[Live report] Leçon de violence avec Thy Art is Murder au Transbordeur

0
312
Thy Art is Murder au transbordeur

Thy Art is Murder au Transbordeur, voilà qui promet une soirée toute en finesse ! Le quintette australien a fait étape jeudi 06 février dernier dans la ville lumière au cours de son Human Target tour. Et ils ne sont pas venus seuls, car le quintette s’est entouré d’invités de marques, j’ai nommé Carnifex, Fit for an Autopsy, Rivers of Nihil & I am. Retour sur cette soirée, organisée d’une main de maître par Live Nation et Sounds Like Hell Productions.

Thy Art is Murder au Transbordeur

Nous quittons le froid mordant pour entrer dans la douce chaleur de la salle qui s’annonce peu remplie. En effet, des rideaux ont été installés, cachant la totalité des gradins du Transbordeur. Si quelques appréhension se forme quant à l’affluence de cette soirée pourtant si alléchante, le doute reste entier lors de l’entrée en scène d’I Am, face à un public particulièrement clairsemé.

I am, l’ouvreur au groove de Pantera

Dès les premières notes, les américains ne font pas dans la dentelle. Riffs lourds et puissants, entre Slam/Death et Metalcore, rameutant sans tarder les derniers retardataires qui sirotaient tranquillement leur bière au bar. Leur musique, au groove clairement emprunté à Pantera, force à secouer la nuque et à entamer, bien que timidement, les premiers pogos.

Thy Art Is Murder au Transbordeur

Les musiciens restent assez statique sur scène, se contentant de secouer la nuque et de faire quelques pas d’avant en arrière. Mais ce statisme est nettement compensé par un chanteur qui ne tiens pas en place et ne cesse de faire des allers-retours sur scène, tout en communiquant avec le public, leur sommant de bouger un peu plus dans le pit. Au cours de la demi-heure qui leur est allouée, I AM remplie à merveille le difficile rôle d’ouvreur, face à un public qui ne cesse de se remplir au fil des notes.

Thy Art Is Murder au Transbordeur

Tracklist :

Texas Death
Paid in Sin
Sacred Cries
Burn Slow
Hard 2 Kill
Peel Back the Skin
Grindstone

Rivers of Nihil, du saxophone dans les solos

Les doutes quant à l’affluence restreinte de ce soir se lèvent peu à peu. Le concert ayant commencé tôt, les personnes qui sortent du travail arrivent peu à peu et remplissent la fosse du Transbordeur. Pile à l’heure, Rivers of Nihil fait son entrée sur scène.

Second groupe américain de la soirée, ils sont les seuls à ne pas vraiment intégrer de Metalcore à leur musique ! En effet, les musiciens officient plus du coté du Death Metal technique. D’ailleurs, le groupe est visiblement attendu, en témoigne les ovations du public dès leur entrée sur scène et l’accueil général qui leur est réservé tout au long du set !

Thy art is murder au transbordeur

Et ce n’est pas par hasard car Rivers of Nihil sur scène offre une musique à la fois brutale et mélodique, composée avec justesse. La curiosité, c’est l’intégration dans certains solos d’un saxophone, malheureusement samplé, mais restant du plus bel effet !

Sous un jeu de lumière de fond de scène, les musiciens nous proposent une démonstration technique impressionnante. Le public, conquis, répondra présent tout au long du set, avant que Rivers of Nihil ne se retire, sous des applaudissements nourris.

Thy art is murder au transbordeur

Tracklist :

Old Nothing
A Home
Death Is Real
Sand Baptism
The Silent Life

Fit for an Autopsy : la claque Deathcore de la soirée

Les hostilités commencent. Si les pogos étaient jusqu’alors timides, Fit for an Autopsy entre en scène pour mettre tout le monde d’accord.

Et il ne faudra pas beaucoup de temps aux américains pour imposer à la foule, à présent dense, d’exécuter les premiers moshpits. Leur musique brutale et crue, et les appels des musiciens entrainent le public dans des mouvements de foules tout au long du set.

Côté scène, les musiciens exécutent des morceaux principalement extraits de leur dernier (et génial) album : The Sea Of Tragic Beasts. Il faut d’ailleurs reconnaitre que si les morceaux étaient excellent sur album, le test du live est passé sans faille avec puissance et violence !

Élément intéressant cependant, le groupe choisit ce soir de ne jouer des morceaux tiré que des deux derniers albums en date. Ils laissent ainsi la période pré-2017 derrière eux et se concentrent sur The Great Collapse & le dernier opus sus-nommé.

 

Tracklist :

The Sea of Tragic Beasts
Warfare
Mirrors
Heads Will Hang
Black Mammoth

Carnifex : La guerre au transbordeur

Avant-dernier groupe de la soirée, et annonce de la troisième guerre mondiale condensée dans une salle lyonnaise. World War X introduit l’entrée sur scène des musiciens et annonce la couleur. Avec un côté presque Black Metal dans les guitares, ce titre met immédiatement dans l’ambiance. Les musiciens grimés l’exécutent avec précision.

Thy Art is Murder au transbordeur

Pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, World War X sera le seul titre de l’album éponyme tout fraichement sorti qui sera joué ce soir. Pour le reste, le groupe panache les titres phares de leur discographie. Ce soir, 5 albums sont représentés avec une seule ligne de conduite : puissance et violence à la fois sur scène et dans le public. D’ailleurs, la fosse est à présent bien remplie, et les pogos se font de plus en plus vastes et énergiques. Ce qui annonce du bon pour le groupe clé de la soirée : Thy Art is Murder !

Thy Art is Murder au transbordeur

Tracklist :

World War X
Slow Death
Hatred and Slaughter
Drown Me in Blood
Die Without Hope
Lie to My Face
Hell Chose Me

Thy Art is Murder au Transbordeur : la claque !

Si l’accueil a été chaleureux pour les autres groupes, Thy Art is Murder au Transbordeur, c’est l’argument clé de la soirée. La scène s’élargie, un mur d’écran et de lumière se forme en fond avec un sublime backdrop. Les choses sérieuses commencent !

Les australiens foulent les planches avec 5 minutes d’avance, preuve au passage d’un running order respecté à la lettre ! ‘We Like to Party’ introduit de manière décalée le début du set, suivi de ‘Death Squad Anthem’, qui change tout de suite la température de la salle ! Pogos, moshpits, slam, le public s’en donne à coeur joie. Sur scène, le pied de micro macabre de Chris « CJ » McMahon fait sensation !

Thy Art is Murder au transbordeur

En un mot, quelle puissance ! Thy Art is Murder a un don pour créer une sensation d’étouffement musical dans toute la salle par leur riffs ravageurs. Que ce soit grâce aux désormais classiques ‘Holy War’, ‘Reign of Darkness’ ou ‘The Purest Strain of Hate’, ou aux nouveaux morceaux extraits de l’excellent Human Target, Thy Art is Murder est une formation taillée pour le live. Et malgré une superbe chemise léopard portée par le chanteur, la musique du quintette est particulièrement couillue !

Thy Art is Murder au transbordeur

Une heure seulement leur a été allouée, le temps d’exécuter avec une précision chirurgicale et un rythme martial treize titres. Dans le public, la chaleur monte rapidement et ne cessera de bouillir qu’au moment où résonneront les dernières notes de la soirée !

Définitivement les maîtres de la scène, Thy Art is Murder au transbordeur, même à moitié plein, offre pour moi l’une des meilleurs prestations live de l’année (même si elle vient de commencer !).

Thy Art is Murder au transbordeur

Tracklist :

Intro : We Like to Party

Death Squad Anthem
Make America Hate Again
The Purest Strain of Hate
Human Target
Eternal Suffering
Dear Desolation
Fur and Claw
Holy War
New Gods
The Son of Misery
Puppet Master
Reign of Darkness
Encore:
Chemical Christ

Thy Art is Murder au transbordeur