Le 30 mai dernier, nous avons eu l’occasion de rencontrer Shawter afin de parler de son nouvel album Different Breed avec Dagoba. C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons pu échanger avec le chanteur culte de la scène métal française.

Pozzo Live : Bonjour Shawter, tout d’abord comment vas-tu ? 

Shawter : Très bien merci ! 

 

Pozzo Live : Dagoba est actuellement en train de faire sa journée promotion pour le nouvel album Different Breed, comment cela se passe jusqu’ici ?

Shawter : Cela se passe bien franchement, que des journalistes sympathiques, dans un super lieu que je ne connaissais pas trop au Dr Feelgood donc ça fait plaisir. 

 

Pozzo Live : Le 24 mai vous nous avez dévoilé les trois premiers single Minotaur, Phoenix Noir, Cerberus, de l’album Different Breed, sorti le 14 juin. Peux-tu nous parler de votre processus de création ? 

Shawter : D’habitude je retourne sur notre discographie, et j’essaye de proposer quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant, pour amener une certaine fraîcheur à chacun de nos albums. Là, pour changer un peu la donne, j’ai voulu me retourner sur notre discographie, mais en prenant note des moments où je me suis le plus amusé sur la composition.

J’ai fait cela en essayant de garder cette vibe fun, en essayant d’améliorer tout ça.

 

Pozzo Live : Quelle est la musique de cet album que tu préfères ? 

Shawter : Le titre Vega. Elle a une mélancolie qui me tient à cœur tout en gardant un aspect très brutal. C’est un titre qui a une singularité, composée en ternaire, c’est assez rare dans notre discographie.

On avait qu’un titre jusqu’à présent en ternaire, qui est The World In Between sur l’album Face The Colossus. Cette singularité me touche.

 

Pozzo Live : Vous jouerez au Trianon le 27 septembre prochain avec Black Bomb A pour le présenter en live, quels sont vos liens avec Black Bomb A ?

Shawter : C’est un groupe que l’on croise régulièrement sur les routes françaises. On a de très bons rapports avec eux.

Ils sont des acteurs majeurs de la scène métal française, donc on est toujours très content de les croiser à la fois en backstage, et de les voir sur scène.

 

Pozzo Live : Peux-tu nous parler de l’Artwork de votre album?

Shawter : C’est un artiste peintre qui s’appelle Mathieu Questel qui nous a fait ce tableau sur mesure. On a beaucoup discuté de ce tableau avant qu’il lance la peinture en elle-même. A la fois sur la figure à mettre sur le tableau, son positionnement, son costume, son regard… C’est un artwork inspiré par le tout premier clip des Daft Punk. Il y a ce clip, où il y a un personnage qui évolue dans les rues de New York, qui a un grand masque de chien et son rapport aux autres est tel un être humain normal. Il a ce côté tout à fait anonyme dans la société.

Notre Minautor a aussi une cape qui fait référence à celle que porte le personnage Tetsuo dans le manga Akira. C’est une référence à ce gamin qui se grime en super-héros, qui ne sait pas trop quoi faire de cette superpuissance nucléaire qu’il a en lui. Ce sont donc nos principales inspirations. On voulait dans le regard du Minautor une certaine errance, pour justifier la mélancolie que l’on peut trouver ici ou là dans l’album. 

 

Pozzo Live : Tout cela a été bien travaillé ! C’était la première fois que vous collaboriez avec Mathieu Questel ?

Shawter : C’était la première fois. On est plus que content du résultat. C’est un luxe incroyable de se faire faire un tableau sur mesure. Surtout par un artiste coté comme il est. Le fait que la musique nous octroie ce genre de luxe aujourd’hui, c’est une grande fierté.

 

Pozzo Live : Aldebert feat Dagoba, vous imprégnez les nouvelles générations de métal, quel plaisir !

Shawter : Aldebert voulait se lancer dans ce projet métal pour faire honneur à son amour pour les gens. Il voulait au départ que je fasse un featuring à la voix, mais j’avais refusé car je ne souhaitais pas chanter en français. Néanmoins je lui avais proposé d’inclure dans le projet Vincent Peignart-Mancini car c’est un très bon chanteur qui chante en français.

Par contre, ce que j’avais dit à Aldebert, c’est que j’acceptais de faire l’intégralité de la composition et des arrangements, à la condition que tous les frais de production, personne ne soit payé, même pas lui, ni nous, et qu’on donne tout l’argent à une oeuvre caritative. C’est sous ces conditions que j’ai accepté de faire partie du projet. (pour faire un don, c’est par ici !)

 

Pozzo Live : Pour quelle œuvre caritative avez-vous reversé les dons ? 

Shawter : C’était pour l’Institut Paoli-Calmettes de Marseille qui traite les cancéreux, on ne l’a pas médiatisé car pour moi, quand on fait une bonne œuvre ce n’est pas pour s’en servir et s’acheter une bonne conscience.L’institut lui-même a publié à ce propos donc ça a fini par se savoir. 

 

Pozzo Live : Quelles ont été tes plus grandes influences musicales ?

Shawter : Metallica, Queen, et Pantera !

 

Pozzo Live : Où pouvons-nous retrouver Dagoba prochainement ?

Shawter : Vous pouvez nous retrouver un peu partout sur les routes de France en 2024, on met en priorité la France cette année, chose que nous n’avions pas pu faire sur le précédent album. On avait fait énormément d’international et très peu de France, trop peu de France même. Donc cette année, vous nous retrouverez en France, toutes nos dates sont affichées sur nos réseaux sociaux. 

Le instagram de Dagoba ici

Pozzo Live : Te souviens-tu du premier concert que tu as fait avec Dagoba ? Dans quel état étais-tu ?

Shawter : Le premier concert que j’ai dû faire avec Dagoba, ça devait être un tremplin musical, à Marseille. J’étais dans un état d’excitation intense, car ça faisait un moment qu’on répétait et qu’on mettait au point nos chansons, donc c’était le moment de se révéler au grand jour. 

 

Pozzo Live :  Est-ce que tu t’attendais à monter aussi haut avec Dagoba à ce moment ? 

Shawter : Je ne m’y attendais pas, mais j’en avais l’ambition. J’ai toujours voulu avoir cette carrière professionnelle et aspirer un jour à vivre de la musique. On n’est jamais sûr d’un potentiel succès, mais on peut avoir les ambitions d’en connaître le goût. Pourvu que ça dure !

 

Pozzo Live : Vous avez changé en cours de route de bassiste et de batteur, comment s’est passée leur intégration ? 

Shawter : On a effectivement intégré Théo et Kawa avant le covid, il y a 6/7 ans maintenant. Pour Théo, le batteur, il avait fini la tournée Black Nova en remplacement de Bastos, car Bastos avait eu un heureux évènement. Il ne pouvait plus tourner, pour rester un peu à la maison, ce qui est tout à fait compréhensible. L’intégration de Théo s’est faite très naturellement car on se connait depuis très longtemps. Kawa à la basse, était déjà tour manager pour notre groupe. Il était déjà dans notre équipe technique, donc il connaissait le rythme de vie du groupe, notre état d’esprit. 

 

Pozzo Live : Quel est votre meilleur souvenir de scène ?

Shawter : Honnêtement, à chaque concert on donne le meilleur de nous-mêmes et le public nous le rend bien à chaque fois. J’ai que des bons souvenirs sur scène. Je me rappelle de chaque concert avec précision, car ça a toujours été de bons moments. On est des privilégiés, donc on profite de chaque moment de notre vie extraordinaire.

 

Pozzo Live : Quelles sont tes dernières découvertes musicales ?

Shawter : Ma dernière découverte musicale, je dirais que c’est un rappeur qui s’appelle Central Cee. J’ai entendu certains de ses sons, et j’ai trouvé qu’il mélangeait pas mal d’émotions.

Je trouve que la vibe anglaise dans le hip-hop n’est pas beaucoup mise en avant. En France on écoute beaucoup de hip-hop français ou américain, mais pas beaucoup de hip-hop anglais. Franchement, ça m’a bien plu. 

 

Pozzo Live : Quels groupes nous conseillerais-tu d’interviewer après Dagoba ?

Shawter : Un groupe qui mériterait d’être plus mis en avant, qui ne l’est pas assez. Je ne sais pas lequel c’est, mais en tout cas quelqu’un qu’on ne voit pas souvent et qui le mérite. J’aimerais que ce soit quelqu’un de méritant, et que ça ne se fasse pas au copinage.

 

Pozzo Live : Merci beaucoup Raphaël pour cette interview ! 

Shawter : Merci beaucoup Pozzo Live pour votre soutien. Je sais que vous suivez notre actualité assidûment, et ça nous va droit au cœur. 

 

Vous allez aimer !