Dominion

par Skillet

7.5
sur 10

Les américains de Skillet présentent leur nouvel album Dominion. C’est après 3 petites années que le groupe présente le successeur de Victorious.
Ce précédent opus avait donné lieu à une tournée européenne qui était passée par chez nous, au Bataclan.
Voyons ce que ce Dominion a dans le ventre.

L’album s’ouvre sur Surviving The Game, le premier single sorti, c’est net. Le morceau est énergique à souhait, la voix de John Cooper toujours accompagnée par les chœurs de la batteuse Jen Ledger.
Après le premier single, faisons simple, se trouve le deuxième : Standing In The Storm. Là encore nous avons un single tel qu’on connait Skillet, des riffs puissants et, nouveauté, des percussions électroniques qui trouvent assez bien leur place dans le morceau.

On suit à nouveau sur un single, au moins presque tout ce qu’on connait déjà sera passé. Dominion, le morceau éponyme, est dans la même veine et cela semble plutôt bien annoncer le reste de l’album.

Arrive la première balade de l’album. C’est avec Valley of Death qu’on reprend pleinement conscience qu’on écoute un groupe de métal/rock chrétien. On imagine très bien une version live, forte en émotion, tous briquets dehors (oui on utilise les flash de téléphone maintenant, mais c’est moins poétique).

On poursuit avec Beyond Incredible et Destiny qui reprennent fougue et entrain. Même si l’on ne boude pas notre plaisir, ils ne remontent pas au niveau qu’avaient placé les singles en ouverture. Cela dit Destiny fait la part belle au chant de Jen Ledger et c’est très plaisant.

Deuxième balade et encore un single. Le reposant Refuge fait de l’ombre à Valley of Death sur le choix de la balade de la setlist pour la prochaine tournée à défendre ce Dominion.

Shout Your Freedom donne une impression de déjà vu. On ressent l’énergie présente sur Unleashed avec des sonorités un peu remises au goût du jour.
C’est un peu également le cas avec Destroyer. Nous avons là l’exemple type des usages des loops électroniques de voix entre les couplets utilisés de plus en plus par les groupes. Ce n’est pas déplaisant, mais on sent l’inspiration venant d’ailleurs que des mélodies rock/métal classiques.

On revient sur les grandes mélodies un peu plus calmes en termes de rythme avec Forever The End. Ce titre fait penser à Fire And Fury (de l’album Rise) de par son ambiance.

On s’approche de la fin de l’album et avec Ignite nous tenons le genre de pépite cachée en fin d’album qui mériterait d’être plus en lumière. On ressent bien le potentiel de guitariste de Seth Morrison. Voilà un morceau qui pourrait fortement être mis en valeur en live et ne le sera probablement pas ou peu.

On clôt l’album sur White Horse un morceau de .. dubstep/trap/metal. Si les sonorités électroniques sont utilisées avec parcimonie et de façon très dosée sur le reste de l’album, on plonge totalement dedans ici. Au-delà du fait que cela est surprenant sur un album de Skillet, le mix hybride ne donne pas non plus un excellent résultat de ce qui semblait être inspiré initialement.

Skillet a essayé de s’ouvrir musicalement sur ce Dominion, et le mélange colle plus ou moins bien selon les titres. On pourrait d’ailleurs dire que le groupe est revenu au basique de sa musique initiale. Si depuis l’album Collide le ton est très branché guitare électrique, les albums précédents étaient beaucoup plus électroniques. Cela dit les morceaux créés aujourd’hui, avec le chemin parcouru, sont beaucoup plus appréciables.

Tracklist:
  1. Surviving The Game
  2. Standing In The Storm
  3. Dominion
  4. Valley Of Death
  5. Beyond Incredible
  6. Destiny
  7. Refuge
  8. Shout Your Freedom
  9. Destroyer
  10. Forever The End
  11. Ignite
  12. White Horse

Dominion est disponible depuis le 15 janvier chez Atlantic Records.

 

Dominion

par Skillet

7.5
sur 10

Vous allez aimer !