[Live Report] Baest, Aborted & Entombed retournent l’Ubu !

0
273

La vague Death Metal du Hell Over Europe III avec Baest, Aborted et Entombed A.D. a déferlé sur Rennes ce lundi soir et Pozzo Live y était ! De la sueur, de la bière et de la bonne grosse salade de phalange au programme !

Pour cette soirée Death metal qui s’est déroulée à l’Ubu, salle rennaise WTF s’il en est (pour les gens qui n’y sont jamais allé, ça ressemble à ça , merci au site lelombrik.), c’est le groupe Baest qui à ouvert le bal, avec un death lyrique à double pédale bien prononcé, du headbang en veux-tu en voilà, et une bonne humeur hyper communicative (mention spéciale au guitariste Lasse Revsbech qui a joué le jeu de la photo tout le long du concert )! Je n’ai pas pu m’empêcher de voir une ressemblance entre la voix du chanteur Simon Olsen avec la voix de Stef Buriez de Loudblast. On sent très nettement les influences BloodBath et Entombed A.D….Ça commence plutôt super bien cette soirée !

Le décor de scène est changé, on se retrouve dans une ambiance Comtes de la crypte X Frankenstein, têtes de zombies coupées ( Un petit air d’Eddie sur les bords…), cercueils vitrés avec squelettes…. Débarque alors le rouleau compresseur Aborted, qu’on ne présente plus, avec son Death Grouik qui fait remuer tous les amateurs de gros pogos qui tachent, de salade de phalanges et de plantage de radis ! J’avoue avoir failli me manger une mandale au deuxième morceau, trop concentré sur les photos (–’). Ça déménage, Sven de Caluwé n’est pas la pour faire de la figuration, et il le montre ! Beaucoup de communication, headbangs frénétiques, il harangue la salle et électrise tout ce beau monde qui pogotera jusqu’à la dernière note ! Chapeau, ça envoie du steak !

 

Pour clore cette bonne soirée Death Metal, arrive Entombed A.D. ! Je ne vais pas revenir sur les dissensions autour du groupe original Entombed dans cet article. On retrouve un Entombed A.D. aux sonorités hyper incisives et crunchies, un chant gutural qui déboîte…Pour paraphraser un fan entendu ce soir là « (le chanteur) Lars Goran-Petrov, c’est un gamin de 15 ans dans un corps de 50 ans ». On ne peut pas mieux résumer ce que dégage Lars aux commandes de cette formation nordique : il sourit toutes les 2 minutes, déborde d’énergie, et remue de tous les côtés de la scène ! Ça fait vraiment plaisir à voir !

Toute la soirée, j’ai eu plaisir à écouter des groupes qui ont 20 ans d’existence, qui se donnent à fond, et qui entraînent avec eux une nouvel vague qui à la même patate sur scène…la relève est là !

Merci à Doomstar pour la possibilité de faire ce report et les photos