Patchwork

par Passenger

8
sur 10

C’est dans la plus grande des surprises que Passenger, a sorti un album le vendredi 10 juillet dernier. Ce dernier s’intitule Patchwork, et il s’agit désormais du douzième album studio du chanteur britannique.

Passenger a sorti un album en 2019 intitulé “Sometimes It’s Something, Sometimes It’s Nothing At All” dont tous les fonds ont été reversés à l’association Shelter. Cette association vise à venir en aide aux sans-abris. Cette fois-ci, c’est le même principe. Passenger n’a effectué aucune annonce au préalable, et ce dernier album est sorti par surprise! Dans le même concept que son prédécesseur, Patchwork est un album dont tous les fonds seront également versés à une association. Cette fois-ci, Mike Rosenberg choisit de venir en aide à Trussel Trust, une “action contre la faim”.

Ce court album se compose de seulement huit titres, pratiquement tous écrits lors de la période de confinement. Cette situation d’isolement bien particulière a beaucoup touché Passenger, et l’a surtout inspiré. Il indique lui-même que l’écriture de ces morceaux a été une source importante de réconfort et d’espoir pendant cette période. Il espère donc transmettre ces émotions à quiconque écoutera l’album.

patchwork

Patchwork s’ouvre sur Sword From the Stone que le chanteur avait d’ailleurs jouée lors de ses livestream pendant la période de quarantaine. On ressent directement que le confinement était la source principale d’inspiration de ce morceau dont les paroles ressemblent à des conversations échangées à distance lors de cette période. Une bonne introduction au thème général de cet album.

On enchaîne ensuite sur Year On Year, Day By Day avant d’arriver à Patchwork, le morceau donnant son titre à l’album. Malgré son ton mélancolique, les paroles de cette chanson semblent pourtant remplies d’espoir.  (“For our lines will always cross like patchwork on a quilt. You know nothing’s ever lost, it’s all kept somewhere. And these stones are heavy, but look at everything we’ve built.“).

Le morceau suivant, Venice Canals, est celui qui est à l’origine de cet album. Passenger l’a composé suite aux images et vidéos diffusées dans lesquelles on pouvait voir des poissons nager dans le canal de Venise. Ceci représentait une sorte d’espoir et de positivité malgré la situation traversée. C’est à la suite de ce morceau qu’il en a composé d’autres, jusqu’à ce que l’idée de Patchwork naisse.

On passe ensuite à la mélancolique Queenstown où l’artiste semble se remémorer des souvenirs de voyages et d’une ancienne relation. Ces paroles sincères font de Queenstown le morceau le plus touchant de Patchwork. Le rythme du morceau suivant, Swimming Upstream, est plus enjoué et plus rythmé. Là encore, Passenger apporte ses réflexions et son ressenti sur toute cette période d’isolement.

Avant d’achever l’album avec Summer Rain, on passe à un morceau connu de tous désormais: Someone You Loved. Il s’agit bien sûr d’une reprise de la chanson de Lewis Capaldi que Passenger “aurait aimé écrire lui-même”. A défaut d’en être l’auteur, il la reprend à sa façon et elle est tout aussi belle que l’originale.

Ce qu’il faut retenir de Patchwork:

Bien qu’il soit très court puisqu’il ne contient que huit morceaux, Patchwork n’en est pas moins qualitatif pour autant. En effet, on ressent à travers tout l’album la vulnérabilité et l’honnêteté de Passenger, tant par ses textes que par ses mélodies. Patchwork ne se démarque musicalement pas de tous les autres opus du chanteur, puisque ce style de chansons acoustiques lui est bien propre. Cependant, la sincérité dont il fait part dans cet album est unique et résume parfaitement ce que chacun a pu ressentir pendant cette quarantaine.

Patchwork

par Passenger

8
sur 10

Vous allez aimer !