Epica sort son nouvel album, Omega, le 26 Fevrier 2021, via le label Nuclear Blast.

Jamais la sortie d’un album d’Epica n’avait suscité autant d’attente. On pourrait penser que la raison vient de la Covid-19. Et du manque de musique que l’on peut légitimement ressentir (même si question sorties on est plutôt servis). Mais la raison vient en fait du long hiatus du groupe, 5 longues années qui nous séparent de l’excellent (et très prog) The Holographic Principle, menant le groupe batave sur le terrain de l’innovation.

Un opus traitant toujours de physique quantique, sujet de prédilection de Mark Jansen, co compositeur et principal parolier du groupe. L’occasion était trop belle pour obtenir les impressions de Simone Simons, chanteuse du groupe, sur l’album, l’actualité, et le futur du groupe.

Epica

Bonjour Simone et merci pour cette interview. Tout d’abord, c’est un vrai plaisir d’interviewer la chanteuse de son groupe préféré, surtout moins d’un mois après avoir interviewé Mark (Jansen) !

Simone Simons : Ok c’est cool. Merci beaucoup. Plaisir partagé. Mark est très excité aussi.

Pozzo Live : Comment allez-vous avec toute cette agitation mondiale due à la pandémie?

Simone Simons : Je suppose qu’on peut dire que ça va. Je chante régulièrement mais les shows live me manque évidemment. On devrait déjà être en tournée, l’album devrait être dans les bacs.

Tout est plus lent, moins fluide avec la pandémie…. On se doit de changer des choses, de s’adapter. Pas le choix de toute façon.

Pozzo Live : Qu’est-ce que ça fait de rester à la maison au lieu de partir en tournée avec Epica? Avez-vous des passe-temps?

Simone Simons : Oui, beaucoup! Je ne m’ennuie jamais au final. Beaucoup de choses à faire. Parfois les journées n’ont pas assez d’heures pour moi! Mais les concerts me manquent. Donc je chante, mais pas assez de place chez moi pour faire ça sérieusement, donc je fais ça sous la douche!

De toute façon quand vous êtes chez vous il y a toujours des choses à faire, comme cuisiner ou nettoyer, s’occuper de sa famille. Tout devient un travail. Je m’occupe également de mon blog Smoonstyle.

J’aime habituellement partager ma vie entre moments partagés en famille et vie d’artiste en tournée, la c’est juste plus de l’un que de l’autre.

PL : J’écoute Epica depuis longtemps, The Phantom Agony pour être précis, et je trouve que ta voix a évoluée de façon exponentielle. As tu fait un travail particulier ou est-ce juste la maturité?

SS : J’ai a la fois pris énormément de cours de chant afin de progresser vite, mais j’ai également plus d’expérience de la scène et je connais mieux ma voix évidemment. Je maîtrise mieux tout ça grâce à des expériences de travail avec différents artistes aussi. J’essaye de gagner en technique, toujours….

On dira que je suis passé d’adolescente sur The Phantom Agony à vraie femme désormais! Beaucoup de temps s’est écoulé également…

PL : Parlons d’Omega. Excellent album au passage. 5 longues années d’attente. Cette pause vous a permis de retrouver de la fraîcheur?

SS : Merci! Oui définitivement! Tu sais après 3 ans de tournée non stop, d’interviews, tu n’as plus rien à dire. On a préparé de remake de Design Your Universe, enregistré des morceaux acoustiques…

Profiter de sa famille un peu fait beaucoup de bien. ça change, surtout après avoir tourné non stop depuis les débuts d’Epica. Ecrire un album, l’enregistrer, tourner, recommencer…. On a profité de ce temps calme à la maison.

Puis on s’est remis au travail pour Omega. Ce n’est pas simple car on vit dans 4 pays différents.

PL : On ressent vraiment cet album comme une forme de conception trilogique, en parfaite symbiose avec The Holographic Principle et The Quantum Enigma. Penses tu que cet album conclura idéalement votre thème métaphysique?

SS : Bien, c’est la troisième et dernière partie d’un tout dont Mark à conçu le sujet. Je n’en sais pas plus mais Mark serait sans doute le bon interlocuteur pour cette question! Il aura sûrement un avis plus éclairé! Il est celui qui écrit les textes. ( J’ai contacté Mark qui m’a répondu : Oui ça pourrait bien conclure, mais la réalité c’est que nous ne savons tout simplement pas encore de quoi traitera le prochain album )

PL : L’œuvre graphique est à nouveau signée Heilemania. Une collaboration à long terme. Et le résultat est à nouveau parfait. Que pensez-vous personnellement?

SS : J’aime énormément ses artworks. Je pense que c’est l’un de nos plus beaux. Pour moi il a beaucoup de similarités avec Design Your Universe. Le contraste, les 2 mondes en parallèle, c’est lisible. C’est un ami à moi                   ( Stephan Heilemann). Et un grand créatif. On lui donne les éléments importants et on le laisse travailler.

La pour le coup on a énormément de symboles, de métaphores. Les parties visuelles sont juste magnifiques. Le sujet entre lumière et obscurité, le contraste, c’est très élaboré.

C’est un artwork fabuleux oui, et le travail sur le photo shooting a été amusant aussi. On s’est tous retrouvé dans le studio en même temps. Puis Stephan est venu chez moi dans mon studio, quand on enregistrait les acoustiques pour Omega. C’était plus simple. Car Mark est en Sicile, et moi en Allemagne, bien plus proche des Pays Bas.

PL : J’espère que l’enregistrement a mieux commencé que pour The Holographic Principle. En effet tu avais eu un gros rhume il me semble?

SS : Je ne me souviens plus, cela me semble si loin! Mais oui ca c’est plutôt bien passé au final. Je devait me rendre au Pays Bas pour enregistrer les parties vocales, réserver mon Hôtel et l’avion, et me rendre dans un endroit qualifié de zone rouge pandémique… Cela me mettait mal à l’aise…

Au final j’ai décidé de rester à la maison, chercher un studio à proximité de mon domicile, ce qui a constitué un vrai challenge. Puis j’ai trouvé et enregistré. On ne peut pas dire que j’ai été malade cette fois, mais stressée, oui clairement! C’était une situation inhabituelle.

Epica

PL : Sinon, j’ai lu que vous avez tous travaillé ensemble sur cet album. Et même que Joost (Van Den Broek, producteur) avait repris les platines de mixage. Et que vous aviez pu enregistrer le cœur des enfants et la philharmonique juste à temps avant le lock-out. Cet album est né sous une bonne étoile, non?

SS : Oui on peut dire qu’on a eu de la chance même. Quand on prévoit les choses tardivement on est souvent coincés. Tout s’est déroulé avec énormément de réussite. On a essayé et réussi a trouver ce dont on avait besoin à côté de chez nous. Et surtout dans les temps. Ma mère est dans une chorale, pour le fun. Et tu sais qu’ils ne peuvent plus se rencontrer. C’était le bon moment pour Epica au final. Juste avant le lock-out.

Mon amie Elyze Ryd, d’Amaranthe, a pris l’avion en provenance du Danemark une heure avant la fermeture des aéroports pour finaliser leur album! Elle a aussi été chanceuse!

PL : Ariën (Van Weesenbeeck, batteur) a des lignes vocales sur cet album?

SS : Non , malheureusement, car Mark a du enregistrer ses parties vocales chez lui, et cela a rendu ceci impossible. Il a une tonalité plus basse que Mark. Mais je sais qu’il a chanté sur une symphonie metal de Noël au Pays Bas.

Il a aussi été pour la première fois micro en main sur scène pour chanter le Angel Of Death de Slayer! Et il a fait du bon boulot. Il est bien plus fan de Slayer que moi. Je ne suis pas très Thrash Metal. Je préfère le Black, comme Dimmu Borgir, que j’écoutais beaucoup dans ma jeunesse. D’ailleurs je trouve que leur dernier album (Eonian) est très bon. Je l’aime beaucoup.

PL : En écoutant la chanson Code Of Life, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Fools Of Damnation sur l’album The Divine Conspiracy. Mais plus mature, plus réussie. Et je me suis laissé entendre dire que c’était ta préférée de l’album. Vrai ?

SS : Oui, c’est l’une de mes préférées avec Kingdom Of Heaven, pour être précis. J’aime tout en fait, évidemment. Mais si je devais choisir… Mon fils aussi aime beaucoup cette chanson. Fools Of Damnation était vraiment une chouette chanson. Jai pris beaucoup de plaisir à la chanter. Elle était si dure que j’avais besoin de boire énormément à la fin (rires). Oui il y a quelque chose en effet. Les inspirations orientales sans doute.

PL : J’ai aussi vu que pour la sortie de Freedom, vous avez soutenu le WWF dans une très noble cause. Peux tu développer pour nous?

SS : Oui c’est une idée de Nuclear Blast, car l’histoire parle de loups, métaphoriques, représentant le bien et mal en nous. L’idée est d’adopter un loup gris, en partenariat avec WWF. C’est une adoption virtuelle évidemment. Même si chez moi nous avons un “chien loup” gris. Et mon fils l’adore. C’est son loup à lui!

PL : Alors, à quand ce duo avec Elyze (Ryd, Amaranthe)?

SS : Quand ça arriva… Peut être demain, je l’espère. Je le souhaite même de tout mon coeur.

PL : Sinon, une petite question de parent à parent: comment va la scolarité de Vincent?

SS : Les écoles sont fermées en Allemagne malheureusement. Donc il n’y est pas en ce moment. Il aime beaucoup les Mathématiques, mais il n’aime pas beaucoup travailler, comme la plupart des enfants de son âge. Il est en secondaire.

Mais c’est un jeune homme très intelligent. Il aime aller a l’école, donc ça va aller. En ce moment il est content d’être a la maison avec ses parents, bien qu’étant enfant unique, il se sent un peu seul. Moments étranges…. Après comme il est en secondaire, il a accès au digital désormais.

PL : Enfin, pour conclure, la question traditionnelle de Pozzo Live: à ton avis, qui penses tu que nous devrions interviewer après toi? (au fait, Mark m’a dit Floor Jansen)

SS : Peut être Anneke Van Giersbergen. Elle sort son album le même jour que nous. Coïncidence amusante.

Merci beaucoup pour cette interview. Pour le fan que je suis, c’était un honneur.

Un grand merci a Nuclear Blast et JMT Consulting.

Chaîne YouTube officielle d’Epica

Site officiel du groupe

Nos interviews, nos chroniques, nos news

 

Vous allez aimer !