[Live Report] Sleeping with Sirens remplit la Maroquinerie

0
246

On les as vu en tête d’affiche à la Machine du Moulin Rouge en mai 2018, puis en première partie de Good Charlotte au Zénith de Paris le 8 février dernier. Sleeping with Sirens posent leurs valises à la Maroquinerie ce lundi férié, 11 novembre 2019. Ils viennent défendre leur récent album How It Feels To Be Lost.

Il semble que Sleeping with Sirens se soit inspiré de leurs collègues de Good Charlotte, car c’est pas moins de trois groupes qui assurent la première partie de ce soir.

Les premiers arrivés sur scène sont les britanniques de SHVPES. Ce qu’on remarque d’entrée de jeu c’est que le chanteur Griffin est extrêmement à l’aise et demande directement au public de rentrer dans son univers. Il se trouve que ce chanteur n’est autre que Griffin Dickinson le fils de Bruce Dickinson, chanteur d’Iron Maiden. Il a en effet de quoi s’inspirer en terme de confiance sur scène. Le metalcore de son groupe est cependant bien loin du heavy de son papa. Les screams maitrisés et riffs très lourds montrent bien le décalage générationnel. Le public semble séduit, souhaitons à SHVPES de pouvoir un jour combler les salles que remplissent Iron Maiden.

Après un court entracte c’est au tour des Gallois de Holding Absence d’entrer en scène. Le jeune groupe n’a que trois ans d’existance, mais cela fait déjà plusieurs fois qu’ils se produisent à Paris en première partie. Le rock un peu plus classique du groupe semble bien plaire au fans de Sleeping with Sirens, qui l’air, pour certain(e)s de déjà bien connaitre les chansons.

Arrive ensuite le troisième et dernier groupe de première partie, Palisades. Le chanteur Lou Miceli étant souffrant niveau vocal, c’est le bassiste et co-chanteur Brandon Elgar qui le remplace sur cette tournée. Le résultat est pour le moins réussi. Le groupe sait où il va, et semble également avoir des adeptes dans la foule. Les hits Fall et Let Down sont plutôt bien reçus. Ce qui achève de conquérir le public est le moment où le combo rend hommage à Chester Bennington dans une reprise bien exécutée de One Step Closer.

Déjà 21h30, et voilà enfin le groupe pour lequel nous sommes tous venus ce soir. Sleeping with Sirens font leur entrée sous de très nombreux et perçants cris du public. Le set démarre sur le premier single disponible, et première chanson, du dernier album, Leave It All Behind. Constatation capillaire, Kellin Quinn à raccourci et reteint en noir ses cheveux blonds platines qui n’auront duré que quelques mois.

À cette première chanson suit logiquement la deuxième chanson de l’album, Never Enough. Le public semble déjà familier avec les récentes compositions du groupe. Si on ne s’attendait pas à voir Benji Madden arriver sur la scène de la Maroquinerie pour son featuring sur cette chanson, on regrette que sa partie soit squeezer par des « heyy ooh » de Kellin et même pas assurée par un autre membre du groupe.

Après les hits Better Off Dead et Do It Now Remember It Later vient le titre éponyme du dernier album How It Feels To Be Lost. Quinn demande à l’audience d’allumer son flash de portable, ce qui a pour effet d’éclairer intégralement la petite salle de la Maroquinerie.

Une fois A Trophy Father’s Trophy Son terminé, va s’en suivre une série de chansons du dernier album. Blood Lines, Medecine (Devil in My Head), Another Nightmare, où sur cette dernière le chanteur demande un mosh pit, qui avait déjà eu lieu instinctivement sur d’autres chansons. L’ambiance agitée se poursuit d’elle-même pendant Agree To Disagree et le chanteur va même jusqu’à demander un wall of death, joyeusement exécuté par la fosse.

Break Me Down est le cinquième titre de suite issu du récent opus. C’est maintenant un circle pit qui se présente dans la salle parisienne, et le chanteur décide sur ce morceau de se jeter dans un bain de foule, qui émoustille instantanément l’audience.

Kick Me clôture le set avant rappel, puis après un rapide passage en coulisses les américains reviennent jouer les cultes If You Can’t Hang et If I’m James Dean, You’re Audrey Hepburn.

C’est une longue soirée musicale qui s’achève. Il est plaisant de voir que le choix de la setlist est fait de manière à assumer pleinement leur dernier né de Sleeping with Sirens (huit morceaux sur les quinze de la setlist), surtout que celui-ci est particulièrement réussi. On regrettera juste le petit ressentit de manque côté scénique, mais musicalement on est pleinement satisfait, le contrat est rempli.

Setlist :

1. Leave It All Behind
2. Never Enough
3. Tally It Up: Settle the Score
4. Better Off Dead
5. Do It Now Remember It Later
6. How It Feels To Be Lost
7. A Trophy Father’s Trophy Son
8. Blood Lines
9. Medicine (Devil in My Head)
10. Another Nightmare
11. Agree to Disagree
12. Break Me Down
13. Kick Me
Rappel
14. If You Can’t Hang
15. If I’m James Dean, You’re Audrey Hepburn

 

Report : Gaël   Photos: Charles