III

par Demons & Wizards

6.5
sur 10

Après 15 ans de silence, Demons & Wizards sont revenus ce 21 février avec un nouvel et troisième album sobrement intitulé III. Bon « silence » n’abusons pas. La formation allemande semblait faire passer un message sur son grand retour l’année dernière avec notamment un petit passage par le Hellfest, le Graspop, le Wacken ou encore le Metaldays. Rien que ça.

Pour rappel, le projet parallèle de Hansi Kürsch (chanteur du groupe Blind Guardian) et de Jon Schaffer (guitariste de Iced Earth) a initialement été créé pour le plaisir, en 1997. Ces messieurs étant amis depuis de nombreuses années. Un premier album en 2000, puis un second en 2005, accueilli avec le sourire par les fans mais qui ne rencontre pas la popularité des deux groupes (qui sont encore aujourd’hui très actifs !).
Il aura donc fallu 15 ans pour que la formation lâche son troisième album et nous tease en décembre dernier avec Diabolic, premier morceau de III, une introduction digne de ce nom.

Hansi Kürsch l’avait annoncé en janvier au Heavy New York, « III c’est 11 morceaux mais 11 morceaux qui te promettent un voyage différent ». Ouais. III c’est 1h04 d’hétérogénéité et pas mal de montagnes russes.
Quand un morceau comme Diabolic te balance ce que t’as pu écouter juste au-dessus, juste derrière tu te retrouves avec Invicible, un morceau beaucoup plus mélodique. Puis arrive juste après Final Warning où tu flirtes avec du heavy metal (ouais ça sonne comme Maiden), t’enchaînes sur une “balade rock” avec Timeless Spirit, tu repars ensuite sur du power metal avec Dark Side of Her Majesty, tu continues avec Midas Disease, un morceau ULTRA rock… Et c’est comme ça tout le long.

En somme, si tu t’attends à un album 100% power metal, passe ton chemin. III est beaucoup plus mélodique et rock que ses prédécesseurs. Il possède cependant des morceaux de power metal puissants, effleurant d’autres genres (heavy, thrash).

Il m’a fallu une bonne semaine pour digérer l’ensemble et me convaincre que c’était un seul et unique album. Alors avantage ou inconvénient ? Difficile à dire. Demons & Wizards c’est vraiment un truc entre potes que tu dois prendre comme tel en savourant la voix de Kürsch et la polyvalence de Schaffer. Ca change d’Iced Earth.

Demons & Wizards III

Au final on a quand même un truc travaillé pour un projet parallèle fait par des mecs quand ils ont le temps. C’est loin d’être bâclé. Preuve en est avec Timeless Spirit et Children of Cain, morceaux les plus longs de l’album qui durent respectivement 9 et 10 minutes. Children of Cain vient d’ailleurs boucler cette galette d’une manière assez audacieuse avec sa gratte acoustique, presque seule, sur 1 minute 30. Timeless Spirit te fait tenir 2 minutes 25 sur cette même guitare acoustique avant de lâcher les loups. C’est peut être un des morceaux les plus surprenants. Assez dense, mais les chœurs apportent une légèreté lancinante et entraînante. Petit rappel d’un certain Fiddler on the Green.

Mais du coup, III ?

Alors de là à parler de « voyage » bof. OK les morceaux ne se ressemblent pas, chacun a sa part d’originalité et te dévoile un univers différent, quasi un style différent voire des prises de risques. Mais… Certains sont excessivement prévisibles.
Tu t’y attends au break, au solo, à la reprise encore plus vénère, au refrain qui va revenir etc. Donc ok un voyage, mais tu connais déjà le pays. Et comme si ça ne suffisait pas : les refrains et les riffs te rentrent dans la tête TRÈS facilement. Donc après le deuxième couplet, tu peux déjà chantonner. Bon point pour le live, bien qu’une tournée sur cet album ne soit absolument pas prévue. Sur CD, ça devient un inconvénient. Certains morceaux deviennent longs, tu décroches et rien ne rappelle tes tympans à l’ordre (Universal Truth, Final Warning, Invicible, Midas Disease, Dark Side of Her majesty, Diabolic). Ne te méprends pas, ces morceaux ne sont pas mauvais !

Des mentions spéciales tout de même. Déjà pour Wolves in Winter et New Dawn qui sont pour moi les morceaux les plus représentatifs de ce que peut te pondre Demons & Wizards puis cette basse dans le break de Wolves in Winter est juste magnifique (3:28). Enfin pour Timeless Spirit, pour les raisons évoquées plus haut et Split que je trouve puissant avec son petit solo en milieu de morceau, son break qui te laisse respirer puis ça repart et puis re-solo. Sur 6 minutes seulement. Ouais. Là j’ai voyagé, j’en ai pris plein les oreilles.

Tracklist :

1.Diabolic
2.Invicible
3.Wolves in Winter
4.Final Warning
5.Timeless Spirit
6.Dark Side of Her Majesty
7.Midas Disease
8.New Dawn
9.Universal Truth
10.Split
11.Children of Cain

III

par Demons & Wizards

6.5
sur 10

Vous allez aimer !