Lordi sort le 26 Novembre Lordiversity. La discographie fantasmée du groupe s’il avait existé entre début 70′ et milieu 90′. Un coffret de 7 albums aussi différents que Kiss et Iron Maiden peuvent l’être.

Finalement, l’association de Killection et de la pandémie Mondiale aura donné naissance à ce projet fou. Les Finlandais, déçus de ne pas avoir pu défendre correctement cet opus, décidèrent de se lancer dans un projet fou.

Réaliser une compilation d’albums étalés dans un temps virtuel, mais cohérents de par leur son, à l’époque théorique de sortie. Alambiqué ? Peut être. Mais aucun pari n’est impossible à tenir pour un artiste aussi talentueux et prolifique que Mr Lordi.

Celui ci s’est longuement exprimé avec moi sur le sujet. Un homme passionnant et bavard, mais résolument gonflé de talent.

Lordi

Pozzo Live : Bonjour. Comment vas tu ?

Mr Lordi : Bonjour. Je vais plutôt bien. Tout vas bien.

Pozzo Live : Prêt pour la grosse sortie de l’année ?

Mr Lordi : OUI. Je veut dire bien sûr c’est super cool ! Malheureusement avec la situation sanitaire on ne pourra pas faire de release show, pas de tournée immédiatement, et ca c’est moins cool. Mais c’est comme ça. En même temps on ne sait pas ou on sera dans 2 mois donc prenons les choses avec philosophie.

PL : Il y a un an et demi, je sortait du Bikini à Toulouse. Mon dernier concert avant Covid. Lordi. Killectour. C’était incroyable. Après ? Rien. Pour vous comme pour moi, ce fut la fin de jeu…

ML : Oui en effet. Après ca dépend comment on regarde les choses. Evidemment qu’on étaient déçus. Qui ne le serait pas… Ce fut un choc, on s’est pris la réalité au visage, la tournée s’est arrêtée du jour au lendemain. Un an et demi sans scène, pour moi ce fut un moment bien pourri.

Mais si on regarde les choses sous un angle neuf, jamais je n’aurait pu faire Lordiversity sans cette interruption de un an et demi. Jamais je n’aurait eu le temps et l’énergie pour tout ce travail.

Après, Je suis comme un chat domestique, j’aime rester chez moi. J’aime aussi ne voir personne, choisir si je veut sortir dans les magasins, au cinéma, donc cette situation a pu me convenir grâce à mon tempérament. Le corona a eu ça de bon qu’il m’a permis de me recentrer sur ce qui était important. Pas de tournées, pas d’autres artistes à aller voir. Pas de tentations ou de merdes de ce genre. Ca ne m’a guère rendu malheureux au final.

l’idée était de faire 10 albums. La timeline complète de Killection. J’ai trouvé ça ultra cool. Mais lorsque j’ai exposé l’idée au label, ils m’ont dit “NON NON NON, c’est bien trop fou !

PL : De mon point de vue, cette sortie est aussi pour pouvoir célébrer à nouveau Killection et lui offrir la tournée qu’il mérite, non ?

ML : Oh oui. Evidemment. It’ Killection time ! Le concept de Lordiversity découle naturellement de Killection. Il n’existerait pas sans lui. Alors certes le Corona, le Covid ou quel que soit son nom, a bon dos.

Cette pandémie aurait pu être pliée bien plus vite si les gens n’étaient pas stupides à ne rien respecter et vouloir faire comme bon leur semble. On aurait pas perdu un an et demi de nos vies à subir les confinements si certains avait pensé collectif.

Reste que du coup, dans mon salon, je me suis dit que quitte à être assigné à domicile, autant rester productif. Comme le précédent venait juste de sortir, je ne me voyait pas ressortir un simple album. Trop proche. J’ai eu le temps de plancher sur le concept. Surtout que le groupe arrive vers sa date anniversaire ( 30 ans en 2022 ).

Il était donc judicieux de proposer quelque chose d’original, pas ennuyeux. et du coup, je suis allé chercher profondément dans ma tête cette idée. Au départ la première idée fut de faire un Killection part II. Idée de merde. Les II sont souvent naze. Bref, l’idée m’est venue ainsi.

PL : J’ai entendu dire qu’au départ la compilation devait être encore plus grosse ?

ML : Oui au départ je voulais sortir 10 albums. La timeline complète de Killection. J’ai trouvé ça ultra cool. Mais lorsque j’ai exposé l’idée au label, ils m’ont dit “NON NON NON, c’est bien trop fou ! 10 c’est trop. Mais 7, ok ! Mais ils n’avaient pas le sourire pour autant si tu vois ce que je veut dire ! 10 c’est trop, 9 aussi, mais 7 ok.

Je vois pas vraiment comment ils ont réglé le curseur ! Ou est la limite ? La prochaine fois j’essayerait avec 9 ! Je pense que c’est à la fois génial et fou en fait.

PL : Vous avez offert à vos fans un stream Show énorme pour célébrer les 14 ans de la victoire à l’Eurovision. Moment génial ?

ML : Oui tu as raison. Je me perds dans la chronologie ! Un super moment ! On a donné du pouvoir au public et l’idée à plu.

PL : Et du coup ma question suivante a déjà eu sa réponse…

ML : Oh désolé je parle trop. Je suis passionné et je me laisse embarquer dans des monologues à rallonge dont je ne sais comment me sortir parfois.

 PL : C’est normal quand on aime ce qu’on fait. Bref. Après avoir écouté cette discographie, il ressort que de chaque album ressort un parfum différent. Pour donner à cette musique de la temporalité ?

ML : Absolument. Je voulais que chaque album soit bien ancré dans son époque. Qu’ a la première écoute, on puisse se dire : “tiens, ca date des années 70” vois tu ? Toute l’idée est la en fait. J’ai essayé de faire les choses de manière à ce qu’on puisse monter un show avec aussi. Mais l’important, c’est que les gens ne soient pas perdus.

PL : Indépendamment de cette temporalité, on perçoit de nombreuse influences. Ca groove notamment pas mal. On retrouve Kiss parmi les évidences. Groupe dont tu es fan il me semble ?

ML : Oh oui je suis très fan de Kiss. Sans eux jamais Lordi n’aurait existé clairement. Quand on a produit Killection, on s’est évidemment inspiré de Kiss. Mais seulement un peu, car l’idée n’était pas de faire un album de Kiss, mais de Lordi.

Mais on a pioché dans les musiques de l’époque, comme le disco en général, les Beegees, Earth, Wind and Fire plus précisément. Lordi n’a pas vraiment besoin de ces influences pour exister, mais il est utile d’assumer que pleins de bonnes choses ont vues le jour avant nous et méritent qu’on s’y attardent. Il y a plus de disco que de Kiss dans les premiers albums. On se doit de voir plus loin que ça.

Pour l’album Masterbeast (Of The Moon ) Les influences sont plutôt du côté de Pink Floyd, The Wall, ou même de Rush. Finalement je comprend ta vision, mais il faut voir globalement, Kiss ne représente qu’une infime partie de nos sources. Abusement Park évoque du Accept et du Mötley Crüe. Si et la tu peut percevoir du Bon Jovi, du Alice Cooper, etc… On a fait un album de Thrash aussi ! C’est universel ! Tout les artistes ont des influences. L’important c’est que cela reste des influences et de la musique originale.

PL : Vous jouez un hard rock bien classique. Mais la notion d’horreur est bien ancrée dans l’esprit du groupe. Cela fait partie de l’expérience Lordi. C’est venu comment ? Fan de cinéma d’horreur ?

ML : Oui bien sûr, ca se voit tant que ca ? ( rires). J’aime les monstres et les comics aussi. Donc… Oui !

PL : Ce travail n’a pas éveillé chez vous une nostalgie du temps ou la musique était plus simple ?

ML : Oui et non. Je ne pense pas qu’on puisse vraiment assimiler ca a de la nostalgie. Pour moi tout était mieux avant en effet. Pour faire simple. Si tu écoutes la musique de maintenant, tu as une offre bien plus imposante qu’avant.

Pour moi profitons de tout cet art. La pop, la techno, le rock, voire même la peinture etc… L’offre est pléthorique. Donc on ne peut pas se plaindre. Tu aimes ou tu n’aimes pas. Tout est livré chez nous à domicile. La seule chose à se dire, c’est “Suis-je diverti ?” Oui ou Non. Le reste c’est “bullshit”.

Après je suis un vieil homme, donc pour moi tout était mieux dans les années 80 tu sais.

PL : As tu une idée de ce que serait Lordi si vous aviez évolué dans les années 70 ou 80 ?

ML :  Je pense que la réponse est dans le coffret Lordiversity. On aurait, j’espère, j’y croit, évolué ainsi. Je suis de cette génération donc finalement cela m’a marqué plus jeune, donc j’aurais voulu être ainsi. On ne peut pas savoir. Alice Cooper aurait il fait du Shock Rock de nos jours ?

Le truc c’est qu’on est guidé par nos influences vois tu ? Or si j’étais sur scène en 1975, j’aurais vu le jour dans les années 50, et j’aurais écouté des choses différentes et aurais été construit avec d’autres matériaux. Cela aurait sûrement modifié ma sensibilité artistique.

Aujourd’hui quand on parle de cette époque on vante le disco, mais à l’époque, il y avait les fans mais aussi les gens qui haïssaient le disco. Je détestait totalement le disco. Car j’estimais que c’était l’ennemi absolu du rock. Et Kiss est arrivé et à prouvé que le disco pouvait être un solide allié du rock. Cela à bouleversé mes certitudes. Notamment au travers de l’album “The Elder“. Donc difficile de savoir finalement. Nos idoles et l’époque dans laquelle nous sommes ancrés nous oriente bien trop.

PL : Comment envisages tu le futur du groupe après avoir œuvré sur un projet aussi ambitieux ?

ML : Ohhhh… J’en sais rien bro….! Une seule chose est sûre : ce sera une chose très très difficile de décider d’enregistrer un simple album… Mais je suppose qu’il faudra sortir un simple album de Lordi !

OU ALORS ! Carrément un truc à l’opposé, genre un album de Country. La seule certitude artistique que j’ai, c’est que je ne sortirait JAMAIS un album de Hip-Hop / Rap. Jamais.

PL : Tu sais ici en France les musiques urbaines ont le monopole médiatique !

ML : C’est la même chose partout tu sais.  Il y a 15 ans, on entendais encore un peu de Metal sur certaines radios, un peu commercial ou Mainstream. Je me rappelle les reprises de Britney Spears de Children Of Bodom à la radio. Le metal avait un côté mainstream.

Puis le Hip-Hop est arrivé et tout est devenu obsolète. Je n’arrive pas à comprendre ce qui s’est passé mais c’est arrivé. Pour moi, et je parle juste pour moi bien sûr, cette musique est vide. Littéralement. L’important à mes yeux est la mélodie.

Et c’est ce qu’il manque à la plupart des morceaux de Rap. On est uniquement dans le débit vocal. Les mecs ne chantent même pas! Tu le crois ça ? Les mecs font de la musique sans mélodie, et sans chanter ! C’est juste un non sens…

PL : Ok je suis plutôt d’accord. On en vient à la dernière question. Notre question Traditionnelle. Selon toi, qui devrions nous interviewer après toi?

ML : Qui interviewer après moi…. Question difficile…. Spontanément je dirais Gene Simmons (Kiss) car je ne sais quoi dire…. Ah ! Si ! Ils sont de retour pour leur anniversaire. C’est un groupe qui existe depuis 30 ans mais ils sont assez originaux, cool. Avec un côté metal quasi punk décalé avec une grosse combinaison d’éléments artistiques mélangés.

PL : Merci pour eux. Et merci pour moi, pour cette super interview. J’ai pris un grand plaisir avec quelqu’un d’aussi fun que toi. Tu es une idole pour moi.

ML : Nooooon… Juste un mec normal. Et déguisé parfois ! Alors bonne soirée, fais attention a toi et au plaisir d’une date vers chez toi, à Toulouse !

Un grand merci à Mr Lordi pour sa gentillesse. Mais également à HIM Media et AFM Records.

Chaîne YouTube officielle du groupe.

Site officiel du groupe.

Vous allez aimer !