L’artiste multi-instrumentiste chouchou des médias Dennis Lloyd nous a offert une prestation remarquée au Trabendo ce dimanche 8 décembre. Récit d’une soirée à guichets fermés !

Ce dimanche soir, direction le Trabendo pour y retrouver Dennis Lloyd. L’artiste israélien y fait sa date unique de tournée française dans le cadre de son Never Go Back Tour.

CHARLOTTE

On découvre en première partie la pétillante CHARLOTTE, qui conquiert instantanément le public et qui le lui rend bien en reprenant en rythme et participant au maximum aux chansons de la jeune artiste.

Elle est son collègue guitariste semblent très heureux d’être là, ils semblent complices et les interactions avec le public sont fréquentes, les pauses entre les chansons sont dédiées aux échanges et aux petites blagues avec les spectateurs.

Son set se termine par le superbe titre Nervous, qui met en avant sa voix puissante qui peut monter très haut quand il le faut, elle maîtrise totalement son registre vocal. Une artiste à suivre de près pour ceux qui apprécie les chanteuses à la voix chaude et qui ont bien raison de se permettre des montées de voix !

Dennis Lloyd

Sur scène on aperçoit déjà une pléthore d’instruments : kit batterie, guitare électrique, trompette, saxophone droit, saxophone ténor et 2 micros, ça promet un set varié avec pas mal d’utilisation d’instruments divers et variés, j’aime ça !

La salle commence à vraiment se remplir au cours de ces 30 minutes d’entracte mais avec une date à guichets fermés, on aperçoit tout de même des zones vides, grève des transports oblige…

Le live démarre sur une ambiance très cosy, avec des sons de nature, de cris d’animaux, le tout accompagné d’un éclairage rappelant des lucioles à la nuit tombée. Tout d’un coup, les cuivres font leur apparition et dégagent une énergie forte tout en amenant un discours prononcé en fond sonore. Tout d’abord seul le batteur est installé à sa place et peut se permettre de s’exprimer sur l’intro, rapidement suivi du saxophone ténor puis de Dennis Lloyd qui fait son entrée sous les cris du public.

La veste en cuir qu’arbore Dennis Lloyd va rapidement être retirée car l’ambiance est déjà chaude au Trabendo ce soir, le public est surexcité par son arrivée. Une boîte à rythmes et du backing vocal viennent appuyer les rythmes et la voix du groupe. Le saxophone envoie très fort dès le premier morceau et Dennis Lloyd le rejoint à la trompette pour une envolée de cuivres avant de reprendre le chant, joli !

Les notes chaudes des cuivres ont maintenant fait se remplir la salle, le concert affichant en effet complet comme toutes les dates de sa tournée Européenne. “Comment ça va?” nous demande Dennis Lloyd, aussi répondu par une liesse unanime du public qui est vraiment content d’être là.

Le concert vit des moments de calme avec des ballades au saxophone ténor solo accentué de sons d’ambiance de pluie et d’éclairage tamisé, ambiance très mélancolique qui permet au public de se poser après toutes ces émotions.

Autre ambiance, Dennis Lloyd sort sa guitare électrique sur des morceaux plus rythmés et se montre très complice avec le batteur pour un duo très propre. Le saxophone droit est de sortie ainsi que les lumières de portable demandées par Dennis Lloyd pour contribuer à l’ambiance pendant que le public complète les paroles de Leftovers.

Dennis Lloyd semble adorer interagir avec son public et déclare son amour inconditionné à ce dernier avant d’entonner Never Go Back.

En bref, un concert intimiste maîtrisé, avec un public 100% acquit à la cause de Dennis Lloyd. L’artiste aux multiples talents pourrait sans sourciller annoncer de nombreuses autres dates françaises, qui seraient à coup sûr également à guichets fermés.

Photos par Alex Basset-Buiatti :

Vous allez aimer !