Shaka Ponk électrise le Zénith de Toulouse

0
2178

Ce Jeudi 21 Mars 2019Shaka Ponk était de retour dans la ville rose pour tout retourner sur son passage. Et comme chez Pozzo Live, on fait pas comme les autres, on vous propose les photos de la date à Bordeaux, du Samedi 23 Mars. Double Live Report!

C’est à Killason que revient la lourde tâche d’ouvrir la soirée. Ce rappeur parisien aura droit a une trentaine de minutes de set pour convaincre son audience. Et ça a l’air de bien prendre! Proposant un set énergique, avec un flow puissant, Killason se donne à fond sur scène. Dans le public, on distingue un peu 2 écoles. Les jeunes, qui sont assez sensibles au rap, dansent et sautent, et ont l’air de bien s’amuser. En parallèle, on distingue les plus vieux, rockeurs dans l’âme, qui ont l’air de s’emmerder royalement. Bon, bien qu’il soit étonnant de voir un rappeur en première partie de Shaka Ponk, c’était un peu dommage, d’autant que Killason donnait de sa personne pour chauffer la salle. En plus de son flow impressionnant, il danse diablement bien! Il nous proposera quelques démos de ses talents, et finira par conquérir l’intégralité de la salle! Une belle entrée en matière!

C’est maintenant au tour des Shaka Ponk de monter sur scène. Et ils sont très attendus, à en entendre les cris du public! Le concert commence sur cette intro désormais devenue classique depuis la tournée de l’album « White Pixel Ape« . Et très rapidement, tout devient explosif sur scène. On attaque directement avec « Killing Hallelujah« , issu du dernier album « The Evol« . Frah, chanteur du groupe, apparaît cependant avec une minerve autour du cou… Mauvais signe tout ça! Pendant les 3 premiers morceaux, nous avons droit à un Frah déchainé! Il saut dans le public, vient au devant de la scène, joue avec le public et les photographes. Bref du grand Frah! Seulement voilà, une fois ces trois morceaux passés (au passage, il s’agit du quota accordé aux photographes), les douleurs aux cervicales recommencent de plus belle. Logique, vu l’énergie déployée pendant ces 15 premières minutes. Petit à petit, on assistera à la descente aux enfers de Frah, qui, submergé par la douleur, passera des moments assis sans bouger pour pouvoir se reposer et canaliser sa douleur… Le show proposé prendra forcément un coup: il n’y a plus vraiment cette folle énergie qui représentait Shaka Ponk, avec un Frah survolté prêt a tout détruire sur son passage. Bien évidemment, on ne lui jette pas la faute et ce n’est en rien une critique, il est déjà bien courageux de sa part d’assurer l’intégralité de la tournée malgré ce soucis de santé! Il aurait très bien pu l’annuler et la reporter à plus tard… Et qui plus est, Frah nous gratifiera de quelques slams, a d’autres moments du concert, montrant qu’il se donne à fond pour son public. Seulement voilà, le constat est là, le show est moins énergique que sur les précédentes tournées…

Hormis ce détail fâcheux, qui en décevra plus d’un à en entendre les discussions à la sortie du Zénith, les Monkeys nous ont proposé un show de haute volée comme toujours! Avec une large prédominance de leur dernier album « The Evol« , les titres s’enchaînent et les foules se déchaînent! On assistera à quelques classiques du groupes comme « Wanna Get Free« , « Twisted Mind » ou encore « I’m Picky« , avant le raz de marée provoqué par « Palabra Mi Amor« ! Alors que le silence règne, seul ce fameux claquement de doigt de fait entendre. Tout à coup, la voix de Bertrand Cantat, enregistrée, se fait entendre! Tout le monde crie, et se prépare pour un des morceaux les plus énergiques du groupe! Mais ce n’est pas tout… Frah lancera même un Circle Pit géant depuis le milieu du Zénith. Une scène impressionnante à voir, comme nous le voyant ci-dessous sur le compte Instagram de ce dernier.

Le concert se poursuit avec la désormais célèbre reprise de « Smells Like Teen Spirit » de NirvanaFrah chantera depuis les gradins, où il en profitera pour saluer les fans. Nous aurons uniquement droit par la suite à des morceaux du dernier album, et ce jusqu’au rappel. Un choix que les plus vieux fans regretteront sans doute, mais qui n’a pour autant pas rendu ce concert sans intérêt.

Arrive donc le moment tant attendu, la battle entre Ion, batteur du groupe, et Goz, mascotte du groupe. Comme à chaque fois, Goz est représenté sur l’écran du groupe et répond à Ion avec des breaks de batterie tous plus techniques les uns que les autres. Cependant pour cette tournée, la battle s’est vue augmentée puisque nous auront droit à des duels pour chaques musiciens! CC, guitariste du groupe, se verra affronter Kurt Cobain, leader de NirvanaSteve, claviériste du groupe, affrontera David Bowie et PrinceMandris, bassiste du groupe, affrontera quant à lui le seul et unique Lemmy Kilmister, leader légendaire de Motörhead! Un joyeux bordel qui permettra au public de donner de la voix, étant donner que le groupe interagit avec le public pour nous faire crier ou huer les artistes virtuels! Sans grande surprise, c’est bien évidemment les Shaka Ponk qui s’inclineront face aux talent des rockstars défuntes!

Après un « Rusty Fonky » énergique, le groupe quitte la scène, sous les cris et les applaudissements. Cependant, les Shaka Ponk nous préparent une petite surprise… Et pas des moindres! Le groupe remonte sur scène et nous explique qu’ils vont maintenant jouer un morceau d’un groupe qui les a inspiré et qui leur a donné envie de faire de la musique… Les vrais fans le savent, comme les Monkeys l’ont bien souvent répété en interview, il s’agit évidemment d’un morceau de Noir Désir! Et nous sommes parti pour un « Tostaky » survolté. Ce dernier morceau sera, pour beaucoup, le coup de grâce de cette très belle soirée. La fosse devient folle dès les premières notes de guitare, les pogos augmentent en intensité, les gens hurlent les paroles, slamment, sautent… Un belle énergie est dégagée de ce morceau! A son habitude, Frah finira dans le public, alors que Sam restera sur le devant de la scène. Le groupe détruit tout sur son passage, le public de même, et le concert se termine sur ce véritable chef d’oeuvre du rock français qu’est « Tostaky« !

En conclusion, nous avons passé une belle soirée et un bon concert, même si nous avons eu quelques déceptions: une énergie « en dessous » des autres tournées, la dominance (pour ne pas dire la quasi totalité) des chansons du dernier album, Frah assis sur certains morceaux, etc… Mais en parallèle, de nombreux points positifs seront présents: la nouvelle battle qui met en scène des artistes que tout le monde aime, le Circle Pit géant, Frah qui chante dans les gradins, et surtout cette reprise mémorable de « Tostaky« !

Bref, merci Shaka Ponk pour ce beau concert. Pensez cependant à vous reposer afin de ne pas aggraver la complication aux cervicales de ce cher Frah!

Setlist:

  1. The White Pixel Ape Show Intro
  2. Killing Hallelujah
  3. On Fire
  4. Wanna Get Free
  5. Twisted Mind
  6. I’m Picky
  7. Palabra Mi Amor (+ Circle Pit)
  8. Smells Like Teen Spirit (Nirvana Cover)
  9. Bunker
  10. Fear Ya
  11. Summer Camp
  12. Gung Ho / War Dance
  13. Share A Line
  14. Battle Ion vs Goz
  15. Rusty Fonky
  16. Tostaky (le continent) (Noir Désir Cover)