerts, c’est l’assurance d’avoir accès aux H20 sans faire la queue (pas con !). En effet, The interrupters en War Zone, quoiqu’ayant l’air sympa (pas plus) n’attise pas ma curiosité assez pour ne pas profiter de ce moment d’accalmie susnommé. Ensuite, J’ai déjà vu Dagoba 2 ou 3 fois rien que cette année donc je finirai cette pause pendant la presta des marseillais. Si vous vous en foutez de sentir des pieds, alors leur show est mon suivant dans cette liste. L’alternance chant clair / chant saturé brutal de Shawter est à voir. Leur Mélodeath fait vibrer dans le bide, ça pogote tarpaing, oh con ! Et leur amour pour les Wall of Death et Circle Pits n’a d’égal que la ferveur que met leur public à les réaliser !

On reste en Mainstage pour les très TRÈS célèbres Dream Theater et on en profite pour souffler un peu après Dagoba (oui un Live de Dagoba entier, ça nique un peu) et pour reposer les cages à miel… Prenez votre respiration parce qu’on entame maintenant LE rush infernal du Weekend !

Interdiction formelle de rater une seconde d’Ultra Putain de Vomit. Les nantais qui offrent le metal parodique le génial de France ne sont pas juste rigolol. Ils sont en plus d’excellents musiciens. Après les avoir vus de nombreuses fois, je peux le dire sans honte : On ne s’en lasse JAMAIS et c’est systématiquement GE-NIAL. Vous ne voulez pas manquer les tubes Kammthaar et Evier Métal issus de leur dernier opus Panzer Surprise. On rappelle tout de même qu’en 2017, les quadrio (SI ça se dit !) avait battu le record d’affluence du Hellfest pour un concert donné en début de journée. Oui quand même, excusez moi du peu ! Du coup, là il sera 20h, il va y avoir beaucoup BEAUCOUP de monde, et vous ne voudriez certainement pas rater une chenille (pardon, une Ch’nille) avec autant de milliers de personnes, si ?

Donc Ultra Vomit : obligé.

Ensuite on reste à côté pour les Dropkick Murphys. Oui je sais qu’Alexandre a dit que ça le faisait chier mais vous avez bien remarqué qu’il a des goûts de chiottes donc bon… LE groupe le plus connu de Punk Irlandais aux riffs énervés et motivants. ça va bouger, ça va danser, ça va chanter et ça va sentir la bière et les tatouages retro !

On reste devant la Mainstage toujours pour enchaîner avec le 8ème groupe français de cette journée 100% frenchie : Mass Hysteria. Ce n’est pas particulièrement ma came mais l’ambiance à leur concert de 2016 m’a lancé un souvenir incroyable donc je ne voudrais pas les manquer cette année !

Surtout ne bougez pas de votre entre deux Mainstages, car voici LE groupe de heavy de la journée, du weekend même… Manowar : LE groupe de Heavy Metal macho par excellence. Le Heavy Metal qui transpire dans des salopettes en cuir. N’ayons pas peur des mots… LE Heavy Metal avec des GROSSES couilles ! Je ne voudrais manquer ces légendes du Heavy Metal américain de bonhomme ! Formé dans les années 80, ils sont à l’origine de nombre de tubes absolument incontournables avec deux thèmes communs systématiques : Le Metal (oui oui, ils font vraiment une musique dans laquelle ils parlent de la musique qu’ils font… si. oui je sais… bref.) et la bagarre ! j’entends par « bagarre », celle qui a lieu sur les champs de bataille, masse d’arme dans une main et crâne de leur ennemi rempli de bière chaude dans l’autre !
En somme, rien de bien élevé question psyché mais un cocktail détonnant à aller entonner en chœur (si le groupe propose sa supplication « The Crown and The Ring » je vous promets, je pense que je vais chialer un peu.). Et si vos ne connaissez pas encore, ça peu arriver… allez écouter n’importe quel morceau qui possède le terme metal dans son titre, il y a en 2000 environ (Brothers of Metal, The Gods Made Heavy Metal, Kings of Metal, Heart Of Steel, Metal Warriors,…)

Et pour parfaire ma description, le groupe l’assume tellement qu’en 2009, pendant l’une des premières éditions du Hellfest, ils avaient remis à Ben Barbaud un trophée : Une paire de Balls of steel. Oui, des boules de pétanque mais vous n’êtes pas romanesques ! Un passage tous les 10 ans avec ce groupe, c’est suffisamment plus rare qu’un Slayer ou Anthrax programmés tous les 2 ans et demi, pour mériter d’aller jeter un œil même si vous n’êtes pas des fans du genre !

Là on est face à l’une des petites souffrances de cette journée car il va me falloir quitter Manowar en plein milieu de leur show pour avoir une chance infime d’approcher de la War Zone pour le dernier concert de la soirée : Sum Fucking 41 !

Si vous êtes déjà allés en War Zone en fin de journée, vous savez qu’avec un groupe aussi important, l’endroit va être absolument inaccessible samèr !! En revanche, je sais qu’il y a Gojira en Mainstage en même temps mais impossible d’en avoir quoi que ce soit à foutre ! Sum 41 est l’un des rares groupes toujours aussi actifs et proposant des albums tous de bonne qualité depuis 20 ans Bordel ! Depuis Half hour of Power à leur album à paraître Order in Decline, il n’y a que rarement eu quelque chose à jeter. Impossible de citer tous leurs tubes tellement il y en a. Une condition sine qua none à chacun de leurs 8 albums, un Punk Hardcore Alternatif enragé et débordant d’Énergie !! Les canadiens qui commençaient leur carrière en première partie de Blink 182 début des années 2000, ont fait du chemin, et ont dépassé leur pairs depuis longtemps. Pour les plus gros coreux ou blackeux, je suis certain que même pour vous, il y aura de la nostalgie à revivre, émus, vos années collège/lycée… En tout cas, moi j’y serai avec Valentin… Tant pis pour Gojira, à votre place j’aurais négocié un autre créneau… ne serait-ce que pour aller voir le concert vous mêmes <3

Et comme je suis joueur, je parie sur un set avec The Hell Song… qui semble relativement de circonstance.

Et ainsi se termine la sainte journée du Vendredi 21 juin, première de ce Hellfest 2019. Comment célébrer mieux la fête de la musique qu’en finissant par Sum 41… putain j’en ai déjà la larmichette rien que d’y penser. Il sera donc l’heure de rejoindre le campement pour un repos AMPLEMENT mérité après cette journée marathon et en prévision des deux suivantes. Peut-être que j’irai voir les caddies, peut-être pas… j’en sais rien, je sais qu’on va être claqués mais surtout, je sais que je vais me coucher avec des étoiles dans les yeux !

 

Samedi 22 juin

Cette journée n’a RIEN à voir avec la précédente selon moi. Je serai naturellement plus évasif car il n’y a rien d’aussi sexy que la prog du vendredi avant 20h à part l’excellent The Fever 333. Et clairement, le Death guttural de Dawn Of Desease ne risque pas d’attiser ma curiosité. Pas plus que le New Metal de Like a Storm, pas assez sexy pour me faire entamer la journée dès le premier concert… Si je n’avais pas le choix, j’irais quand même voir ce dernier car l’instru rappelle un peu Slipknot et assimilés. Mais le chant m’ennuie, donc je serai à l’apéro à ce moment.

La journée commencera donc sous la Temple avec les français de Shaarghot et leur punk metal indus post apocalyptique ! Loin d’être fan du style, la scénographie promet d’être sympa et il faut bien commencer la journée amen’doné ! Ah mais vous me connaissez pas ! j’suis un shlag moi !! si la programmation m’emmerde, je peux procrastiner toute la journée au camping avec ma 8.6 chaude !

On enchaîne direct sur le New Metal Reggae Punk renoi dreadeux et pêchu de Skindred en Mainstage. Déjà vu, très bonne ambiance et valeur sure. l’assurance de lever ses petits doigts de metal en gueulant Yeah Man ! Babylone ! Un mélange aussi étrange qu’efficace.

Ensuite, c’est déjà la première partie de « Bon… on va où du coup ? Balec ? Ouais Balec… » jusqu’au concert de Whitechapel une heure plus tard sur la même scène. On ira par curiosité car le groupe est connu mais je ne suis pas sûr qu’on reste devant longtemps car le deathcore, outre le fait que ça n’aurait jamais dû voir le jour, c’est quand même assez gueulard et qu’à midi à peine, on a besoin de protéger son capital auditif de la journée !

Deuxième pause en mode Balec puis on arrive sur le premier vrai MUST de la journée, mentionné plus haut, The Fever 333 ! a mi-chemin entre Linkin Park et Rage Against the Machine, soit deux groupes qu’on déteste plus que tout, bien entendu… les californiens de Fever 333 sont assurément une icône montante de Punk / Rap Metal mondiale ! Et ce même si le Wikipédia Français n’en parle pas encore… (vous êtes allés vérifier hein 😀 je vous l’avais dit !) Dignes descendant de RATM assumés, le groupe est clairement déjanté et leur chanteur promet un show des plus niklavie ! A ne pas manquer donc.

Ensuite, on retourne sous la Temple pour aller kiffer les couleurs fluo psychédéliques de Punish Yourself. Les français (encore !) proposent un Punk metal indus sympa mais c’est surtout pour l’ambiance et la scéno qu’on ira ! Ce n’est pas anodin si un groupe de Punk se retrouve sous la Temple (Bawi, z’aviez pas remarqué que c’était chelou ?). C’est tout simplement parce que Punish est un groupe à voir dans le noir !! peintures fluos et lumière noire, l’assurance d’un moment Nutella, l’huile de palme en moins <3

Commence alors la graaaaande pause. On va probablement passer devant Böhse Onkelz de loin par curiosité non convaincue puis regagner lentement le camping en passer mathématiquement devant l’Altar pour sacrifier une vierge devant Archspire, pleurer un peu tellement c’est inaudible, se mettre à saigner des oreilles, vomir deux fois… et puis au bout de 18 secondes continuer notre route vers le camping. C’est donc le moment choisi pour le repos/douche/sustentation de la soirée. Il sera 16h30 environ au moment de passer la cathédrale, et l’idée et de prendre 3 heures de pause pour revenir au milieu de Whitesnake afin d’entendre la deuxième moitié du concert. Le groupe vient de sortir un album plutôt intéressant tandis que leur heavy glam passéiste habituel m’emmerde au plus haut point.

3 heures donc qui permettront de faire un gros Fuck aux connards pro lobby des armes d’Eagles Of Death Metal (si vous êtes des gentils, je vous invite à les boycotter également ! nique le fascisme uej !!) ET de revenir en forme pour affronter la soirée où habituellement la programmation est quand même nettement plus cool. Nettement ? Bof bof hein. Je vous ai dis que cette journée du Samedi était moyennasse…

On va donc aller forcément devant Within Temptation. Parce que c’est un must see, parce que c’est plutôt doux à l’oreille comparé aux autres groupes du Festival. Faisant partie du top 3 metal symphonique mondial (avec Nightwish et Epica), il convient d’aller voir Sharon chanter. En plus elle est plutôt jolie, ce qui dénote probablement avec le chanteur d’Archspire sus-nommé (la moustache est mieux taillée pour sûr) mais je ne préjugerais en rien de vos goûts, bien-entendu.

Là on passe en mode « y’a plein de trucs à voir en même temps et c’est le bordel »

En turquoise, les « pourquoi pas » et en rouge les « immanquables ». Voyez donc que c’est la merde, un peu.

La suite va donc ressembler – probablement – à :

  • Go Temple pour phaser devant le folk black pagan mélodique de Myrkur
  • Sortir de sous la tente pour écouter les immensément célèbres Def Leppard même pour le coup, ça m’en touche une sans faire vibrer l’autre…
  • Décaler de 30 mètres à gauche (quand on regarde vers l’intérieur de la Temple) pour aller kiffer un moment de Melodeath avec Dark Tranquility en priant pour ne pas rater leur tube Atoma, magistral, vraiment.
  • On ressort la tente des tentes, pour entendre 5 minutes de ZZ Top dont Alexandre expliquait dans son Running Order que le show était résolument sans surprise. On le croit et on ne perd pas de temps donc. Petit défi : arriver à voir les barbes séculaires du groupe depuis la cathédrale, ça devrait pas être trop dur, vu la taille (jeu de mots lol)!
  • Retour sous la tente d’à côté pour écouter Cradle Of Filth. Ecouter effectivement 10 minutes et se rendre compte que le son Live est particulièrement infecte. Ressortir et descendre se positionner pour le show de Kiss qui promet d’être dantesque.

La suite et fin de ce Samedi sera donc sans surprise elle aussi, le concert de mecs qui chantaient « I was made for loving you » (seulement 200 millions de vues sur YouTube, les p’tites bites !) suivi des metalcoreux d’Architect.

Les premiers ont promis un show d’Anthologie en publiant sur Facebook

Les seconds sont une valeur sûre du Metalcore que je ne connais pas assez. Une lacune à laquelle je compte bien remédier pour ce dernier concert de la journée. L’avantage, c’est que si ce dernier est décevant, il n’y aura qu’à prendre le chemin du retour. Déambuler rompu par tant de mauvais groupes… jusqu’à s’échouer lamentablement sur un matelas gonflable médiocre acheté chez Action ou Lidl. On oublie pas qu’il faudra remettre le couvert le lendemain.

Encore.

 

Dimanche 23 juin

La journée qui s’annonce à la pire programmation qu’il m’aie été donné de voir en 4 éditions de Hellfest. Je vais donc probablement aller visiter Leclerc pendant 5 ou 6h. Rappelons que cette édition 2019 comporte un 4ème jour exceptionnel avec le Knotfest du jeudi. Nous allons donc être au bout de notre vie et c’est justement ce dernier jour qui présente l’affiche la plus naze à mon goût… quelque part, la vie est bien faite.

Pour vous dire à quel point, la journée va être aussi chiante à lire pour vous qu’à vivre pour moi… voilà un aperçu assez affligeant de mon parcours de la journée :

On vous rappelle AUSSI qu’il est annoncé 34°C et des orages pour cette journée. ça va donc être vraiment l’Enfer. Je sais que c’est le thème mais « faichier putn comeme « !

Du coup fatigue + Flemme + rien de super excitant = on commence la journée avec le concert de Nova Twins à 11h30… si et seulement si le cœur nous en dit VRAIMENT.

Vu la suite de la matin/midi/début d’aprem… rien n’est moins sûr.

De midi à 15h, en fonction du choix effectué à la ligne d’au-dessus, nous allons soit déambuler entre le camping et le Hellsquare, soit entre les scènes et le Hellsquare… avant de commencer vraiment la journée avec le premier concert à ne pas rater : Trivium.

Metalcore prog au chant clair. Le chanteur a tout ce que je rêve d’être ! plutôt beau gosse métisse ricain/nippon, chanteur dans un groupe de metalcore ET dans un groupe de Death, karatéka de très haut niveau… Si tu n’adhères à sa musique, il te pète ta gueule, tête de mort ! quelques tubes incontournables (In Waves, Until the World Goes Cold, The Heart From Your Hate,…) et une bonne réputation sur scène. J’ai hâte.

S’ensuivent les concerts de Clutch – grand nom du Hard rock alternatif / Stoner – et de Stone Temple Pilots (Rock Alternatif / Grunge) que je ne connais absolument pas mais qu’il convient d’aller voir pour la culture.

A 19h, le quidam ira voir Anthrax pour entamer son Big 4 Thrash metal (Slayer qui vient remplir 2 heures plus tard) mais j’opterai pour le pagan de Skald histoire de lever un peu ma corne sous la Temple, une fois dans la journée. Personnellement le Trash me fait chier hardcore. Je trouve ça inélégant et dépassé.

Haaaaan ! il a écrit « Trash » sans « h » !!

A 19h45, grosse curiosité pour les cultissimes (et un peu vieux) Lynyrd Skynyrd. Des légendes du Hard américaines dont on ne connait que 2 morceaux mais quand même,. Je pense que la foule devrait prendre feu sur Sweet Home Alabama. Un concert fait exprès pour se sentir pousser des roues et un guidon de chopper, sur la Road 66, vu qu’on aura allègrement schinté ZZ Top la veille…

Le concert suivant donne le choix entre les TRES célèbres Lamb Of God qui font mal au crâne et le non moins célèbre Emperor… qui fait mal au crâne aussi. Death Metalcore ou Symphonic Black metal ? Mal au crâne ou mal au crâne ?

Bah bière du coup.

Ensuite on retourne avec sa bière pas trop loin de la Mainstage 01 pour voir Slash et Myles Kennedy. Deux légendes légendaires de la guitare. Alter Bridge et Guns’N’Roses sur scène. Je ne connais vraiment pas bien ni l’un ni l’autre mais on ne peut pas rater l’occasion de découvrir de si grands artistes réunis à un festival aussi prestigieux ! un concert placé sous le sigen de Heavy Metal 70’s et du Grunge, à mon avis.

Et on arrive à l’improbable, l’incertain, l’étonnant avant dernier concert du Hellfest qui réussit la performance incroyable de programmer 3 têtes d’affiches en même temps… 3 qui m’emmerdent lourdement. Je ne me pencherai pas sur la question de Slayer, vous avez déjà compris que le Thrash me gratte le cul. Carpathian Forest, c’est autre chose. J’ai écouté une minute pour savoir si ce Black Norvégien (comme le rappelait Alexandre, « Black metal » et « Norvégien » ensemble, c’est plutôt une assurance qualité normalement) pourrait me faire passer un meilleur moment que les « Big 4 programmés 17 fois en 14 éditions »… Bah non. C’est d’une violence rare. Le chant m’évoque les passages les plus dérangeants de la série Chernobyl, et l’instru, le régime politique en place à ce moment précis de l’histoire Ukrainienne… Quant à Refused, c’est juste du punk ennuyant à souhait.

Pour finir sur l’un des groupes les plus attendus de la décennie (quand même !). Les génies (parait-il) du Prog/alternativ 90’s se font désirer en France depuis 10 ans et Ben Barbaud essaye de les récupérer pour les afficher à son tableau de chasse depuis plusieurs années ! Pas révélés à l’annonce des 5 premiers groupes de 2019 lors de l’édition 2018, car pas encore signé alors que c’était déjà sûr pour l’orga, il y avait eu bon nombre de spéculation sur leur venue.

D’ailleurs, chez Pozzo Live, on l’avait annoncé avant tout le monde… donc si vous n’étiez pas encore sûrs de savoir pourquoi vous devez nous suivre… à bon entendeur)

Je ne sais pas trop quoi penser de ce groupe, il ne me fait ni chaud ni froid mais on ne rate le dernier concert du Hellfest. C’est une règle que diable. Après quoi ou avant quoi, on espère cette année aussi se voir annoncé les premiers groupes de la programmation 2020 !

Ensuite, il sera l’heure d’aller rassembler ses affaires avant le départ le lendemain matin. Oui parc qu’il y a fort à parier qu’on prenne le bouillon pile au moment de remballer donc le moins on en a à faire à la dernière minute, le mieux son se porte, en fait.

Une belle édition en perspective, mais très déséquilibrée dans sa répartition des bons groupes donc. Merci d’avoir eu le courage de lire les 4000 mots de cette interminable Running Order. Dieu vous récompensera, c’est un ami.

A l’année prochaine.

PS: si vous êtes un peu curieux, le jeudi soir, à la place d’aller perdre votre temps devant Papa Roach, viendez me voir défendre mes acquis sociaux au concours de Air Guitar sur la Hellstage !

 

Top 10 à ne manquer sous aucun prétexte (l’ordre importe peu) !

  1. Sum 41
  2. Manowar
  3. Ultra Vomit
  4. Fever 333
  5. Dropkick Murphys
  6. Trivium
  7. Kiss
  8. Dark Tranquility
  9. Architects
  10. Lynyrd Skynyrd

Musiques écoutées pendant la réalisation de ce Running Order

(en plus des « morceaux pour savoir ce que c’est ce groupe ? »)