Mestarin Kynsi

par Oranssi Pazuzu

10
sur 10

Oranssi Pazuzu est de retour le 17 Avril avec Mestarin Kynsi, fort d’une signature chez Nuclear Blast. Un nouvelle claque administrée par les psychédéliques Finnois?

Oranssi Pazuzu

Oranssi Pazuzu…. Le nom est aussi étrange que le groupe est génial. Les psychédéliques Finlandais n’en sont pas à leur coup d’essai avec ce Mestarin Kynsi. Il s’agit de leur 5ème album, et la qualité ne fait que croître! Il y a 4 ans sortait Värähtelijä, le groupe qui les a porté au sommet du black metal expérimental, ou groupe le plus sombre du krautrock. Des sonorités dissonantes, un son unique et une ambiance glauque au possible. Que quoi piquer la curiosité du public du genre, avide de nouveauté et d’originalité.

Depuis, il s’en est passé des choses: 2 splits, un live fabuleux et un projet très particulier, Waste Of Space Orchestra, pondu avec Dark Buddha Rising, à l’occasion du Roadburn 2017. Une performance mémorable. Tout ces efforts ont permis a Oranssi Pazuzu de signer chez les géants de Nuclear Blast, sans pour autant vendre leur âme au dieu pognon, nous le verront plus bas. Leur son mélange le black metal (moins ici clairement) au space rock, au rock psychédélique et ajoute à cela des touches de prog. Mais l’exploit tient plus dans le fait de réussir à rendre le tout ultra digeste et planant.

Mestarin Kynsi

Un album d’ Oranssi Pazuzu ne ressemble jamais au précédent. Cela semble être rentré dans la norme. Et celui ci ne fera pas exception. Moins black metal que ces prédécésseurs, mais encore plus loin dans le “what the fuckisme”, il nous propose 6 pistes explorant les méandres les plus profondes de leurs cerveaux tourmentés, et ce sans ceinture de sécurité. On pose l’ambiance patiemment, froidement, nous enveloppant dans un cocon avant de nous exploser au visage de manière totalement déstructurée.

Ilmestys à la lourde tâche d’ouvrir le bal du diable. Il débute lentement sur 2 notes de guitare distordues et dissonantes, dans un style ultra progressif, synthé de l’an 2000, pour finalement tout foutre par terre à 5′ avec un blast ultra blasphématoire de violence hurlée pour un final bluffant. Quelle entame! Tyhjyyden Sakramentti a un côté plus space rock Jazzy, mais sa construction est tout aussi prog, mention spéciale au riff super evil de la 6′. Un plongée lente mais inexorable en enfer, sous acide! Nosferatu s’est empalé dans metropolis et voila le rejeton.

Uusi Teknokratia est le premier single de l’album. Vocalises à la Attila Csihar de Mayhem, rythmique lancinante, dissonances ultra oppressantes, on plonge dans le chaos peu à peu, l’obscurité s’étend et nous offre des paliers si variés et surprenants! Impossible de décortiquer, il est nécessaire d’écouter!

Oikeamielisten Sali ne déroge pas à la règle, et on s’aperçoit alors de la construction finalement très cohérente de l’album, assumée et avouée par le groupe, empruntée à l’electro. Une progression des chansons par thème, avec une mutation systématique. Un morceau plus épique et dépressif, moins horrifique.

Kuulen Ääniä Maan Alta est un morceau qui emprunte beaucoup à la synthwave, mais en plus hantée et maléfique. Chaque son, mis à part, n’a rien à faire ici. On est censé faire face à un désastre épouvantable. Mais Oranssi Pazuzu arrive à rendre le tout ultra digeste! Incroyable de justesse, ici rien n’est inutile. Ces mecs bidouillent leur musique avec un esprit ultra torturé. Mais le rendu est juste jouissif. D’ailleurs le final du morceau, progressif et hypnotique, résume à lui seul l’album.

Taivaan Portti vient achever la galette de manière belliqueuse, voix d’outre tombe, rythmique qui donne le mal de mer, cris venant du fond des âges, on est en plein cauchemar…. Cela modifie totalement la perception que l’on peut se faire du black metal clairement… Ce morceau conclus dans un maelström d’instruments et d’effets sonore notre descente aux enfer, guidés par Mestarin Kynsi, littéralement “Les Griffes Du Maître”. Un chef d’oeuvre.

EN CONCLUSION

Mestarin Kynsi est une oeuvre complexe et torturée, tantôt rêveuse, tantôt maléfique, toujours éthérée, plongeant son auditoire dans une transe blashématoire toujours juste et mesurée, permettant ainsi de confirmer qu’ Oranssi Pazuzu n’usurpe en aucun cas sa place tout en haut du temple de la renommée du genre.

Un disque organique, habité, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui fera date.

Oranssi Pazuzu

Tracklist :

  1. Ilmestys
  2. Tyhjyyden Sakramenti
  3. Uusi Teknokratia
  4. Oikeamielisten Sali
  5. Kuulen Ääniä Maan Alta
  6. Taivaan Portti

Site Internet d’ ORANSSI PAZUZU

Chaîne YouTube officielle d’ ORANSSI PAZUZU

Si vous aimez Oranssi Pazuzu, peut être aimerez vous Igorrr

Mestarin Kynsi

par Oranssi Pazuzu

10
sur 10

Vous allez aimer !