Les sbires Nantais de Pozzo Live étaient présents pour fêter les 20 ans de l’association des Acteurs de l’Ombre à l’occasion de la seconde édition de leur festival : LADLO FEST II qui se tenait à la maison de quartier de Doulon du 20 au 22 mai 2022. On vous raconte TOUT !

Les Acteurs de l’Ombre sur scène pour le LADLO Fest II !

Nous y sommes enfin, le LADLO Fest II peut ouvrir ses portes ! Le rendez-vous est donné à la maison de quartier de Doulon à Nantes, une salle municipale qui correspond parfaitement aux besoins du festival. La salle est relativement grande et affiche fièrement diverses sérigraphies. Les espaces sont bien délimités et suffisamment grands pour permettre un beau stand de merchandising bien achalandé, un espace avec les créations de Cold Mind Tatoo (et la possibilité de se faire tatouer ! ) et surtout un immense espace vert, idéal avec les températures excessivement chaudes de ce week-end ! Niveau restauration et boisson : trois bars dont un extérieur (avec la présence très appréciée des brasseries Osseus, Couille de loup, Ourobouros et Blast’n’beer). Également trois Food Truck : Pizz’à Gogo, Tonton Burger et Call of Coffee, un choix réduit de bonne qualité, de quoi se faire plaisir sur l’ensemble du festival !

VENDREDI 20 MAI 2022.

ABEAM 

On débute ce LADLO FEST II avec Abeam. C’est un démarrage simple et efficace, ici la lenteur et le rythme sont très bien maîtrisés. Leur musique est accrocheuse sans agressivité. Nous sommes rapidement pris dans une bulle d’une belle intensité, nous voilà dans de bonnes conditions pour le reste de la soirée !

 

LUNAR TOMBFIELDS

La scène est prête à accueillir le deuxième groupe, Lunar Tombfields. Une musique d’ambiance, quelques tentures et une couleur bleu dominante sur une bonne partie du set, le groupe n’a plus qu’à rentrer en scène. Leur album The Eternal Harvest (2022) ouvre une discussion sur la fatalité de la condition humaine, la recherche de sens auprès des divinités, la mythologie… Cette spiritualité ressort efficacement au travers de leur musique, le concert se transforme peu à peu en une parenthèse introspective.

 

CORPUS DIAVOLIS

L’heure de la messe noire a sonné. Rien que sur la scène, il y a de l’encens, des bougies, un pupitre formant un pentagramme inversé, des effets pyrotechniques… Aucun doute possible sur les inspirations de ce que nous allons voir. La préparation physique du groupe n’est pas en reste. En plus du maquillage et des tenues, les gants du chanteur lui prodigueront des doigts d’une longueur inquiétante. Le show devient très vite hypnotisant. La voix profonde du chanteur, les riffs froids et brutaux servent un black metal occulte qui captivera le public au cœur de ce sombre rituel. Corpus Diavolis, c’est une plongée progressive au cœur des ténèbres et le public y est bien réceptif.

 

A.c.o.D

Ici, il n’est plus question de solennité. Des tentures ainsi que des tridents sont brandis. Le groupe est énergique et pour la première fois, le public est réellement sollicité. A.c.o.D est prêt à en découdre, il est temps pour la fosse de se réveiller ! Entre Trash, Death et Black, ce groupe aux multiples influences maîtrise bien sa technique et sa musique n’en est que plus efficace. Leur univers dégage une atmosphère puissante et lourde qui sera habilement accompagnée de passages plus doux, mélodiques. Ce rythme varié et bien dosé ne laissera aucun répit au public.

 

KANONENFIEBER

Une belle frayeur pour ce groupe allemand qui a frôlé l’annulation suite à un problème technique sur leur trajet en avion. Nous apprenons qu’ils n’ont pas pu récupérer leurs bagages à l’aéroport, de fait leur scénographie (costumes, décorations) est totalement remise en question. Dans le public, on se demande ce qui nous attend tandis que Kanonenfieber s’apprête à rentrer sur scène. Il y a des barbelés le long de la scène avec des sacs de sable quand ils font leur arrivée masqués en uniforme militaire. Le public est soulagé que le groupe ai trouvé une solution et les acclame instantanément, encore plus reconnaissant de leur présence.

L’énergie est communicative entre la salle et les artistes. Aucun temps mort, des variations rythmiques entre frénésie et pesanteur, le concert est à l’image d’une tornade impossible à arrêter. Au moment du rappel, le chanteur portera un masque de squelette ce qui n’est pas sans rappeler le thème de Kanonenfieber : la première Guerre Mondiale et les témoignages qui sont mis en lumière à travers leur musique avec toute la violence qui en découle.

 

SAMEDI 21 MAI 2022.

MIASMES

Ce trio nous offre un retour aux sources pour cette nouvelle journée de festival. Quand on mélange du Rock’n’Roll et du Punk avec un Black Metal à l’ancienne bien brut, ça donne envie de faire voler des chaises et c’est un peu ce qu’il se passe avec Miasmes. Les riffs s’enchaînent avec une agressivité déconcertante et le tempo n’a pas prévu de laisser de temps de pause au public. De la scène à la fosse, l’ambiance est électrique et le restera du début à la fin du set.

 

JOURS PÂLES

On enchaîne avec Jours Pâles pour leur premier concert mettant à l’honneur leur album Éclosion (2021). Spellbound (chanteur de Jours Pâles, Ahorlac) se tient debout face au public, comme s’il pouvait visualiser la mélancolie gagner chacun d’entre nous. Cette proximité est paradoxale car dominante et pourtant, on a tendance à se sentir plus proche de leur musique et de ce qu’ils nous transmettent à travers elle. Les lumières et la musique se veulent froides, incisives. Les lignes mélodiques couplées au texte et à la voix du chanteur viennent nous prendre aux tripes. Les riffs et la batterie sont agressives, juste assez pour nous permettre de ressentir l’essence même de Jours Pâles aux tréfonds du mal-être des Hommes et de la société.

 

SONS OF A WANTED MAN

La violence et la brutalité sont de mise. Le volume sonore sera poussé à son maximum, seuls les plus hargneux d’entre nous tiendront jusqu’au bout. Le chanteur se donne à fond, aussi bien par sa présence physique que par la puissance de son chant. Sons of a Wanted Man est un groupe de Post Black également emprunt de la scène Hardcore, ils usent des codes de chacun à travers des variations de type de chant, le rythme, les techniques utilisées… Ici, c’est un combo gagnant !

 

CONTES par Quentin Foureau.

Une pause en extérieur bien méritée avec le conteur Quentin Foureau qui nous a préparé pour l’occasion deux contes en lien avec les univers des groupes de la journée. Installé sous un arbre centenaire avec une mise en scène bien personnelle, le cadre est idéal, propice au dépaysement. En prévision de Numen, les contes basques seront mis à l’honneur avec tout le folklore qui s’en suit, une belle mise en condition pour la tempête basque qui se prépare. Quentin Foureau reviendra après Numen et dimanche, il sera suivi de Darkenhold et Moonreich. Chaque session est empreinte de l’univers du groupe suivant, bien ancrée dans les traditions et folklore du pays, merci pour ces beaux moments, nous y revenons à chaque fois avec plaisir !

 

NUMEN

On plonge au cœur de la tradition et des légendes basques le tout accompagné d’un Black Metal très brut, tranchant. L’utilisation d’un cor vient rappeler la tradition basque dont ils sont fiers notamment dans leur choix de chanter dans leur langue originelle. On ressent tout de même une emprise assez forte du Black Metal scandinave dans leur musique. Le blast est omniprésent avec un chant saturé bien sec. Ce subtil mélange donne l’impression d’un retour aux sources bien énergique avec toute la véhémence que cela implique.

 

CONTES (par Quentin Foureau)

 

BORGNE

On change complètement de registre avec les suisses de Borgne et leur Black Metal industriel. Le public se prend de façon très frontale l’agressivité de leur musique, entre le jeu de lumières et la présence scénique des musiciens (proche du bord de la scène face au public, mise en lumière des guitaristes, leur préparation ensanglantée…). Un concert bien percutant !

 

HYRGAL

Hyrgal mettra à l’honneur son dernier album Hyrgal sorti le 22 mai 2022. Un bon dosage entre révolte violente et passages plus atmosphériques comme pour nous laisser un temps de réflexion entre deux prises de conscience. Le batteur est d’une précision chirurgicale, l’alternance entre deux chanteurs permet une variation de rythme intéressante avec deux techniques bien distinctes. Les décors sur scène et thèmes abordés laissent bien présager que le groupe trouve son inspiration dans la noirceur, un chemin sinueux et torturé qu’ils explorent avec agilité.

 

HEGEMON

Le public réserve un bel accueil à Hegemon. Le chanteur a une certaine prestance qui ne laisse pas la salle indifférente. L’atmosphère change, le rythme et les mélodies s’enchaînent sans failles. La dynamique d’Hegemon prend place et emprisonne le public au cœur de son univers le temps d’un concert. Nous avons même le droit à une chanson inédite issu de leur mini album, une surprise bienvenue !

 

WESENWILLE

Il y a du talent chez les membres de Wesenwille ! Musicalement c’est une orchestration des plus minutieuses qui nous attend et l’efficacité s’en fait bien vite ressentir. La société et les interactions humaines sont centrales dans leurs chansons et les failles sont bien vite mises en lumière par la vigueur de leur jeu. Wesenwille, c’est du Black Metal qui colle à la peau, qui fait réfléchir au sein d’un univers bien profond, tumultueux.

 

WOLVENNEST

C’est l’heure du sabbat avec Wolvennest. Le groupe est composé de nombreux membres (trois guitaristes, un bassiste, un batteur, une chanteuse , et le chanteur Dehà qui les a rejoint pour cette date) les déplacements ne sont pas forcément évidents et même sans cela on sent une bonne énergie et cohésion entre eux. En arrière plan sur scène, un écran avec des projections vidéos qui vont pouvoir défiler tout le long du concert. Wolvennest, c’est un parfait mélange entre différents styles qui donne cet univers si singulier. L’encens, le thérémine, la voix très profonde et enivrante de la chanteuse mais aussi cette alternance entre de riffs bien lourds et passages atmosphériques plus légers font de ce concert une performance unique.

C’est un souffle d’air frais pour clôturer cette soirée qui vient parfaitement contraster avec les prestations précédentes. Il est fort à parier que cette nuit là, avant d’aller dormir, encore bien du monde ressentait encore le feu de Wolvennest et ses ombres mystérieuses danser autour d’eux.

 

DIMANCHE 22 MAI 2022.

LIMBES

Ce troisième et dernier jour de festival s’ouvre sur une performance assez particulière. C’est un artiste seulement accompagné de son ordinateur et sa guitare qui se trouve face à la scène. Le show très brut visuellement, les stroboscopes sont mis à l’honneur avec une lumière blanche assez agressive. Du black atmosphérique très franc avec un chant bien saturé, le chanteur y met toutes ses tripes. Il y a un côté presque fascinant à le voir aussi habité.

Nous nous préparons à une interview avec Gerald Milani , nous devons abréger ce moment en compagnie de Guillaume GALAUP mais une chose est certaine nous ne manqueront pas de le retrouver en concert à la prochaine occasion !

 

GRIFFON

Ouvrant leur set sur « Abomination », Griffon annonce tout de suite la couleur : c’est la première fois qu’ils ont l’occasion de défendre leur dernier album, « o Theos, o Basileus » et ils ont l’intention de faire les choses bien. Un son parfait qui permet de distinguer tous les instruments et mettre ainsi en valeur la richesse du Black Metal mélodique du combo parisien, et un Aharon survolté qui déclame ses textes avec rage. « L’Ost Capetien » finira de convaincre l’auditoire que le 2e opus de Griffon passe sans problème le cap de la scène. Le groupe n’en oubliera pas ses classiques avec 2 titres issus de « Atra Musica » et « La cité est perdue », qui clôtureront le show d’une très belle manière. Une sacrée claque !

 

LES CHANTS DE NIHIL

Leur entrée sur scène ne passe pas inaperçue. En pleine promotion de la sortie de leur quatrième album Le Tyran et l’Esthète, Les chants de Nihil semblent inarrêtables et nous offre une nouvelle prestation ici, au LADLO FEST II et ce n’est pas pour déplaire aux fans du groupe. Les chansons s’enchaînent sans baisser d’intensité. Les Chants de Nihil maîtrise bien leur sujet, passer d’un blast bien énervé à un passage atmosphérique plus calme ? Pas de soucis, et tout en justesse s’il vous plaît.

 

CONTES (par Quentin Foureau)

 

DARKENHOLD

Retour à l’époque médiévale avec Darkenhold, leur musique est épique et entraînante, on s’imagine bien volontiers au milieu d’une bataille faisant rage ! On nous parle de créatures, de légendes bien françaises, de châteaux… Darkenhold est un de ces groupes qui vous transporte bien facilement au cœur de ces anciennes histoires avec ses ambiances sonores et ses riffs mélodiques inspirés du Black Metal des années 90. Un voyage temporel qui contraste et fait du bien, merci pour l’évasion !

 

CONTES (par Quentin Foureau)

 

MOONREICH

Deux tentures, deux inscriptions : « Sigmund upon the earth » et « Kill the silence of prayers ». Beaucoup de fumée sur scène à tel point que les musiciens apparaissent davantage comme des ombres, des silhouettes. Les frappes sont incisives, précises, Moonreich a sans conteste trouver la formule pour réveiller les pulsions en chacun de nous. Preuve en est dans la fosse qui commence à s’énerver sérieusement. Leur musique est poignante, violente, parfois teintée de mélancolie : une déferlante dont on ne peut sortir indemne (pour notre plus grand bonheur ! )

 

PENITENCE ONIRIQUE

On reconnaît les tentures de Vestige (2019), les artistes aux masques intriguants et finement travaillés, ça y est le voyage onirique peut enfin avoir lieu. Pénitence Onirique c’est une virée cauchemardesque, tumultueuse, le genre dont on ne peut se défaire. C’est dans une ambiance bleutée, propice à l’évasion, qu’ils vont nous faire plonger au cœur de leur univers. La voix du chanteur est profonde, l’alternance entre chant saturé et chant clair se complète efficacement. Un Black atmosphérique qui jongle avec justesse entre mélodies envoûtantes et rythmiques déchaînées. Merci pour le voyage, on y reviendra à coup sur !

 

AHORLAC

Changement d’ambiance avec Aorlhac, la vélocité des guitares, le blast à la batterie, tout un ensemble qui créé une énergie enragée très communicative. La force du groupe ne se trouve pas uniquement dans ses passages plus éffrénés mais aussi dans leurs sections mélodiques ou la voix du chanteur est tout aussi percutante en variant l’intensité et la saturation de son chant. Il y a un vrai partage entre Aorlhac et son public, la sincérité de leur musique a bel et bien atteint la fosse qui plonge dans leur univers sans demander son reste.

 

SETH

Et voici ceux que l’on attendait plus ! La scène est prête à accueillir le groupe dont la venue était si attendue (ndlr : Le groupe a été retardé suite à un problème logistique, ce qui a engendré des décalages horaires sur les derniers groupes de la soirée et repoussé l’heure de fin initiale de l’événement). Des heures d’interrogations, de craintes et d’attente qui s’envolent avec les premières notes, le public se déchaîne, pas besoin de carton d’invitation pour mettre le bazar ! Le show est tout ce que l’on pouvait espérer de Seth : ils donnent tout, leur savoir-faire et communiquent beaucoup avec le public : de quoi terminer ce festival en apothéose !

 

Une festival haut en couleurs pour cette seconde édition du LADLO Fest et anniversaire des 20 ans d’existence de l’association des Acteurs de l’Ombre ! Autant de groupes que d’univers différents, c’est aussi au nombre de claques musicales que se mesure un festival et ce condensé de Black Metal aux nombreuses déclinaisons a parfaitement rempli sa mission ! Merci à Kratos (Chanteur de Circles Ov Hell) pour sa participation sur l’article de Griffon car nous étions en interview à ce moment-là !     

Un grand merci à Gerald Milani pour nous avoir offert de son précieux temps pour une interview (Venez la lire, c’est par ICI), à tous les stands présents, aux bénévoles mais aussi à tous les artistes qui ont fait de ce week end une parenthèse plus que ressourçante, nous repartons avec de très bons souvenir en tête !

__________________

Live Report : MH LiveZine

Mise en page & photos : Newsålem 

Accéder à l’album photo complet > Newsalem.fr

 

Vous allez aimer !