Dark Tranquillity sort son  nouvel opus, Moment, le 20 Novembre.  L’occasion de réaffirmer leur place au sommet du mélodeath mondial. Place dont le combo de Göteborg sera difficile à détrôner tant leur qualité de composition est impressionnante.

L’occasion nous est offerte de nous entretenir avec l’excellent Mikael Stanne, certainement un des meilleurs chanteur de death metal actuel. Et une personne extrêmement sympathique. Morceaux choisis.

Dark Tranquillity

Pozzo Live : Bonjour Mikael et merci pour cette interview.

Mikael Stanne : Avec plaisir mec. On a besoin de parler de musique en ce moment (rires).

Pozzo Live : Comment se porte Dark Tranquillity malgré cette agitation due à la pandémie?

Mikael Stanne : Que dire…. On est frustrés…. On est pas vraiment aidés. Et dans le même temps en Suède les choses se passent différemment. Pas de confinement, les gens font ce qu’ils veulent. C’est très dangereux et pas vraiment courageux. Mais les gens doivent être cadrés. Le confinement est une bonne chose. Ca ne fait pas plaisir. Moi je me l’impose. Je n’aime pas rester enfermé chez moi, mais je le fait. Tout le temps. Les règles sont différentes partout, c’est assez bizarre en fait. Mais bon, on a été assez occupé avec le taf sur l’album, et maintenant on souffle un peu.

PL : Pas trop déçus de ne pas pouvoir faire la promo de cet album dès sa sortie?

MS : Evidemment. Tous les albums devraient être défendus dès le jour de leur sortie. Mais la, on ne peut rien faire. On avait un show de programmé. Ici à Göteborg. Le lendemain de la sortie de Moment. Dans une salle ou nous n’avons jamais joué auparavant.

Mais maintenant que tout a fermé, nous allons aller dans un studio d’enregistrement afin de faire un live stream, jouer Moment du début à la fin, et puis c’est tout. Ce concert devait marquer le lancement du release tour, mais c’est fichu. On ne sait même pas quand nous pourrons jouer une deuxième date…. On a des t-shirt, mais avec une date…. 65 Concerts de Dark Tranquillity annulés cette année…. Pour la créativité, c’est un truc fabuleux tu vois, mais….

PL : Malgré les changements de line up au sein du groupe, je ressent toujours une grande continuité après Atoma.

MS : On avait les chansons depuis un moment en fait, et les gars (Christopher Amott (Arch Enemy) et Johan Reinholdz (Andromeda) sont les 2 nouveaux guitaristes du groupe) ont intégré le groupe en cours de tournée. Mais c’est très important pour nous de maintenir une certaine continuité, de garder le son de Dark Tranquillity. Après on fait du jeune avec du vieux (rires). Les gars ont vraiment compris comment on travaille, comment on sent la musique. Ça n’a pas été évident de bosser avec la pandémie. Mais on s’est tous mis au diapason, focus, et surtout ensemble.

PL : Malgré le temps qui passe, j’ai le sentiment que ta voix progresse encore et offre de nouvelles subtilités au son de Dark Tranquillity. Comment fais tu ?

MS : Je ne sais pas…. Merci! Je travaille beaucoup. Plus que tout même. Mais tu sais, nous étions préparés d’une manière différente cette fois. Normalement un album prend du temps, on travaille tous sur nos trucs mais la tout à été différent. Et forcément j’ai enregistré les voix différemment. Sur 6 mois. Et ca donne autre chose! Mais j’aime ça! C’était cool!

PL : Parlons de Moment. Excellent album au passage. A la première écoute, j’ai eu l’impression que le clavier était un peu en retrait sur certains morceaux par rapport à Atoma. Pourtant c’est une signature Dark Tranquillity.

MS : Merci. Oui. Peut être…. Je ne sais pas…. Les guitares sont très présentes. Je pense qu’il fallait laisser de l’espace à Martin (Brändström, claviers) mais qu’il était nécessaire d’équilibrer le tout en laissant plus de place aux guitares. Je pense que le clavier est souvent présent, mais en retrait. C’est ce qui fait aussi le son de l’album, sa personnalité. On avait à cœur de produire un album plus énervé.

PL : Les 2 premiers singles sont des morceaux rapides. Néanmoins l’ensemble est assez varié. Était-ce un choix délibéré de votre part ?

MS : Oui. Phantom days est un morceau assez punchy. Identical To None est différent quand même. Certes le morceau est heavy et puissant. Enervé. Ils offrent des émotions différentes. J’étais curieux de voir les réactions des gens. Deux vidéos arrivent. Avec des morceaux de style différent. Oui, on voulait de la puissance. Mais pas que.

PL : En entendant des chansons comme The Dark Unbroken ou Remain In The Unknow, j’ai l’impression de morceaux extraits de l’album Projector. C’est intentionnel, comme un retour aux sources ?

MS : ouhhh…. Non. On ne pensait pas du tout à ça. On essaye pas de reproduir le passé. Dark Tranquillity a fait beaucoup de choses depuis mais on apprend toujours. On a enregistré des chansons dans ce style en bonus tracks d’Atoma. Avec quelque chose de plus confidentiel au cœur des titres tu vois…. Trouver son chemin au cœur d’une chanson n’est pas si facile. Je comprend que les gens puisse y voir un retour aux sources. Ca peut sonner comme Projector, mais ce n’est pas intentionnel non. C’est une chose naturelle. Mais tu n’es pas le premier à le dire!

PL : Parles moi un peu de l’histoire de cet album.

MS : Nous avons passé une bonne partie de l’année dernière à écrire, et on était encore sur la tournée Atoma, ce qui est pratique car on s’est dit plusieurs fois “tiens, ça à l’air encore meilleur ça!”, ou “on devrait faire ça!” tu vois? Tandis que parfois c’était l’inverse. Le but est évidemment toujours de faire mieux, et aussi un peu différent. On a tous un feeling différent. Mais le but est de donner une continuité.

Pas une extension de l’album (Atoma), mais bien autre chose. On est fier du travail accompli, Martin s’est beaucoup investi en studio aussi. Chris et Johan aussi. On a travaillé à construire cet album comme quelque chose de meilleur que le précédent. On a commencé à enregistrer en Mars, Avril, en pleine pandémie. C’était une drôle d’expérience. Et plus on avançait plus on voyait que tout allait tomber à l’eau, festival, tournées, etc…. Très particulière expérience.

PL : Je trouve l’artwork très soigné, mais aussi assez mystérieux. Peux tu m’en dire plus ?

MS : Niklas est incroyable. Tu lui expliques rapidement et il comprend très vite ce que tu veut. Ca fait plusieurs fois qu’on collabore pour les artworks et le résultat est toujours spectaculaire, et juste parfait. Il sait exactement ce qu’est et ce que veut le groupe, et le sens de ce que l’on fait, car il fait partie du truc.

PL : Un titre de l’album t’es t’il plus cher que les autres ?

MS : Naaaan….! Je suis plus satisfait d’un point de vue global. Allez disons que j’aime beaucoup Remain In The Unknow car le titre est très différent, et super cool je trouve. Tous les membres du groupe sont très fiers de l’album. Dans son ensemble.

PL : Parlons choses plus légères. Nous avons un ami commun, Tarak Ben Sassi (Carthagods). Dis moi, que penses tu du metal au maghreb, toi qui t’es investi personnellement ?

MS : Oh tu les connais? Bien. C’est cool. J’ai joué avec Carthagods pour la première fois il y a 12 ans il me semble, un super moment, des mecs très cools, excellent groupe, des gars en or. Du coup on a gardé contact. Plus tard ils m’ont recontacté, et m’ont dit “allez, viens, comme Guest pour l’un de nos shows, ca va être fou”.

Du coup je devais me rendre en Tunisie par mes propres moyens, c’était trop fou, compliqué. Je n’étais pas sûr de vraiment trouver le temps. Mais ils sont revenus à la charge, “Allez viens, tu vas voir, ça va être dingue, on a un titre en plus à jouer avec toi”. Je l’ai écouté, j’ai adoré, et du coup ils m’ont invité à le faire avec eux lors de leur release show. On a fait 2 morceaux ensemble.

Et c’était génial, un putain de grand moment. Le public Tunisien est fabuleux. J’ai adoré faire ça, voyager par moi même pour le plaisir de la musique…. Ça a changé ma perspective de bien des choses. Clairement.

Dark Tranquillity

PL : Quels sont les groupes ou chanteurs qui t’inspirent personnellement, que tu apprécie simplement ?

MS : Oh wow! Il y en a tellement. Déjà un mec comme Jørn Lande (Masterplan, Avantasia, Jorn), ou Russell Allen (Symphony X, Adrenaline Mob), Dio, il y en a tellement de bons, tellement de mauvais aussi (rires)….

PL : Comment voyez vous l’avenir du “metal de Göteborg” avec notamment In Flames, At The Gates, et vous Dark Tranquillity ?

MS : Je pense beaucoup de positif, tu sais. Il y a eu beaucoup de changement. At The Gates est de retour récemment, et c’est incroyable ce qu’ils font, puissant et tout! Et bien sûr In Flames, ils sont toujours cool et puissant, avec mon pote Anders (Fríden, chanteur), beaucoup de succès pour eux. At The Gates enregistre un nouvel album, et ça va être énorme à coup sûr. Différent, mais pleins de bonnes choses.

PL : Sinon, une question d’un fan de Dark Tranquillity de la première heure : quand aurons nous droit à une setlist comprenant des titres de The Gallery ou de Mind’s ?

MS : Je ne sais pas on vas le faire, ou même si on doit le faire…. Peut être sur un évènement spécifique, car on a tellement de choses à proposer désormais et notre musique à tellement évolué que cela serait assez compliqué. Mais peut être un jour!

PL : Pour conclure, la traditionnelle question Pozzo Live : selon toi, qui devrions nous interviewer après toi ?

MS : Je ne sais pas… (rires) Question difficile. Les gars de Pallbearer (Doom metal US), par exemple. Je me souviens plus leur noms, mais c’est le groupe que j’écoute en boucle en ce moment. J’arrive pas à m’arrêter, ils sont top! S’il te plaît, parles leur!

Un grand merci à Mikael Stanne pour sa disponibilité et sa sympathie, mais aussi à Century Media Records pour avoir rendu cela possible.

Précommander Moment sur le site de Dark Tranquillity

Chaîne YouTube officielle de Dark Tranquillity

Pour nos chroniques d’album, c’est ici, pour nos interviews, par là

Vous allez aimer !