The Infernal Pathway

par 1349

8
sur 10

Alors que le paysage se meurt jour après jours, un vent du nord glacé, tranchant, s’approche. Il a pour nom The Infernal Pathway et nous est véhiculé de Norvège par 1349.

 

Vous ne connaissez pas ? Laissez moi vous les présenter. A l’origine, 1349 est une date, la date de la grande peste noire qui a décimée l’Europe. Au moins, le ton est donné ! 1349 (le groupe cette fois) s’inscrit dans la seconde vague du Black Metal Norvégien car formé en 1997, soit “tardivement” par rapport à la première vague qui a débutée quant à elle plutôt vers le début de la décennie.

The Infernal Pathway, septième œuvre macabre du groupe, vient nous agresser les oreilles avec un son tranchant et une musique brutale. L’introduction est réduite à un simple son sourd de quelques secondes avant que la double pédale et les guitares incisives ne nous accueillent. “Abyssos Antithesis” ouvre l’album sur une notre très Thrash avec notamment l’entrée en décalée des guitares sur le riff en tremolo assez classique dans le genre. Les sonorités mineures et dissonantes du morceau font ressortir le Black Metal mais côté rythmique et dans le solo, la fibre Thrash est nettement reconnaissable.

Et ce n’est pas l’ouverture de “Through Eyes of Stone” qui va changer la recette ! Encore une fois, les riffs sont endiablés et conservent la même personnalité musicale avec une essence Black Metal prédominante sur l’esthétique “thrashy”. Le tempo, lui, ne redescend jamais et donne à l’auditeur une sensation d’étouffement. Ce n’est qu’à l’ouverture de “Tunnel of Set VIII” qu’il nous sera donné l’opportunité de reprendre notre souffle. D’ailleurs, il porte son nom à merveille puisqu’il s’agit en fait d’une sorte d’introduction glissée à l’intérieur même de l’album et constituée de sons ambiants caverneux. Le groupe en a disséminé deux autres au cours de l’album, simplement intitulés “Tunnel of Set IX et X”, composées selon la même esthétique pour permettre de nouvelles prises de souffle !

Si aux premiers abords la musique de 1349 peut paraître brut de décoffrage et limitée à une avalanche de notes sans nuances, détrompez vous. Malgré une énergie commune à tout l’album, les morceaux sont particulièrement bien composés et alternent entre trémolos et parties plus rythmiques. Par moment, 1349 prend le temps de poser le tempo pour introduire une nouvelle vague de fureur qui a tôt fait de s’installer.

Le groupe a encore une fois soigné la production. Fini les mixages approximatifs où les instruments apparaissaient comme un amas informe et difficilement audible. Ici, la partie studio est maîtrisée et chaque instrument bénéficie d’un son à l’image de l’esthétique du groupe.

En bref, les norvégiens nous montrent pourquoi ils sont les pionniers du Black Metal scandinave. Leur musique prend toujours autant aux tripes et déferle sur nos pauvres oreilles avec une agressivité sans pareil !

The Infernal Pathway

par 1349

8
sur 10

Vous allez aimer !