Spencer Elden, le bébé qui apparait à poil sur la pochette de “Nevermind” de Nirvana, indique que ses parents n’ont jamais signé de décharge autorisant l’utilisation de cette photo aujourd’hui culte, et sur laquelle apparaissent ses parties génitales.
Cette photo, tout le monde la connait. Un bébé nu qui nage en direction d’un billet d’un dollar dans une piscine.

Cette plainte, déposée mardi à Los Angeles, vise le groupe Nirvana, mais aussi plusieurs maisons de disques, des directeurs artistiques et la succession de Kurt Cobain, d’après le site Variety. La plainte montre que les responsables sont accusés d’avoir enfreint plusieurs lois fédérales en matière de pédopornographie, et de lui avoir causé “une vie de souffrance” en diffusant son image dans le monde entier.

Spencer Elden indique que son nom et sa personne “sont à jamais liées à l’exploitation sexuelle commerciale qu’il a vécue en tant que mineur, et qui est diffusée et vendue dans le monde entier depuis son enfance, jusqu’à encore aujourd’hui”.

D’après cette plainte, les accusés “ont sciemment produit, possédé, commercialisé et fait la promotion de pornographie juvénile mettant en scène Spencer Elden, et ont sciemment reçu de l’argent en retour”.

Pas de contrepartie pécunière

Selon les avocats du bébé trentenaire, ses parents n’ont jamais signé de décharge autorisant la prise de cette photo, shootée dans un centre aquatique de Pasadena en 1990 alors qu’il était âgé de 4 mois, et sur laquelle apparaissent ses parties génitales. La famille n’a rien reçu financièrement non plus.

Dans sa plainte, l’homme avance que les accusés ont eu recours à la pédopornographie comme “un élément essentiel pour promouvoir le disque, souvent utilisée dans l’industrie de la musique pour attirer l’attention”.

Ce dernier réclame 150.000 dollars (environ 128.000 euros) à chacun des 17 accusés (donc près de 2,2 millions d’euros merci Excel), ou des dommages-intérêts au montant non évoqué, et à déterminer lors du procès.

Vous pouvez retrouver toutes nos interviews ici. Pour nos chroniques, ça se passe .

Vous allez aimer !