C’est tout juste une semaine après la sortie de The Human Demands que nous retrouvons Amy Macdonald à travers une réunion Zoom. La chanteuse écossaise nous accorde un peu de son temps pour évoquer, entre autres, ce cinquième album.

You can find an English version of the interview below the French one. 

Pozzo Live: Bonjour Amy ! D’abord, merci de nous accorder du temps pour cette interview. J’ai entendu dire que le Royaume-Uni était à nouveau en quarantaine depuis cette semaine. Alors comment vas-tu pendant cette période étrange?

Amy Macdonald: Bonjour, et merci à vous! En fait, le confinement est seulement en Angleterre. Le nombre de cas ici en Ecosse est moins élevé. On a de la chance, nos magasins et autres sont toujours ouverts.

Pozzo Live: C’est une bonne nouvelle alors. Bien sûr, je vais commencer par parler de The Human Demands, votre nouvel album sorti la semaine dernière. En ces temps difficiles, il est difficile de faire de la promo comme vous le feriez habituellement. Comment gérez-vous cette sortie en plein milieu d’une pandémie?

Amy Macdonald: C’est juste un peu bizarre. C’est bizarre pour tout le monde cela dit. Normalement, quand je sors un album, je voyage un peu partout. Je fais de la promo, des concerts. Là, je ne peux rien faire de tout ça, donc je passe énormément de temps assise dans cette chaise à parler à plein de gens à travers mon ordinateur. Je n’ai pas vraiment compté combien j’ai eu d’échanges comme celui-ci… Mais j’ai l’impression d’être assise sur cette chaise depuis plusieurs mois ! C’est déjà bien que je puisse faire quelque chose, mais c’est vrai que c’est un peu étrange. Mais les gens ont l’air d’avoir un avis positif sur l’album, et de mon côté, je me sens bien de pouvoir apporter quelque chose aux gens pendant ces moments difficiles. Je pense que la musique peut vraiment apporter de l’aide en périodes de crises et de bouleversements. Donc je suis contente de pouvoir apporter ne serait-ce qu’un petit peu d’aide.

Pozzo Live: Pour l’instant, êtes-vous satisfaite des critiques de l’album, que ce soit celles de la presse comme celles de vos fans?

Amy Macdonald: Pour moi, les plus importantes sont celles des fans. Qu’on ne se méprenne pas, c’est toujours sympa d’avoir une bonne critique dans la presse. Il y a eu un gros titre incroyable dans le Times pour cet album qui le qualifiait de “héroïque, plein d’espoir, et similaire à du Springsteen”. Honnêtement, je pense que je peux prendre ma retraite dès maintenant, j’ai obtenu ce que je voulais! Ce que je préfère, c’est avoir le retour des fans. Je passe beaucoup de temps à échanger sur les réseaux sociaux, et j’ai eu toutes sortes de retours positifs, et c’est génial. Ca me donne le sourire et je suis très heureuse que ce que j’ai fait puisse parler à tous ces fans qui sont là depuis le début de ce parcours fou.

amy macdonald

Pozzo Live: Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le procédé de création de cet album? Est-ce que vous aviez déjà prévu de sortir un album cette année? Ou bien est-ce que le confinement vous a inspirée pour écrire de nouveaux morceaux?

Amy Macdonald: J’avais déjà prévu de sortir cet album. J’ai commencé de l’écrire en 2018, et j’ai fini l’année dernière. J’aurais pu l’enregistrer l’an dernier, mais j’ai changé de label. Et tout ce procédé fait que je n’ai pas pu aller en studio aussi rapidement que je l’aurais fait en temps normal. Au final, je suis allée en studio en février cette année. Le plan de base était de terminer l’album et qu’il sorte pendant l’été. Mais la période de quarantaine a eu lieu en mars et nous a imposé une pause d’environ quatre mois. Quand j’ai enfin remis les pieds en studio, c’était juste génial d’avoir quelque chose sur quoi concentrer mon attention, et de retrouver mes musiciens et mon producteur. On était tellement contents de pouvoir s’y remettre. On a terminé et l’album, mais je ne savais pas vraiment s’il fallait le sortir ou pas. Toute l’actualité tournait autour de la pandémie, et ça semblait difficile de faire de la place à autre chose. Mais je me suis dit: “ça ne sert à rien de s’assoir sur un album terminé, donc autant le sortir, croiser les doigts et espérer le meilleur!”. 

Pozzo Live: Est-ce que cet album est composé de certaines idées – paroles ou mélodies- que vous aviez laissées dans un coin par le passé, ou seulement d’idées toutes nouvelles?

Amy Macdonald: C’est tout à fait nouveau! Parfois ça m’arrive d’avoir une idée que j’enregistre en mémo vocal dans mon téléphone ou que j’écris quelque part.  Il y a peut-être certaines chansons de cet album qui sont issues de petites idées que j’ai eu il y a quelques années. Mais de manière général, tout est bien nouveau. Il n’y a rien qui remonte à très loin dans le passé.

Pozzo Live: C’est la première fois que Jimmy Abbiss produit un de vos albums. Il a produit de la musique pour beaucoup d’autres artistes géniaux. Comment s’est passé le travail avec un nouveau producteur? Qu’est-ce que Jimmy a apporté à votre musique qui n’était peut-être pas là dans vos précédents albums?

Amy Macdonald: C’était absolument génial pour moi de travailler avec Jim. Je le connaissais parce que quand j’étais plus jeune, je dansais sur Arctic Monkeys en boite avec mes amis. J’ai vu Kasabian en concert plusieurs fois. Donc quand on m’a suggéré son nom, j’étais surexcitée à l’idée de travailler avec lui. Quand j’ai rencontré Jim, on a eu un déclic instantané. Et c’est la première fois que je m’amuse autant en faisant un album. Jim, mes musiciens et moi formions une équipe géniale, on était dedans tous ensemble, et aucune de nos idées ne semblait ridicule. On s’est essayé à tout et n’importe quoi avec cet album et on se soutenait tous ensemble. Il est évident que Jim a un CV incroyable et qu’il a travaillé sur des albums géniaux avec des artistes super. Et c’est un mec en or pour tout chapeauter. Il ne cherche pas à tout contrôler comme certains producteurs pourraient le faire quand ils veulent absolument mettre leur grain de sel. Jim, lui, veut un peu des idées de chacun, donc c’est vraiment un travail d’équipe. Je ne garde que de bons souvenirs de tout ce procédé d’enregistrement même si tout a été perturbé avec le confinement au milieu de tout ça. Quand je repense à tout ça, je n’ai que des bons souvenirs et j’ai l’impressions qu’on a passé 95% du temps à rire. C’était vraiment très fun et j’adorerais travailler à nouveau avec Jim. Je le trouve tellement talentueux. Il a apporté un certain son à mes chansons. C’est comme s’il les avait faites vivre. Elles sont excitantes, elles sont rythmées, et c’est tout ce que j’aime avec la musique.

Pozzo Live: C’est vrai que le résultat est excellent. Votre genre musical n’a pas vraiment changé depuis vos débuts, et pourtant, cet album est différent. Certaines chansons ont des paroles très nostalgiques et une mélodie très rythmée. Peut-être que c’est dû au mélange des idées de chacun dont vous parliez. En tout cas, on le ressent beaucoup dans les chansons.

Amy Macdonald: C’est génial! Je suis vraiment contente que les chansons réussissent à renvoyer ça.

amy macdonald

Pozzo Live: Pour l’instant, ma chanson préférée est celle qui donne son titre à l’album, The Human Demands. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce morceau et sur ce qui l’a inspiré?

Amy Macdonald: Initialement, j’ai écrit cette chansons pour deux de mes amies qui n’allaient pas très bien. Elles traversaient quelque chose de difficile, je voulais les aider mais je ne pouvais pas. Tout ce que je peux faire, c’est me servir de ce genre d’éléments pour composer des chansons. Je crois que ce morceau représente pas mal de personnes. Nous mettons une telle pression sur nous mêmes et sur les personnes qui nous entourent. On pense que l’on doit être disponible 7 jours sur 7, 24h/24, que l’on doit être parfait. On se compare à des images photoshoppées sur les réseaux sociaux, et on a tendance à croire qu’il faut être heureux tout le temps. Que si on ne l’est pas, c’est montrer un signe de faiblesse. Ce n’est pas le vrai reflet de la vie.  Je crois que la vie est faite de moments géniaux, mais elle a aussi des périodes difficiles et ce n’est pas aussi simple que ce que l’on veut croire. Pour moi, c’est ça “les exigences humaines”, et toutes ces pressions que l’on s’impose. J’adorerais qu’on puisse ralentir un peu les choses, se demander un peu plus souvent comment on va, plutôt que de simplement dire “Hey, peux-tu répondre à mon mail?” ou “Pourquoi tu n’as pas répondu à mon message?”. Juste être un peu plus présents les uns pour les autres et se rendre compte que chacun traverse beaucoup de choses dans sa vie. Tout le monde a ses soucis, ses angoisses, et tout n’est pas si simple.

Pozzo Live: Le sujet de la chanson tel que vous le décrivez s’adapte finalement très bien en 2020, bien que vous ayez écrit la chanson bien avant ça.

Amy Macdonald: Oui, complètement! J’ai écrit cette chanson l’année dernière. Mais comme vous dites, avec tout ce que l’on a tous traversé cette année, je pense que beaucoup de personnes ont traversé des épreuves et ont eu besoin que quelqu’un soit là pour elles, un peu plus que d’habitude. 

Pozzo Live: C’est vrai. Et cette partie des paroles “And your hearts stop beating when you hear that song, and you finally feel like you’re not alone” rejoint ce que vous disiez plus tôt, que la musique peut vraiment aider les gens.

Amy Macdonald: Oui, la musique peut être un véritable réconfort. Personnellement, quand je ne vais pas très bien, je me tourne vers la musique, et ça m’aide vraiment. Je suis contente que cela se ressente dans mes chansons. Je suis toujours très touchée que le fait que j’écrive ces quelques petites chansons puisse aider les gens dans leurs vies.

Pozzo Live: Et vous, est-ce que vous avez un morceau préféré sur ce nouvel album? 

Amy Macdonald: Mes préférences changent un peu tout le temps. J’en suis contente, je pense que c’est un signe que l’album est solide et qu’il y a plein de morceaux différents. En ce moment, pour le peu de fois où j’ai pu jouer en live, j’adore jouer la chanson “We Could Be So Much More”. Sur l’album, elle est énorme, il y a beaucoup de guitares, elle est très rock. Mais avec mes musiciens, on a aussi fait une petite version acoustique et elle sonne tellement bien comme ça aussi. Elle se démarque autant comme une chanson acoustique que comme une chanson rock puissante. C’est l’un des morceaux que j’adore vraiment jouer, j’adore l’émotion qu’il y a dedans. C’est l’une de ces chansons qui fonctionne de toutes les manières.

Pozzo Live: Vous avez joué au Mildway Club à Londres dimanche dernier pour un concert retransmis en livestream, et pour collecter des fonds pour We Make Events. C’était une très bonne performance, d’ailleurs. Ce n’était pas comme un “vrai” concert avec un public, mais est-ce que vous avez aimé faire ça quand même?

Amy Macdonald: C’était assez étrange au début parce que j’avais vraiment l’impression de m’adresser simplement à la caméra. Mais le fait de savoir que des milliers de personnes regardaient à la maison m’a un peu détendue. C’était vraiment, vraiment sympa. Mes musiciens et moi avons adoré joué, et savoir que des gens regardaient quand même, c’était super. Après ça, j’ai eu de très bons retours sur les réseaux sociaux, beaucoup de messages de personnes qui ont adoré, donc ça en valait vraiment la peine. Et évidemment, nous n’avons pas encore les chiffres exacts, mais on a collecté des milliers pour la campagne WeMakeEvents, et c’est vraiment génial parce que c’était le principal objectif de tout ça au départ.

Pozzo Live: Pendant le concert, vous disiez que ce contexte vous rendait nerveuse… Est-ce que c’est plus stressant de jouer dans ces conditions, face à une salle presque vide, plutôt que dans une grande salle remplie?

Amy Macdonald: Pour moi, c’est beaucoup plus angoissant quand c’est plus petit. C’est plus intime, on est tout proche du public et ça rend les choses plus stressantes. C’est aussi parce que parfois les gens dans le public se sentent plus nerveux dans une petite assemblée, ils se sent trop proches de vous, savent que vous pouvez les voir et tout ça. Parfois le public est plus rigide dans une petite salle, alors qu’avec une plus grande assemblée, les gens sont dans la foule, ils sont détendus. Cela rend les choses plus faciles pour moi et ça me rend moins nerveuse.

Amy Macdonald

Pozzo Live: Donc, en concert, est-ce que vous préférez vous produire dans un grand festival ou dans une petite salle intimiste?

Amy Macdonald: J’adore les deux. La petite salle intimiste me rendrait sûrement plus nerveuse que le grand festival, mais j’adore le lien qu’on peut avoir avec le public dans une petite salle. On est tous ensemble, on voit les visages de chacun. Parfois, dans une petite salle, on se sent assez spécial, et c’est une expérience complètement différente d’un gros festival ou d’une plus grande salle.

Pozzo Live: Pour l’instant, c’est difficile de savoir quand les concerts pourront reprendre. Mais vous avez quand même prévu une tournée à la fin du printemps. Est-ce que vous avez déjà des projets pour ces concerts à venir? Est-ce qu’il y a certaines de nos nouvelles chansons que vous avez hâte de jouer en live?

Amy Macdonald: Evidemment, on ne sait encore pas trop ce qui va se produire. Mais j’ai beaucoup d’espoir que d’ici la fin du printemps l’année prochaine, on soit à nouveau capable de jouer, alors je croise les doigts. On n’a pas prévu beaucoup de dates parce qu’on ne voulait pas avoir à reprogrammer beaucoup de dates si on devait en venir à ça. Donc on a commencé avec une petite poignée. J’ai juste hâte de m’y remettre et de jouer tout l’album. Je pense que c’est un album qui va très bien rendre en live. Pour moi, jouer en concert, c’est la partie la plus importante. C’est génial d’écrire des chansons, c’est super d’aller en studio et de leur faire prendre forme, mais rien n’est à 100% tant qu’on a pas ses musiciens derrière soi et un grand public devant soi. Pour moi, c’est aussi une façon de se prouver, de montrer à tout le monde que je fais ce que je prétends faire. A mes yeux, c’est la dernière pièce du puzzle et c’est la partie que j’attends avec le plus d’impatience.

Pozzo Live: J’espère que cette tournée aura lieu et que vous n’aurez pas à la reprogrammer. Mais si c’était le cas, il faut ajouter une date en France!

Amy Macdonald: Oui je le ferai. C’est certain que je reviendrai en France!

Pozzo Live: Avec cinq albums à votre actif, une chose que vous n’avez encore jamais faite c’est collaborer avec un autre artiste ou un groupe en duo. Est-ce que c’est quelque chose qui vous intéresserait? Ou est-ce que vous préférez travailler seule?

Amy Macdonald: Je serais ouverte à tout. Le truc, c’est que je suis assez timide. Donc je n’irais pas approcher quelqu’un en disant “Tu veux faire ça avec moi?”, parce que j’aurais sans doute trop peur du rejet. Mais si quelqu’un venait vers moi, je serais ouverte à toute idée. A vrai dire, j’ai fait une chanson avec Ray Davies des Kings pour un album qu’il a sorti il y a des années. C’était génial, parce que les autres artistes avec qui il a collaborés étaient des groupes comme Metallica, des gens comme Bruce Springsteen. Alors faire partie de ça, c’était incroyable et j’avais adoré le faire, mais je n’en ai jamais fait d’autre. Mais si quelqu’un me demandait, je dirais oui, mais j’ai juste trop peur de demander moi-même.

Pozzo Live: Si vous aviez l’opportunité de collaborer avec quelqu’un, idéalement, qui choisiriez-vous? A part Bruce Springsteen, car c’est une évidence!

Amy Macdonald: Honnêtement, bien sûr que ça serait toujours mon premier choix ! Mais évidemment, il y a des tas d’autres artistes et groupes géniaux et je serais sincèrement ouverte à tout. Je ne refuserais rien. 

Pozzo Live: Dernière question, quel artiste ou groupe nous conseillez-vous d’interviewer la prochaine fois?

Amy Macdonald: Alors, en ce moment j’écoute beaucoup le dernier album du groupe Future Islands. Il est absolument génial, je l’adore. Donc je pense que ça serait super d’interviewer le groupe. Ils ont fait un autre album au top et les gens devraient entendre parler d’eux! 

Merci à Amy Madonald ainsi qu’à BMG.

Amy Macdonald

English version:
Pozzo Live: Hello Amy! First, thank you for taking some time for this interview! I heard that the UK has gone back on lockdown this week. So, how are you doing in these strange times?

Amy Macdonald: Actually, it’s just England! We’re not locking down here in Scotland. Our income of cases isn’t as bad as in England so thankfully our shops and everything are still open.

Pozzo Live: That’s great then! Of course, I’m going to start by talking about your new album. The Human Demands was released just last week. I guess you can’t promote things the way you usually do. How does it feel to be releasing new music in the middle of a pandemic?

Amy Macdonald: It’s just kind of weird. I think it’s weird for everyone though. Normally, when I put an album out, I’d be traveling all over and doing a lot of promo and gigs. And I can’t do any of that. So, I spend a lot of time sitting in this seat talking to people over the laptop. I haven’t quite kept count of how many of these I’ve done. But, I feel like I’ve been sitting in this seat for the past few months. It’s good that I’m able to at least do something, but it does feel a little bit weird. But people seem to be responding so well to the album. And from my point of view, I feel good that I can give something like that to people to listen to throughout these kinds of hard times. I think music can be very helpful for people when they go through times of crisis and upheaval. So, I’m happy that I’m able to provide a little bit of help.

Pozzo Live: Are you happy with the reviews the album got so far, both from the press and from your fans?

Amy Macdonald: For me, the most important ones are from the fans. Don’t get me wrong, it’s always nice if you get a great review in the press. There was an amazing headline for this album in the Times that said it was “heroic, hopeful and Springsteen like”. And honestly, I feel like I can retire now, I’ve got where I wanted to be. But for me the best part is actually hearing from all my fans. I spend a lot of time chatting away on social media and getting loads of great kind of feedback, and that for me is just brilliant. It puts a huge smile on my face and I’m so happy that what I’ve made seems to connect with all those fans that have been here through this crazy journey.

Pozzo Live: Can you tell us a bit more about the process of creation for this album? Had you already planned to release an album this year, or did you get inspired during the lockdown?

Amy Macdonald: I had already planned to release this album. I had started writing this album in 2018 and finished writing it last year. I couldn’t have gotten into the studio last year but actually I changed my record label. So, going through all that process meant that I couldn’t get to the studio as quickly as I normally would have done. So, I finally got into the studio in February this year I think. The original plan was to get the album finished and probably put it out in the summer. But the lockdown obviously happened in March and we had about a four-months break in the middle. When I finally got back into the studio, it was amazing to just have something to focus on and to be back with my musicians and my producer. We were just so thankful to have something to look forward to. So, we got the album finished and then I still didn’t really know if it would be right to put it out. Because it just feels like the news is all about the pandemic and it’s hard for anything else to break through. But I just thought: “There’s no point in sitting on this finished album, we may as well just go for it and cross our fingers and hope for the best”.

Amy Macdonald

Pozzo Live: Is this new album made of some ideas that you hadn’t exploited in the past, like some lyrics or melodies, or is it only made of fresh new ideas?

Amy Macdonald: It’s all kind of brand new. Sometimes, I will get an idea and I will take a little voice note in my phone or write it down somewhere. And there were a few songs on this record that came from little ideas that maybe I had a few years ago. But ultimately, everything is quite new. There’s not really anything that’s from far back in the past.

Pozzo Live: It’s the first time that one of your albums was produced by Jimmy Abbiss. He produced music for a lot of other great artists. How did things go working with a new producer? What did he bring to the table, that maybe wasn’t there before in your previous records?

Amy Macdonald: It was absolutely brilliant for me working with Jim. I was aware of Jim because when I was young growing up, I was dancing to the Arctic Monkeys in nightclubs with my friends, I’ve seen Kasabian live a few times as well so when his name was suggested to me, I was incredibly excited by that. When I met Jim, we just clicked instantly. And I have to say that making this album is the most fun that I’ve ever had making an album. Myself, and Jim and the musicians and our engineer, we just made such a great team and it really felt like we were all in it together and that no idea was too ridiculous. We tried everything and anything with this record and it all felt like we were there for each other. Obviously, Jim has an incredible CV and he’s worked on amazing records with some great artists. And he’s just such a great guy to have at the helm. He doesn’t want to take control of everything like some producers might do when they want to put their own stamp on it. Whereas Jim wants a bit of everybody’s ideas so it’s very much a team effort. I’ve just nothing but happy memories of the recording process even though everything went crazy with the lockdown in the middle of it. I really look back on that process with very fond memories and I feel like we spent 95% of the time laughing, it was just really really great fun and I would love to work with Jim again. I think he’s so talented. The kind of sounds he brought to my songs… He kind of just brought them to life. They feel exciting, they feel upbeat and just everything that I love about music.

Pozzo Live: Yeah, it’s really good. Your music genre hasn’t shifted from what you were doing in the beginning, and yet this record is different. Some songs have kind of nostalgic lyrics but the rhythm is still really upbeat. That’s maybe the mix of everyone’s idea that you were talking about, but I think that we can really feel it in the songs.  

Amy Macdonald: That’s awesome! I’m so glad that it comes across that way.

Pozzo Live: So far, my favorite song on the album is the title track, The Human Demands. Can you tell us a bit more about this one and what inspired it?

Amy Macdonald: I think where that song came from was initially two of my close friends were struggling and they weren’t doing really good and I felt like I wanted to help them but I couldn’t. And for me the next thing is use it to kind of write songs. I think it’s quite representative of a lot of people. We put so much pressure on ourselves and on others around us. We feel like we have to be available 24/7, we feel like we have to be perfect. And we compare ourselves to photoshopped images on social media, and we feel like we always have to be happy and that it’s a sign of weakness if we’re not. I just think that’s not a real reflection on life. I think that life has some great moments but it also has some setbacks and some hard moments and it’s not as simple as we sometimes make it out. So for me that’s The Human Demands, and these pressures that we put on ourselves and for me I would love if we could slow down a little bit and ask each other how we’re doing a little bit more, rather than say “Hey could you respond to my email?” or “why haven’t you texted me back?”. Just be there for each other a little bit more and realize that everybody’s got loads of things going on in their life. Everybody’s got worries and anxieties and it’s not always so straightforward.

Pozzo Live: The theme of the song the way you describe it fits really well in 2020 even though you wrote it way before that.

Amy Macdonald: Yeah, it totally does. I wrote this song last year, but like you say, with everything that we all went through this year, I think a lot of people have struggled a little bit and have needed somebody to be there for them a little bit more.

Pozzo Live: Definitely. And that part of the lyrics where you say “And your hearts stop beating when you hear that song, and you finally feel like you’re not alone”, I think it goes back to what you said earlier about music being really helpful to people.

Amy Macdonald: Yeah, music can be a real comfort. I know that me personally if ever I’m feeling down, I do turn to music and it can really help you and I’m glad that it comes across in my music. I’m always very humble that just me writing these little songs can help people in their lives.

Pozzo Live: Do you have a personal favorite song on the album that you might like more than the other ones?

Amy Macdonald: My favorite song seems to change all the time. I’m pleased with that, I think that’s a sign of having a good solid album and that there’s loads of different songs on it to choose from. Right now, the small amount of performances that I’ve been able to do, I love to perform the track ‘We Could Be So Much More’. On the album, it’s obviously very big, there’s a lot of guitars, it’s really rocking. But myself and some of my band mates have done this little stripped back version that I performed at a gig I was doing and it just sounds so lovely as well. It stands up as an acoustic song as much as it does a powerful rocking song. It’s one that I absolutely love to sing and I love the sentiment behind it and I think that’s probably my favorite to perform right now.  It’s one of those song that kind of just works either way.

Amy Macdonald

Pozzo Live: You played at the Mildway Club in London on Sunday night for a livestream show to raise money for WeMakeEvents. It was an amazing performance by the way, I really enjoyed it! It wasn’t a “real” concert with a full audience, but did you enjoy doing this? 

Amy Macdonald: It was strange at first because I obviously felt like I was just talking to a camera but knowing that there were thousands of people watching it made me relax into it a bit more. It was really really nice. Myself and my band mates, after seeing how lovely it was to perform, and that to know somewhere, people are watching, we really loved it. And I got such amazing feedback afterwards, loads of messages on social media, people saying how much they enjoyed it so it feels like it was really worthwhile. Also, we haven’t tallied up the final figures yet but we definitely raised tens of thousands for the WeMakeEvents campaign which is just brilliant because that was the whole point of it to begin with.

Pozzo Live: During the show, you said it made you feel nervous… Is it more stressful to play in this condition, to an almost empty room, than to play in big venues?

Amy Macdonald: For me, it’s more nerve racking when it’s smaller. It just feels more intimate and you feel you’re within touching distance of the audience. It can be a little more nerve racking. Also because people in the audience can sometimes be more nervous when it’s so small. They feel like they’re really close to you and they feel like you can see them and all of that. Sometimes the audience is very rigid when it’s that small, whereas with a bigger audience, people are in a big crowd and they’re really relaxed. And for me it just feels a little bit easier to just relax into it and not be as nervous.

Pozzo Live: So even when it comes to real shows, do you prefer playing a big festival or a small intimate venue?

Amy Macdonald: I love both. The small intimate venue would probably be making me more nervous than the big festival. But I love the connection that you can really get with a small venue. It feels like you’re all in it together and you can see everyone’s face. Sometimes with smaller venues you really can feel quite special, it just feels like a completely different experience rather than a big massive festival or a big venue.

Pozzo Live: So far, it’s hard to know when live music is going to come back. But still, you have planned a few tour dates in the spring. Do you already have plans for the shows for this upcoming tour? Are there any new songs that you’re excited to sing live?

Amy Macdonald: Obviously, we don’t really know what’s going to happen yet. But I’m very hopeful that come late spring next year we will be in a place where we’re able to perform again. So, I’m crossing my fingers. We didn’t put on a lot of tour dates because we didn’t want to have to reschedule a lot of tour dates if that happened. That’s why we just started with a handful. I’m just excited to get out there and play the whole album. I think it’s an album that will translate very well into a live setting. For me, performing live is the most important part. It’s exciting writing songs, it’s great going into the studio and bringing them to life. But nothing is 100% until you’ve got your live band behind you and a great audience in front of you. And for me, that’s where you prove yourself, it’s where I can show everyone that I can do what I say that I do. That, for me, is the final piece in the jigsaw so that’s the part I look forward to the most.

Pozzo Live: I hope it can happen and that you don’t have to reschedule. But if you do, you have to add one more date in France!

Amy Macdonald: Yeah, I will, I will come back to France definitely at some point!

Pozzo Live: After releasing five albums, one thing you haven’t done is collaborating with another artist or band on a song. Is it something that you would be interested in in the future? Or do you prefer working alone?

Amy Macdonald: I would be open to anything. The thing is I’m quite shy. I wouldn’t just approach somebody and say “Do you want to do this with me?”, because I’d probably be quite scared of the rejection. But, if anybody approached me then I would always be open to do anything. Actually, I’ve done a song with Ray Davies from the Kings for an album that he put out years ago. That was amazing because the other artists that he signed with were bands like Metallica and people like Bruce Springsteen. So, to be on that line up was amazing and I really enjoyed doing that. But I haven’t really done much more. But if anybody ever asked me I think I’d be very open to it. I’d just be too scared to ask people myself.

Pozzo Live: If you had the chance to be working with anyone, ideally, who would it be? Except Bruce Springsteen because of course, he would be your number one choice!

Amy Macdonald: That would always be my number one choice to be honest! But obviously there’s loads of amazing artists and bands out there and I would genuinely be open to anything. I would never say no to anything.

Pozzo Live: Last question, who do you think we should interview next?

Amy Macdonald: Well, I have been listening right now to the new album by the band Future Islands. It’s absolutely great and I’m loving it. So, it would be great to get the band interviewed because they have made another great album and I think people would like to hear from them.

Pozzo Live would like to thank Amy Macdonald and BMG for this interview.

Vous allez aimer !