Cela fait déjà 4 ans que le groupe américain n’était pas repassé en France. Ce lundi 02 mars 2020 nous avons le droit à un concert de OneRepublic à l’Olympia. Configuration idéale et sold-out pour un retour dans l’hexagone.

Le concert est complet depuis plusieurs mois et la salle se remplit bien vite, dès l’ouverture à 18h30. Chose notable, la quasi-totalité de la foule s’assoit en attendant le début du concert, en effet pourquoi se fatiguer.

20 min avant le début tout le monde se lève, et si les gradins ne sont pas encore tous complétés, la fosse est déjà bien compacte.
C’est là qu’arrive sur scène Alie Sherlock, jeune demoiselle, seule avec sa guitare. Elle ouvre avec une reprise de Stay de Rihanna qui en fait fredonner plus d’un. La courte prestation de la très jeune demoiselle (14 ans !!) est principalement composée de reprises. Entre Adèle ou Billie Eilish la jeune irlandaise nous présente une composition de son premier EP, co-écrite avec Ryan Tedder, frontman de OneRepublic.

20h50, on éteint les lumières et OneRepublic fait son entrée sur Kids. What You Wanted et Good Life suivent de très près. Ensuite Ryan prend le temps de saluer le public et ajoute qu’il est ravi de revenir à Paris après si longtemps. Il est également heureux que le concert ne soit pas annulé puisqu’on est moins de 5 000 ce soir. Il demande aux non-contaminés de lever la main, la (quasi ?) totalité du public s’exécute. « Bien nous sommes tous en sécurité ! »

Le frontman appelle alors Salif Gueye sur scène, danseur originaire de Seine-Saint-Denis qui a été repéré sur internet (il fut même invité par Ellen DeGeneres aux États-Unis !). Ce dernier va nous montrer son talent sur la chanson Rescue Me.

C’est ensuite l’enchaînement de Lose Myself à Secrets en passant par Rich Love. Après Feel Again, Ryan Tedder nous évoque les chansons d’autres artistes écrites par ses soins. Il va ensuite se placer au piano pour nous interpréter Halo de Beyoncé.

Après passé Wanted, c’est au tour de Burn (Ellie Goulding) d’être joué par son compositeur. Nombreuses sont les personnes échangeant des “c’est lui qui a écrit ça ??” dans le public, et elles ne sont pas au bout de leur surprise.

Première “vraie” reprise de la soirée. Ryan précise d’ailleurs qu’il aurait grandement aimé avoir écrit cette chanson. Tout le crew de OneRepublic monte sur scène pour l’occasion, et à une dizaine d’instruments la troupe reprend Wonderwall d’Oasis.

On reste sur les deux derniers albums avec les chansons Love Runs Out et Wherever I Go. Et retour sur les auto-reprises de ses compositions avec Sucker écrite pour les Jonas Brothers.

C’est au tour du classique Stop and Stare d’être joué en toute simplicité. Et on approche de la fin du show car vient le moment de l’iconique et inévitable Apologize. C’est effectivement une chanson plus tard, une fois Let’s Hurt Tonight terminé, que OneRepublic quitte la scène.

Pour le rappel, très demandé, les américains interprète le dansant Counting Stars. Pour finir Ryan nous implore de profiter de chaque instant de la vie avant de démarrer I Lived.

Retour réussi, public en délire et hits à la pelle. Le combo était en pleine forme ce soir, et Ryan est vraiment très bon en sa qualité de frontman et chanteur. Une très bonne soirée passée en compagnie de OneRepublic à l’Olympia.

Si vous avez raté cette date ou que vous voulez encore plus de OneRepublic, ne manquez pas leur deuxième date cette année annoncée pour le 22 octobre 2020 au Zénith de Paris.

Setlist

1. Kids
2. What You Wanted
3. Good Life
4. Rescue Me
5. If I Lose Myself
6. Rich Love
7. Secrets
8. Feel Again
9. Halo (Beyoncé cover)
10. Wanted
11. Burn (Ellie Goulding cover)
12. Wonderwall (Oasis cover)
13. Love Runs Out
14. Wherever I Go
15. Sucker (Jonas Brothers cover)
16. Stop and Stare
17. Apologize
18. Let’s Hurt Tonight
Rappel
19. Counting Stars
20. I Lived

Report : Gaël  ;  Photos : Dominik Warlop

Vous allez aimer !