Valhalla

par Wolftooth

8
sur 10

Le confinement, c’est chiant. Personne ne dira le contraire, à moins d’être un ermite ochlophobe et agoraphobe. Cette sensation d’être enfermé et emprisonné peut vite devenir difficile. Heureusement, la musique fait partie des échappatoires permettant, le temps d’un morceau ou d’un album, de s’évader un peu. Dans ce contexte, Pozzo Live vous propose de prendre une grande bouffée d’oxygène et de grands espaces avec Valhalla, le nouvel album doom/heavy du quatuor américain Wolftooth.

Du Black Sabbath, oui…

Formé en 2017 à Richmond, dans l’Indiana, le groupe a déjà publié un premier album, Wolftooth #originalité, en 2018. Le groupe propose un savant mélange de doom et de heavy aux influences très 70’s qui n’est pas sans rappeler l’un des groupes fondateurs du metal : Black Sabbath. C’est donc un vent de nostalgie qui souffle tout au long de Valhalla et de ses dix pistes, proposant par moments des envolées lyriques qui accompagneraient volontiers des scènes de batailles épiques #vikings

L’album commence pourtant en douceur avec une intro lente et douce aux accents scandinaves. Une vraie balade dans les fjords ou sur les berges de la mer Baltique. Un premier cadre est posé, avant que ne démarre The Possession, dont le son vintage est délicieusement nostalgique. Une belle saturation, un son doom, on croirait presque entendre l’ami Ozzy (dont le dernier album, récemment sorti, est à retrouver ici) en regardant Thor fracasser des elfes noirs et autres créatures de la mythologie nordique.

…mais pas que !

Impression confirmée en suivi par Firebreather, au rythme soutenu qui donne volontiers envie de taper du pied et hocher la tête, une bière à la main. Après un tel début, il est normal de voir son attente grandir, et force est de constater que le soufflet retomber quelque peu avec Valhalla, morceau plus calme et plus neutre. Tout le contraire du morceau suivant, Fear For Eternity, qui commence avec rythme et fracas. On se croirait presque sur du hardcore ! Etant fan du genre, difficile de ne pas apprécier le mélange !

Scylla & Charibdis tranche à nouveau avec son prédécesseur, au travers d’un rythme saccadé, parfois trop dissonant, mais dont les accents stoner et desert rock vous placent aux commandes d’une Harley-Davidson filant sur la route 66 au travers de paysages désertiques mais grandioses. Derrière, Molon Labe se place encore une fois en rupture, avec des riffs tendant par moment sur un nu metal étonnant. Ce qui pourtant fonctionne bien, surtout couplé au refrain psyché à faire planer sur de long miles d’asphalte.

C’est alors que Black Sabbath semble surgir de mon casque, sur Crying Of The Wolves. Je vérifie qu’il ne s’agit pas d’Iron Man ou d’un autre morceau de l’immense groupe britannique, tant la ressemblance semble frappante. Que c’est bon ! Plus qu’un The Coven un peu trop fouilli et mal dégrossi à mon goût. Trop de sons se mélangent, pour un résultat décevant. Heureusement vient Juneau, qui clôture cette album décidément surprenant par un rythme épique et psyché à la fois. Un magnifique générique de fin. Excellent !

De gauche à droite : Terry McDaniel (basse), Jeff Cole (guitare), Chris Sullivan (chant, guitare), Johnny Harrod (batterie)

De gauche à droite : Terry McDaniel (basse), Jeff Cole (guitare), Chris Sullivan (chant, guitare), Johnny Harrod (batterie)

En résumé

Je l’avoue, je ne connaissais que très mal Wolftooth il y a encore peu. Tout juste ceux-ci traînaient-ils dans mon dossier des albums et des groupes “à écouter“. Et c’est tout le bonheur que de découvrir une petite perle comme celle-ci ! Le son de ce Valhalla est très bien manié, le ton est nostalgique sans tomber dans la mélancolie, et les pistes sont (presque) toutes aussi différentes et originales les unes que les autres. Assurément un groupe à voir en live et à (ré)écouter, je vous le conseille ! Thanks, guys !

Tracklist :

  1. Intro
  2. The Possession
  3. Firebreather
  4. Valhalla
  5. Fear For Eternity
  6. Scylla & Charybdis
  7. Molon Labe
  8. Crying Of The Wolves
  9. The Coven
  10. Juneau

Pour aller plus loin :

Valhalla

par Wolftooth

8
sur 10

Vous allez aimer !