Panoptikum

par Die Kreatur

8.5
sur 10

Dero Goi et Chris Harms offrent des débuts fracassants à Die Kreatur avec un premier album, Panoptikum, mélange maîtrisé de Neue Deutsche Härte et metal gothique.

Die Kreatur

S’il est deux genres bien installés en Allemagne, ce sont la Neue Deutsche Härte (de laquelle a émergé le courant métal industriel), et le métal gothique. Deux de leurs représentants respectifs, Dero Goi (Oomph!) et Chris Harms (Lord of the Lost) jouent cette année aux apprentis sorciers. De cette expérimentation est né Panoptikum, premier album du duo Die Kreatur qui en a accouché le 22 mai 2020. Un album mêlant les deux genres à grands coups de mélodies synthétiques, et qui faire la part belle aux voix puissantes des deux chanteurs.

Des textes très classiques

Evacuons tout de suite la question : non, cet album ne va pas révolutionner les genres. Die Kreatur a les deux pieds fermement ancrés dans la Neue Deutsche Härte, dont elle reprend la majorité des codes, notamment au niveau des textes. Tous les clichés du genre y passent, des créatures des profondeurs de la nuit (Die Kreatur), à l’inépuisable comparaison homme/machine (Mensch/Macshine), en passant par la drogue (Was Mir Am Wichstigsten Ist) et le sexe (Benutz Mich), l’auditeur germanophone sera en terrain très, très connu. C’est ma déception sur l’album, car le mix avec l’univers gothique, à l’iconographie elle-même très riche, aurait pu être l’occasion de plus de créativité à ce niveau. Les images utilisées, le choix des mots (bonjour “Sehnsucht“), les rimes ont été entendues des centaines de fois et n’apportent rien de nouveau. Mais le public français étant assez peu germanophone, cela ne devrait pas en gêner beaucoup.

Panoptikum entre la Neue Deutsche Härte et le gothique

Musicalement, l’album est nettement plus réussi. Là encore, on retrouve un ancrage fort dans la NDH, notamment au niveau des rythmes. On retrouve la recette qui a fait le succès de Oomph ! dans beaucoup des titres : des riffs puissants dans les refrains alternant avec des passages plus lents, des paroles scandées, une forte présence des synthés. Ceux-ci assurent d’ailleurs le lien avec l’univers gothique et sont omniprésents sur l’album (notamment dans Unzertrennlich, où ils sont très réussis). Néanmoins, l’équilibre avec les guitares fonctionne, on sent que beaucoup de travail a été mis dans la réalisation de cet opus pour trouver le point de fusion approprié entre noirceur et énergie. Il en résulte une musique énergique, aérienne, qui arrive à trouver sa propre personnalité, explorant avec beaucoup de respect les limites des deux genres.

Aucune piste n’est identique dans l’album. La valse lente de Schlafes Braut est sans doute la plus étrange, avec ses relents de métal power goth. Certaines chansons frisent la pop atmosphérique (Durch Die Nacht, Glück Auf!), d’autres ont la puissance rythmique de la NDH (Kälter als Tod, Zwei 100%, Gott Verdammt). Et entre ces extrèmes, d’autres chansons trouvent un équilibre, comme Benutz Mich ou Was Mir Am Wichtigsten Ist. Au final, cette diversité fait tout l’intérêt de l’album. Chaque titre se pare d’intonations gothiques ou macabres, Dero et Chris apportent chacun leur touche dans une danse plutôt maîtrisée qu’on se plait à écouter plusieurs fois pour en repérer toutes les subtilités. Comme souvent sur les albums de Oomph!, Dero fait également travailler la scène DJ en proposant deux remix en fin d’album, proposés cette fois par Faderhead et Solar Fake .

Die Kreatur est le rejeton de deux musiciens de talent, capables de belles variations stylistiques tout en maintenant une cohérence d’ensemble. Accompagné dans les clips par une belle imagerie tirée de l’univers horrifique, Panoptikum drape le magnifique des vampires dans la cape de la Neue Deutsche Härte, faisant voir les crocs à travers les rythmes électros des synthés et des guitares. Plus qu’un side-project éphémère, malgré des textes trop classiques, cet album est le premier fruit prometteur d’une collaboration qu’il sera intéressant de suivre dans les prochaines années.

Pour suivre le groupe, c’est sur Facebook.

Vous pouvez aussi écouter l’album sur Spotify ou l’acheter sur Amazon. Panoptikum est en vente depuis le 22 mai chez Napalm Records.

Line-up :

  • Dero Goi / Vocals
  • Chris Harms / Vocals

Die Kreatur – Panoptikum :

  1. DIE KREATUR – 4:12
  2. Kälter Als Der Tod – 4:20
  3. Unzertrennlich – 4:07
  4. Durch Die Nacht – 4 37
  5. Zwei 100% – 4:01
  6. Schlafes Braut – 5:14
  7. Untergang – 3:55
  8. Mensch/Maschine – 5:29
  9. Was Mir Am Wichtigsten Ist – 4:20
  10. Benutz Mich – 4 :45
  11. Glück Auf! – 3:04
  12. Gott Verdammt – 4:54
  13. Goldener Reiter – 4:56
  14. DIE KREATUR (Faderhead Remix) – 5:02
  15. Kälter Als Der Tod (Solar Fake Remix) – 4:58

Vous pouvez retrouver toutes nos interviews ici. Pour nos chroniques, ça se passe .

Panoptikum

par Die Kreatur

8.5
sur 10

Vous allez aimer !