Wolves Of Karelia

par Wolfheart

9
sur 10

Les Finlandais de Wolfheart sont de retour avec Wolves of Karelia, sortie le 10 Avril 2020.

Le groupe, créé en 2013 par Tuomas Saukkonen ne chôme pas, c’est le moins que l’on puisse dire. Déja le 5ème opus! D’ailleurs Mr Saukkonen a suspendu tous ses autres projets ( Black Sun Aeon, The Final Harvest et Before The Dawn) pour s’y consacrer pleinement. Il faut dire qu’il s’agissait au tout début d’un solo project (Varg si tu nous entends!) sorti du cerveau de ce multi instrumentaliste de génie.

Il a d’ailleurs conservé intact le line-up de Constellations Of The Black Light, à savoir Lauri Silvonen à la basse, Joonas Kauppinen à la batterie, Vagelis Karzis étant le musicien de session s’occupant de la seconde guitare, Tuomas gérant le lead guitare et la voix. Cela permet une belle continuité d’esprit entre les deux albums, qui dépeignent à merveille la froideur et la désolation des paysages de leur Finlande natale, avec le pinceau glacial d’un death metal tout sauf édulcoré. Etudions ce Wolves Of Karelia de plus près…

Wolves Of Karelia

Wolves Of Karelia

Cet album est un ensemble de 8 titres en parfaite continuité de son prédécessur, et il débute d’ailleurs la ou nous avait laissé Constellations Of The Black Light, à savoir au coeur d’une bataille…

Hail Of Steel entame donc notre parcours délicieusement douloureux au milieu d’ une Scandinavie inhospitalière et peu amène, martiale au possible, et la voix de Tuomas nous perce le coeur pendant que Joonas finit de démonter son set de batterie à la masse. La mélodie nous transporte autant qu’elle nous glace. Cette intro nous rappelle bien vite que dans le milieu du Death mélodique, Wolfheart est un groupe différent des autres mastodontes (Amon Amarth, Children Of Bodom, Carcass ou Dark Tranquillity pour ne citer qu’eux), car leur musique est plus froide. Presque du Black mélo. Mais quel style!

Horizon Of Fire offre une douce mélodie bien vite recouverte d’une grande couche de glace bien épaisse. Reaper est une piste aussi dure que mélodique. Il s’agit selon moi la plus belle de l’album, avec une mélodie merveilleusement envoûtante. Fans d’Insomnium (love it), quel riff de fin! Cet album est un régal.

Les gens qui détestent le death metal diront que c’est répétitif, mais la subtilité du genre se situe dans les mélodies et les transitions. Et la on est servis! The Hammer porte bien son nom, tant Joonas et Tuomas déconstruisent méthodiquement leurs instruments…. La froideur de la mélodie nous rappelle que ce groupe n’est pas adapté aux dépressifs. C’est fou ce que le côté glacial de leur musique peut avoir un côté grandiloquent. Mention spéciale au riff de fin qui survient au bout que 4’30 de cet acte de 6′ beau à en pleurer. L’envie de mettre 10 nous effleure…. Ecoutons la suite.

Eye Of The Storm (la météo Finlandaise est quand même bien dégueulasse!) porte encore bien son nom, brillante accalmie, comme pour nous rappeler que leur musique sans concessions nécessite aussi de prendre un peu de recul.

Born From Fire est la claque suivante. Et une claque dans le froid de l’hiver, ça fait mal. Encore une mélodie qui ferme des bouches, une rythmique monstrueuse avec une gestion du tempo magistrale, les mecs sont au sommet de leur art. Les transitions sont foison, on pleure sur le clavier. On en veut encore. Rarement nous n’avons autant vu un album comme une entité à part entière, et cela semble ici être une évidence. Au beau milieu, nous avons, chose qui n’est encore jamais arrivée sur l’album, un riff chaleureux, pour le coup plein d’à propos, on respire les vapeurs enflammées issues du foyer de cette naissance par le feu…

Arrows Of Chaos permet à Joonas de débuter la démolition de son second drumset. On a des crampes pour lui. L’ensemble est très harmonieux, mais on et capable de séparer chaque instrument, et cela apporte beaucoup de liant à cet album. Encore une mélodie lancinante qui vient se graver directement sur le disque dur qu’est votre âme. Ashes vient imparablement clôre ce chef d’oeuvre de metal lourd à consonance mortifère… Un riff habité, des growls absolument justes et une mélodie d’une froideur à pleurer. L’album se conclut ainsi. Déjà….

CONCLUSION

Wolfheart a bien rempli sa mission: Nous amener, loin de notre chez nous confiné, au beau milieu d’une Finlande glaciale, violente, mais belle. Ce Wolves Of Karelia est un chef d’oeuvre du genre, un must have. Un pièce à savourer avec un casque, les yeux fermés et l’âme ouverte. Ici il y a tout ce que l’on recherche dans ce registre musical, incluant des pistes mélodiques presque progressives, des solos émotionnellement poignants, des morceaux estampillés Blackened death métal. Une masterpiece. MERCI MESSIEURS! Best moment of the Year!

Setlist : 

  1. Hail Of Steel
  2. Horizon Of Fire
  3. Reaper
  4. The Hammer
  5. Eye Of The Storm
  6. Born From Fire
  7. Arrows Of Chaos
  8. Ashes

Un grand merci à Napalm Records.

Chaîne officielle YouTube du Groupe

Chaîne officielle BandCamp du Groupe

Retrouvez ici le point sur les festivals de l’été réactualisé régulièrement

 

Wolves Of Karelia

par Wolfheart

9
sur 10

Vous allez aimer !

Review

Étendues – UssaR