Home Blog

Bon Entendeur, à Cenon en octobre

0

Le trio de jeunes DJ se produira en octobre au Rocher de Palmer à Cenon.

Depuis la sortie de leur premier album Aller-Retour, Bon Entendeur enchaîne les dates de concerts et de festivals, et fera escale à Cenon le 10 octobre 2019.

Avec leur concept frais et original, le groupe commence à se faire une place de marque dans le monde de la musique électronique française.

Organisateur

Evènement Facebook

Billetterie

Site du Rocher de Palmer

Sting passe à l’Arkea Arena de Bordeaux en octobre !

0

Sting sera de passage à Bordeaux en octobre 2019.

L’ex-frontman de The Police jouera sur la scène de l’Arkea Arena le 22 octobre 2019, 4ème date française d’une série de 7 pour sa tournée « My Songs ».

Multi-instrumentaliste et chanteur de talent, Sting, connu avec son groupe The Police qui compte à ce jour une douzaine d’albums, reviendra sur le devant de la scène en interprétant les plus grands tubes du groupe, mais aussi de sa carrière solo.

Billets déjà en vente

Organisateur

  • Live Nation

Evènement Facebook

Evènement Facebook @Bordeaux

Billetterie

Fnac Spectacles

 

 

 

Ne loupez pas le Festival 666 à Cercoux (17) les 23-24 Août !

0

Les 23 et 24 Août 2019, le Festival 666 ouvre ses portes aux festivaliers dans la ville de Cercoux (17) pour une deuxième édition qui s’annonce… transpirante !

 

Le festival programme de très bons groupes français sur 2 jours.

 

Parmi eux, nous trouvons notamment Black Bomb A, un des groupes phares de la scène Hardcore française, grâce à des albums coup de poing et des tournées mémorables.

 

C’est aussi l’occasion de découvrir ou de revoir Daboga. Le groupe marseillais, d’album en album, renouvelle une recette qui a fait son succès : un groove metal à tendance indus ultra énergique, avec une grande communion avec son public. Pozzo Live les suit régulièrement et c’est avec joie que nous vous conseillons encore une fois d’aller voir leur énergie sur scène.

 

Vous pourrez aussi voir en live le groupe montant Shaârghot. Si vous les avez loupés au Hellfest, c’est le moment de vous rattraper. Shaârghot sera présent pour atomiser la scène le Samedi soir. Alliant modernité et instrumentale martiale, le groupe vous fera sauter, danser, pogoter, ou tout simplement vous défouler. Sueur au rendez-vous !

 

Programmation complète :

 

– Dagoba

– Shaârghot

– Black Bomb A

– DJ Pam Lee

– Hope Dawn
– Les Sales Majestés
– Molybaron
– Seeds Of Mary
– The Chris Slade Timeline
– The Grassnake
– The Royal Crowns
– The Soundroots
– We Don’t Care

 

Prévente 1 jour : 25€
Prévente 2 jours : 40€
Billetterie : ici

Accès au FESTIVAL 666 :

Le Bourg – CERCOUX 17270

OUVERTURE DES PORTES :

VENDREDI 23 AOUT 2019 : 18H30

SAMEDI 24 AOUT 2019 : 13H00

Scène Charlie dans la salle des fêtes / Scène open Air dans l’esplanade du bourg.

Restauration sur place (Foodtruck, grillades, buvette…).

En voiture :

Accès par A10 depuis Poitiers, la Rochelle, Saintes : sortie 37 Mirambeau.
Accès par N10 depuis Bordeaux, Angoulême : sortie Bédenac, puis direction Cercoux.
Accès par D910bis depuis Libourne, Coutras, par D730 depuis La Roche Chalais.

En co-voiturage :

Parking de covoiturage à la Maison de la Forêt 17270 Montlieu la Garde.

YUNGBLUD en concert au Trabendo les 16 et 17 novembre 2019 !

0

Avec un 16 novembre déjà sold-out, YUNGBLUD fera un second Trabendo le 17 novembre 2019 !

Connu notamment pour ses featuring avec Travis Barker, Machine Gun Kelly ou encore Halsey, le jeune Dominic (de son vrai nom) préparerait même une bande dessinée et un nouvel EP !

Vu ces dernières prestations, nous aurons forcément droit à des concerts explosifs et totalement barrés !

Organisateur:

Billetterie:

En vente ici

Tournée des 20 ans de Superbus en 2020

0

Ils ont démarrés les concerts en 2000. Superbus fera une dizaine de dates pour fêter leurs 20 ans de scène en 2020.

Les indiens de Bloodywood au Gibus

0

Pour leur Raj Against The Machine tour, le groupe indien Bloodywood passera par la France le 22 Juillet 2019

Ils se sont d’abord fait connaître en publiant des reprises de chansons pop à la sauce métal.

En 2018 ils publient la chanson « Ari Ari », basée sur la chanson folklorique « Baari Barsi ». Cette dernière ayant énormément tournée sur les réseaux sociaux. 

Le succès grandissant ils se sont attelés à l’écriture de leurs propres chansons. 

Ils publieront la chanson « Jee Veerey » traitant de la dépression et des maladies mentales. Puis viendra « The Endurant », pointant du doigt le harcèlement scolaire. 

Ne manquez pas le passage français de Bloodywood le lundi 22 juillet 2019 au Gibus

Organisateur : Sherep Booking

Evènement Facebook

Billetterie : Weezevent

prix de vente 16€99

Review : Duff McKagan – Tenderness

0

Duff McKagan, emblématique bassiste 80’s des Guns N’Roses fraîchement de retour dans le groupe depuis 2016 trouve encore le temps de sortir un nouvel album solo, son troisième pour être exact.

Mais attention, ne vous attendez pas à un déluge de riffs et de solos assassins, Duff nous offre ici un disque très personnel dans un registre beaucoup plus calme tendant vers la country.

« Tenderness », titre éponyme qui annonce la couleur d’emblée avec son intro piano/voix d’une jolie mélancolie, comme annonçant le début du voyage au cœur du cow-boy McKagan. Simple et mélodique, on imaginerait très bien cette chanson dans la BO de bon nombre de films américains.

Malheureusement, cette ambiance très voire trop posée du disque en général ne sert pas vraiment les propos intimistes de l’album, je peine à trouver mon chemin en ce début de disque. Les chansons défilent et se ressemblent beaucoup avec une impression de « déjà entendu », plutôt dommage d’ailleurs car prise une à une c’est plutôt bien fait si on aime ce genre de musique, redondant sur une écoute complète.

A ma grande surprise, l’album trouve un véritable second souffle à partir de « Chip Away », on reste dans la même veine mais il y a plus d’énergie, de cœur à l’ouvrage si je puis dire et cela se ressent. Le ton semble avoir changé par rapport aux titres précédents, délaissant un peu sa mélancolie première pour une ambiance plus joviale et très western, on l’écoute avec le sourire aux lèvres.

On repart sur une ballade avec le titre « Cold Outside », pour moi la meilleure de l’album et simplement l’un des meilleurs titres. Tout y est, le thème, la mélodie, une section instrumentale pourtant très fournis (violon, piano, slide guitare etc…) qui n’empiète jamais sur le reste, le tout porté par un Duff McKagan véritablement crédible, bref une très bonne chanson.

Autant Duff n’a pas la voix la plus puissante au monde, autant son grain et sa façon de chanter sont totalement adéquats à la musique qu’il nous propose ici, pour moi il a trouvé « son » créneau. On flirterait presque avec du Bowie– oui j’ose- sur le tandem « Feel » / « Breaking Rocks », du plus bel effet.

« Parkland » est un peu le morceau dispensable de cette seconde partie, non pas que le titre soit mauvais loin de là, il est simplement à mon goût en dessous de la qualité que proposaient les chansons précédentes.

« Don’t Look Behind You » et son ode au temps qui passe, peut-être d’ailleurs a-t-on ici un message direct de son auteur qui se refuse à rester sur sa gloire passée et continu son chemin vers d’autres horizons qui sait. Le parti pris sur ce disque pourrait en attester quand on connaît le passé du bassiste. Une fin sur une note très positive donc, on a même droit à une superbe envolée de saxophone aussi réussie qu’inattendue.

Les +:

La voix de Duff dans ce genre de registre, vraiment adaptée

Le côté intimiste

La seconde partie de l’album

Les – :

Des longueurs sur les premiers morceaux

Redondance dominante jusqu’au 6e titre

Note : 6/10

Bien qu’il faille s’accrocher sur la première partie du disque, le sacrifice n’est pas vain tant la seconde partie vaut le détour. Pour ma part, un EP capitalisant celle-ci aurait largement suffi. Entre western et ballades au coin du feu, on imagine bien Duff McKagan en véritable « outlaw » arpentant l’ouest seul avec sa guitare sous un soleil couchant. Cette country pourtant très éloignée de son Hard Rock natif lui va si bien au final, RDV pris pour le Trabendo !

While She Sleeps à Paris en janvier 2020 !

0

Les nouveaux géants du metalcore, While She Sleeps, ne s’arrêtent jamais ! Après une première tournée européenne pour leur album So What? Le groupe revient à Paris pour une date unique en France ! Et ils ne seront pas seuls ! On vous détaille tout ça !

[Interview] Rencontre avec SKINDRED au Hellfest 2019!

0

Nous avons eu la chance d’interviewer SKINDRED lors de leur passage au Hellfest 2019! Un grand merci au groupe et à HIM Media pour cette opportunité!

Enregistré au Hellfest Open Air Festival, Clisson – FRANCE.

Interviewer: Hugo FERRER
Captation: Charles POZZO DI BORGO
Post-production: Hugo FERRER
Sous-titrage et traduction: Valentin POCHART

Cellar Darling aux Etoiles le 17 octobre !

0

Cellar Darling ont fait du chemin depuis leur séparation d’Eluveitie ! Le groupe viendra donc défendre lors d’un concert headline leur deuxième album : The Spell dans l’intimité des Etoiles ! On vous détaille tout ça !

Opeth nouveau single et concert à l’Olympia le 11 novembre !

0

Les géants du prog metal suédois, Opeth, viennent de sortir un nouveau single en vue de leur nouvel album qui sortira en suédois et en anglais : In Cauda Venenum. Cet album sortira le 27 septembre et précédera un concert à l’Olympia. On vous détaille tout ça !

Babymetal à L’Elysée Montmartre le 9 février 2020 !

0

Babymetal, le plus grand groupe de metal nippon, viendra présenter son nouvel album à l’Elysée Montmartre à Paris le 9 février 2020. On vous détaille tout ça !

Rencontre avec Guillaume Bernard, guitariste de Klone

0

Mardi dernier, j’ai pu m’entretenir au téléphone avec Guillaume Bernard, guitariste de Klone à propos de leur nouvel album Le Grand Voyage dont la sortie est le 22 septembre prochain et du Hellfest.

Justin Bieber est fan de TOOL !

0

Vous vous souviendrez peut-être qu’il y a quelques années, Justin Bieber avait eu une phase plutôt METAL.

Assassins’s Creed Symphony, la première européenne !

0

Assassin’s Creed Symphony venait à peine de diffuser sa communication via les plateformes d’Ubisoft que je scrutais déjà les dates bien à l’avance, à la manière d’un gamin qui dès le mois d’octobre compte le nombre de jours le séparant de Noël.

Sonata Arctica revient en France cette année

0

Les finlandais de Sonata Arctica sont passés à Paris et Lyon en mars de cette année et au Hellfest en juin. Ils reviennent au mois de décembre pour 3 nouvelles dates en France. 

Prophets Of Rage et Nova Twins à l’Olympia le 8 août !

0

Prophets Of Rage, le supergroupe formé par la fusion de Rage Against The Machine, Cypress Hill et Public Enemy, se produira le 8 août prochain à l’Olympia ! Détails d’une déferlante !

Volbeat à l’Olympia en octobre prochain !

0

Les danois de Volbeat rendront visite à leur public parisien le 6 octobre prochain, et ils ne seront pas seuls ! Ils se verront accompagner de Baroness ainsi que de Danko Jones ! Détails sur cette soirée de folie.

MAX, date décalée aux Etoiles

0

Initialement prévu le 9 juillet, la prestation de MAX est déplacée au 16 juillet 2019. Le concert se fera aux Etoiles de Paris, comme annoncé au début.

Max Schneider, appelé maintenant sobrement MAX, est un jeune artiste aux multiples facettes. Il est découvert dans une comédie musicale, puis obtient des rôles dans diverses séries télévisées.

Après avoir posté de nombreuses vidéos de reprises et quelques créations originales sur Youtube, le new-yorkais sort Hell’s kitchen angel en 2016. Album pop, encensé notamment pour la chanson « Lights Down Low ». Cependant un nouvel album, House of Divine, est prévu pour 2019.

C’est lors de cette tournée pré-album, que MAX va joué sur la scène des Etoiles le 16 Juillet 2019. Dépêchez-vous, il ne reste que quelques places.

Organisateur : Live Nation

Billetterie :

Ticketmaster

Prix de vente : 22€50

Review : Turilli / Lione Rhapsody – Zero Gravity

0

Il y s’en est passé des choses dans la sphère Rhapsody. C’est le nom du groupe originel qui deviendra Rhapsody of Fire pour des raisons juridiques. Lorsque Luca Turilli quitte le groupe il monte de son côté son groupe nommé Luca Turilli’s Rhapsody.

Et voilà que le musicien Luca Turilli et le chanteur Fabio Lione se rabibochent pour une nouvelle formation nommée logiquement Turilli / Lione Rhapsody.

Cette nouvelle entité démarre son existante avec un premier album, Zero Gravity : Rebirth and Evolution.

Le premier titre, Phoenix Rising, commence avec une intro au piano, puis les guitares électriques prennent le relais. On sent qu’on est sur un album de power métal. Lione donne de la voix, accompagné par des chœurs très grandiloquents.

D.N.A (Demons And Angel), au-delà d’être un drôle de jeu de mots, reste dans la même continuité épique. Fabio Lione est accompagné par la voix d’Elize Ryd, la chanteuse d’Amaranthe.

Pour la chanson éponyme de l’album, Zero Gravity, on monte d’un cran dans le théâtral. Si le côté épique du power reste présent, on se rapproche presque de l’opéra.

Fast Radio Burst ressort les riffs de guitares dont Turilli a le secret. Le tout accompagné de chœurs, rappelant la chanson d’ouverture.

Decoding The Multiverse et Multidimensional se rapprochent quant à la structure de chanson et le sujet abordé qui se recoupe.

Vient ensuite Amata Immortale qui sera la « balade » de l’album. Alternant entre passages au piano, comme dans son intro, puis moments plus opéra, grand orchestre et chœurs.

I Am se montrera plus restreint en riffs puissants par rapport à certaines chansons précédentes. Comme pour se remettre doucement de la balade.

Effectivement Arcanum (Da Vinci’s Enigma) repart de plus belle, avec un ressenti très proche de Zero Gravity. Tant par le chant de Lione suivant les riffs saccadés de son comparse, tant par le côté « opéra épique » que nous propose la chanson.

Oceano, pour conclure, semble vouloir monter en émotion. La guitare est beaucoup moins présente, le piano est mis en avant. Une balade qui termine calmement un album très chargé en ambition.

Zero Gravity : Rebirth and Evolution est un album où la technique de Turilli est très bien représentée. Cependant il est dommage d’avoir comme une sensation de redite au long de l’écoute. Il est fatalement composé dans un même état d’esprit, mais chaque chanson semble avoir son double un peu plus tard dans l’opus.

6/10

Album sortit le 5 juillet 2019 chez Nuclear Blast

Review réalisée par Gaël

[Interview] On se pose avec Fever 333

0

Ce soir, dimanche 23 juin 2019, Fever 333 va se produire sur la scène de la Maroquinerie à Paris. Fraîchement débarqués de Clisson où ils ont joués sur la Mainstage 2 du Hellfest la veille, nous discutons avec le chanteur Jason Aalon Butler et le batteur Aric Improta, quelques instants avant leur montée sur scène.

Pozzo Live : Bonsoir Fever 333. Beaucoup de personnes vous ont découverts en tant que première partie de Bring Me The Horizon au Zénith en novembre. Comment avez-vous ressenti ce concert ? Le retour du public ?

Jason Aalon Butler : Nous avons été chanceux de faire partie de cette tournée en Europe. Chanceux de rencontrer de nouvelles personnes, de présenter nos idées, messages et musiques à autant de gens. Et il y avait vraiment beaucoup de gens à ces shows ! Je me souviens qu’avant de jouer ce concert le promoteur, qui est le même promoteur du show de ce soir, m’a dit « tu vas blinder ce concert à la Maroquinerie ». J’étais très emballé à l’idée de ce concert au zénith, et quelques semaines après, le concert de ce soir était sold-out. Nous nous sentons chanceux d’être ici à Paris. Nous sentons que les gens se sont investis avec nous dans ce projet. Le public parisien, le public français a accroché rapidement, c’est cool.

PL : Question plutôt similaire, mais je suis un peu obligé de la poser. Vous étiez au Hellfest hier. Qu’avez-vous pensé de ce festival ? Du public français ?

Aric Improta : Le Hellfest ? C’était le meilleur festival où je sois allé de toute ma vie !

Jason : Oui il l’a beaucoup aimé.

Aric : J’ai fini par regarder 12 groupes hier, honnêtement le public était extraordinaire. C’est une sorte de nouvel environnement pour nous d’être en festival et spécialement tourné vers le métal. J’étais agréablement surpris de la façon dont nous avons été reçus. C’était aussi fou que notre guitariste Stephen ait pu jouer puisqu’il avait fait une intoxication alimentaire. Mais il a pu monter sur scène et faire tout le concert.

PL : Votre album est sorti depuis janvier. Les paroles sont plutôt fortes, vous parlez de combats. Des combats de longues dates, qui sont devenus les vôtres. Vous citez Malcolm X, Black Panther. Le combat continue, pensez-vous qu’il reste un long chemin à parcourir ?

Jason : Oui je le pense ! Je pense que les gens veulent commencer à s’installer et devenir complaisants dans notre lutte pour le progrès et, tu vois, c’est à ce moment-là qu’on recommence à perdre. Et globalement, je pense que le chemin à parcourir est encore long. Tu sais, Il y a tant de gens qui essaient de travailler dans ce sens, de coexister d’une manière ou d’une autre. Tu vois, des cultures différentes peuvent faire face à des conflits, et c’est vraiment compréhensible. Mais je pense que nous avons encore beaucoup de chemin à faire et que, au lieu d’être découragé par le temps qu’il reste à parcourir, on devrait tous être inspirés par ceux qui aspirent à atteindre ça ! Plutôt que de me sentir pessimiste sur tout ce que nous devons faire, j’essaie de voir les choses de manière positive et de savoir qu’au moins nous faisons des efforts pour y arriver.

PL : La musique est un bon moyen de transmettre des messages. Que pensez-vous de voir autant de gens différents unis pour chanter ensemble vos chansons, vos messages ? Êtes-vous fiers de ça ?

Jason : Oui je suis fier des gens. Nous écrivons nos chansons en espérant que les gens veuillent les écouter, mais quand un message est transmis cela appartient aux gens, on ne peut pas se l’approprier. On peut s’approprier le fait d’avoir écrit des musiques, donner le meilleur de notre inspiration. Mais notre inspiration est générée par les gens. Nous sommes fiers, humbles et nous nous sentons privilégiés d’être acceptés en tant que groupe, en tant que projet ; en ces temps où les gens peuvent s’investir réellement à propos de ces sujets. Nous pensons faire partie d’un tout, mais loin d’être au-dessus de cela. Si cela était une pyramide, nous ne serions certainement pas au sommet. Nous nous sentons simplement chanceux d’être inclus à cela, cet espace où les gens peuvent partager leurs idées, leurs cultures, leurs sentiments.

PL : Êtes-vous en actuellement en train d’écrire votre prochain album ou bien êtes-vous concentrés sur la tournée et les concerts ?

Aric : Nous écrivons constamment.

Jason : Oui nous sommes constamment en train d’écrire.

PL : Et qu’en est-il du processus de création ? Vous retrouvez-vous tous les trois ou bien travaillez-vous chacun de votre côté pour regrouper les idées ultérieurement ?

Jason : Un peu des deux

Aric : Oui nous faisons ce qu’il y a besoin pour que cela fonctionne. Parfois on va avoir une idée pendant les sound check. Parfois je vais être en tournée, Stephen à Atlanta et Jason va avoir une idée et va l’enregistrer. Tout le monde est dans le processus à un moment ou à un autre. Tout commence avec le message, avec les paroles et puis nous construisons quelque chose autour de ça. Même si quelque chose sort des sound check, un riff ou autre, nous ne nous en servons pas tant que nous n’avons pas un sujet qui va aller avec. Les choses sont faites de manière irrégulière, si nous avons une bonne idée nous la gardons tant que quelque chose d’autre ne va pas avec.

PL : Vos prestations scéniques sont « folles », c’est le terme. Pensez-vous déjà au live quand vous écrivez ou bien c’est avant tout le message de la chanson ?

Jason : Oui je pense que c’est le message en premier. Parce-que nous croyons de manière authentique à ce que nous faisons, comment nous le faisons et pourquoi nous le faisons. Donc je dirais que si tu veux que quelque chose soit intense, sensationnel, émotionnel ou fou, tu dois y croire avant tout. Nous créons de la musique qui nous parle vraiment de manière forte, au moment où nous la créons. Et avoir le privilège de la jouer en live c’est un autre niveau, une autre dimension de sentiment que celui que nous avons lors de l’écriture. La plupart du temps nous ne nous rendons pas compte à quel point ce sera cool de jouer sur scène tant que nous n’avons pas écrit. Aric pense parfois à cela, plus que je ne le fais quand il créée un accord ou ce genre de choses.

Aric : Oui je crois que j’y pense, car nous sommes tous allés à beaucoup de concerts et je sais ce qui me plait en tant qu’auditeur. Nous essayons de cerner toutes les différentes choses qui nous plaisent, les différents types de musique et nous voyons si nous pouvons mélanger tout ce que nous aimons.

J’ai l’impression que beaucoup de nos conversations sont à propos de quelque chose qui n’est pas nécessairement en lien avec notre groupe ou notre style. C’est plutôt à propos de la manière de récupérer le même sentiment, la même émotion, le même tempo et de l’adapter à ce que nous faisons. Car tous les trois avec John (Feldmann) et Travis (Baker), qui écrivent et produisent avec nous, nous ressentons la même chose tous ensemble. Peu importe ce qui nous inspire, ça sort de façon différente quand nous sommes ensemble.

En général je pense que le show est juste le produit de ce que nous créons. Plus on me pose cette question « vous êtes fou, vos concerts sont délirants », plus je réalise à quel point les gens sont étranges à souvent monter sur scène et juste rester là. Je ne dis pas que notre musique n’est pas adaptée pour faire ça ou quoi. Mais même si nous n’en parlons pas, les gens abordent le sujet. C’est vraiment la question qui ressort le plus souvent.

PL : Dernière question, quel groupe aimeriez-vous que l’on interview ?

Jason : Je dirais Guerilla Warfare, Aric aura surement une réponse différente.

Aric : Je dirais One Day As A Lion et je leur demanderais de sortir leur album. Car cela fait 10 ans, plus de 10 ans. Avec Zack de Rage (Against The Machine) et John Theodore qui joue dans Queens of The Stone Age maintenant. Ils ont un projet parallèle qui s’appelle One Day As A Lion qui est vraiment cool, mais ils n’ont jamais sorti leur album. Donc trouvez les et dans votre interview convainquez les de sortir cet album.

Merci à Jason Aalon Butler et Aric Improta pour le temps qu’ils nous ont accordés. Et retrouvez le report du concert à la Maroquinerie juste -> ici 

Interview réalisée par Gaël le 23 Juin 2019.

P.O.D et Alien Ant Farm au Forum en novembre

0

Le groupe Payable On Death (P.O.D) se produira sur la scène du Forum à Vauréal (95) le dimanche 17 novembre 2019.

Les américains connus pour leur hit Youth of the Nation officient depuis le début des années 90. Ils viendront défendre leur onzième album, Circles, sortit fin 2018. 

Ils seront précédés ce soir-là du groupe américain Alien Ant Farm. Ces derniers ont été repérés du grand public avec leur reprise de Smooth Criminal de Mickael Jackson

À noter que tout ce beau monde sera introduit par le groupe Dead Girls Academy

Billetterie :

Fnac

Digitick

Prix de vente : 25€30

[Interview] Un mardi soir avec Trivium

0

Sur la lancée d’une fin juin bien remplie avec entre autre le Knotfest, le Hellfest et le double concert parisien de Rammstein, Pozzo Live était mardi dernier au Transbordeur de Lyon pour une soirée toute en finesse avec Cane Hill, While She Sleeps et surtout Trivium. L’occasion pour Pozzo Live de rencontrer Paolo Gregoletto, bassiste de quatuor floridien.

[Interview] Nick Jost de Baroness nous parle de Gold & Grey !

0

Le 17 juin dernier nous avons pu nous entretenir avec Nick Jost, bassiste du groupe Baroness qui vient de sortir son cinquième album : Gold & Grey. Il nous parlera donc majoritairement de celui-ci mais aussi de la tournée qui suivra, notamment en ouverture de Volbeat à l’Olympia le 6 octobre prochain !

GHOST signe son grand retour en France!!

0

Nous l’attendions tous, nous, fans de Ghost… Notre rêve se réalise enfin! Les suédois viendront donner une grande messe en France fin 2019… Préparez vos cierges, chers fidèles!

Ice Nine Kills en concert au O’Sullivans Backstage le 19 septembre 2019 !

0

Ice Nine Kills jouera à Paris le 19 septembre au O’Sullivans Backstage By The Mill !

Ce sera l’occasion pour eux de nous présenter leur superbe concept album « The Silver Scream » dont chaque chanson s’inspire d’un film d’horreur, à écouter sans modération !

Organisateur:

Billetterie:

En vente ici

Les Nuits Secrètes 2019 : L’éclectisme musical à l’état brut

0

L’éclectisme musical à l’état brut. S’il y a bien un festival dans les Hauts-de-France qui gagne en notoriété et en valeur, c’est bien celui des Nuits Secrètes.

[Live Report] Alien Weaponry sort l’artillerie lourde aux Etoiles !

0
Alien Weaponry se déchaîne

Alien Weaponry, le groupe néo-zélandais le plus en vue du moment, est venu rendre visite à son public parisien le 3 juillet dernier aux Etoiles. Récit d’une tuerie totale.

[Live report] La folie Combichrist au Ninkasi !

0

Quelques jours après le show Trivium au Transbordeur, Pozzo Live était de nouveau en piste – ou plutôt en fosse – pour assister à une soirée de folie au Ninkasi. Autre salle, autre style, mais même résultat ! Une soirée placée sous le signe de l’electro-indus, des beats et des basses de We Are Magonia, The Alacrity et surtout Combichrist !

[Live report] Trivium retourne le Transbordeur !

0

Quelques jours seulement après leur passage remarqué au Hellfest, les floridiens de Trivium posaient ce mardi leurs amplis sur la scène du Transbordeur, à Lyon, dans le cadre de leur tournée européenne. Un rendez-vous à ne pas manquer pour Pozzo Live, qui était présent pour assister à cette soirée sacrément animée, surtout dans la fosse ! #pogos

Dernières Actualités

Bon Entendeur, à Cenon en octobre

Le trio de jeunes DJ se produira en octobre au Rocher de Palmer à Cenon. Depuis la sortie de leur premier album Aller-Retour, Bon Entendeur...

Agenda

Bon Entendeur, à Cenon en octobre

Le trio de jeunes DJ se produira en octobre au Rocher de Palmer à Cenon. Depuis la sortie de leur premier album Aller-Retour, Bon Entendeur...