Le 4 mai 1988 Queensrÿche sortait son quatrième album studio : Operation: Mindcrime. Trois ans plus tard, l’album dépassera le million de ventes aux États-Unis et restera, 32 ans après, considéré comme l’un des meilleurs concept-albums jamais sortis.

Pour fêter les 32 ans de l’albums, voici un petit retour sur l’histoire qui y est développée.

Operation: Mindcrime débute, dans un hôpital où le protagoniste, Nikki, apparaît comme totalement perdu. Tout à coup les souvenirs commencent à lui revenir, et l’intrigue peut commencer (Remember Now).

Jeune junky accro à l’héroïne et révolté par le système politique de son pays (Anarchy X), Nikki se retrouve rapidement enrôlé dans une organisation secrète révolutionnaire dirigée par le Docteur X (Revolution Calling). Ce dernier, mêlant lavage de cerveau et chantage à l’héroïne, fait de Nikki un tueur à gages à sa botte. Sur son ordre et avec le mot de passe “mindcrime”, Nikki exécute sans pitié les opposants politiques à l’organisation (Operation: Mincrime).

Rapidement, Nikki tombe amoureux de Sister Mary, la none-prostituée qui lui délivre ses doses d’héroïne sur ordre du Docteur X et de son associé, le père Williams (Spreading the Disease et The Mission). Voyant que Nikki commence à porter de l’attention à Mary, le Dr X lui ordonne de l’assassiner, elle ainsi que le père William, afin que rien ne puisse le détourner de sa mission. Nikki tue le père, mais ne peut se résoudre à ôter la vie de la femme qu’il aime (Suite Sister Mary). Voulant alors quitter l’organisation et fuir avec Mary, le Dr X lui rappelle que cela lui est impossible : en effet il est le seul à pouvoir lui fournir sa dose d’héroïne quotidienne (The Needle Lies). Nikki décide malgré tout de fuir et part retrouver sa bien-aimée. Malheureusement, il la retrouve morte chez elle (Electric Requiem). On apprendra dans le DVD Mindcrime at the Moore que Mary s’est suicidée.

Fou de chagrin, Nikki arpente les rues en criant son nom (Breaking the Silence). Il est arrêté par la police qui, en le fouillant, découvre l’arme de tous ses crimes (I don’t believe in Love). Totalement dévasté par la mort de Mary et en manque d’héroïne, Nikki est en proie au délire. Enfermé dans une chambre d’hôpital en attendant son jugement, ce dernier tente de comprendre ce qu’il a fait pour en arriver là. Se regardant dans le miroir, il ne voit qu’un inconnu, lorsque tout à coup la mémoire lui revient : I remember now (Eyes of a Stranger).

Operation: Mindcrime est un album intemporel, mettant en avant des sujets toujours autant d’actualité comme la corruption, l’aliénation, l’addiction aux drogues, le sexe, ou encore les mouvements révolutionnaires. Ainsi, que ce soit grâce à ses textes ou sa musique, cet album de hard-rock teinté de musique progressive procure encore un plaisir immense à être écouté. Nul doute que dans 10 ans, Operation: Mindcrime continuera de marquer les esprits.

Vous pouvez écouter ou réécouter l’album en intégralité grâce à cette playlist Youtube. Ou en achetant directement le CD ou le vinyle dans la plupart des distributeurs commerciaux.

Vous pouvez retrouver toutes nos interviews ici. Pour nos chroniques, ça se passe .

Vous allez aimer !