Review : Sum 41 – Order In Decline

0
749

On vous en avait parlé il y a quelques mois ! Trois ans après leur album précédent, 13 Voices, Sum 41 ne semblent pas pouvoir s’arrêter ! Le groupe de pop-punk canadien a parcouru beaucoup de chemin depuis All Killer No Filler, et semblent durcir le ton. Mais que vaut donc Order In Decline ?

Résultat de recherche d'images pour "sum 41 order in decline"

L’album commence fort ! Après une intro dramatique au piano commence un morceau arena rock puissant qui ouvre magnifiquement le bal. Sum 41 ne veut pas être « just a memory », et se renouvelle en gardant des éléments de son illustre passé. En effet, le refrain semble tout droit sorti de Screaming Bloody Murder ! Le solo, lui, est très sympa et appelle que Dave « Brownsound » Baksh est bien aussi pleinement de retour !

Out For Blood, premier single issu de l’album, est violent, limite metal. La batterie, proche d’Overkill de Motörhead, martèle et le riff et les refrains sont géniaux. Le solo et la fin en particulier sont une apothéose de ce morceau qui est un « instant classic » ! Le morceaux sera suivi du non moins excellent The New Sensation qui commence de manière martiale et enchaîne sur des refrains à l’efficacité parfaite. Gros coup de coeur donc !

A Death In The Family enfonce encore plus le clou et renforce le feeling metal de cet album. La structure très proche de We’re All To Blame (vers ultra puissants et refrain calme) rappelle les belles heures du groupe, et l’énergie est débordante. Heads Will Roll viendra cependant couper un peu l’élan avec un riff surprenant et un rythme plus lent, à bas de tic tac d’horloge. Ce morceau plus pop permet définitivement à l’album de respirer après un sprint quasi constant depuis l’ouverture.

45, le quatrième single issu de l’album, parle de Donald Trump et ne le cache pas. Selon Derryck Whibley, il va dégager vite fait et on ne se souviendra que de son numéro de présidence (45). Le riff est top, la voix est top, le refrain est génial, on a ici tous les ingrédients d’un autre « instant classic » ! La ballade Never There, plus personnelle pour Derryck, passe régulièrement sur les radios depuis quelques temps, et c’est amplement justifié. L’intro très calme mène lentement mais sûrement vers une montée en puissance dantesque et un solo simple mais magnifique.

Eat You Alive sera selon moi le seul morceau un peu oubliable de cet album, car avec son style metal il fait un peu redondant dans l’album, mais il se laisse largement écouter (ça reste du Sum 41). Heureusement, The People Vs. est bien plus rapide, sombre et puissant ! Ce morceau est carrément metal, mais enchaîne ensuite sur un riff en gamme majeure. Ce morceau cher à Derryck Whibley parle de la « vague bleue » des démocrates qui s’annonce pour faire partir Trump (« he’s got to go »). Ce morceau me rappelle fortement les premiers albums de Sum 41 et encourage beaucoup pour la suite.

Catching Fire conclut en beauté cet album. Un morceau pop pour terminer un album puissant. Le morceau est un beau morceau mais va probablement diviser un peu les fans. Mais la conclusion est belle et l’album est donc une réussite (plus que 13 Voices et Underclass Hero selon moi). Cet album bien qu’il ne rivalise pas avec Does This Look Infected, a un potentiel de fou et pourrait bien être le signe du renouveau de Sum 41, selon moi plus que 13 Voices. On a en tout cas très hâte de revoir Sum 41 en France !

8.5/10

Sur ce, on vous laisse avec les clips de Never There et Out For Blood !