L’English Man faisait halte dans la ville lumière hier soir 25 octobre 2019 pour défendre sur scène My Songs, réenregistrement des plus grands tubes de sa carrière. La Halle Tony Garnier de Lyon, préalablement chauffée par Antoine Elie, se tient prête à l’arrivée de Sting et de ses musiciens sur une scène aux décors minimalistes.

A 21h précise, la salle est plongée dans le noir complet, et c’est alors que notre invité du soir foule la scène… sans sa mythique basse, et le bras en écharpe. En effet, le maestro s’est blessé quelques jours avant, mais qu’à cela ne tienne. On annule pas une tournée pour un bras en écharpe ! “Je ne jouerai pas de la basse ce soir, mais je peux encore chanter !” Clame-il haut et fort dans un très bon français aux connotations british.

Le show peu commencer ! Et c’est avec une grande intimité que Sting s’adresse à son public en lui contant une histoire. Son histoire, les débuts de sa carrière dans les bars et hôtels miteux, jusqu’à la rencontre d’une femme, “Roxanne” ! Et en avant la musique. Les musiciens interprètent ce titre phare de la carrière de Sting dans une version personnelle, douce et riche en émotion, celle-là même qui apparaît dans le nouvel album. Et tant qu’à introduire cette soirée par des tubes, allons-y gaiement : “Message in a bottle”, également interprétée dans la version de My Songs est jouée, introduite à nouveau par une histoire autour de ce morceau.

Les jeux de lumières apportent une superbe richesse visuelle au show, sur une scène noire qui met particulièrement en valeur les musiciens. Les morceaux s’enchainent et ne se ressemblent pas : la multitude d’influences du british et ses arrangements tantôt style Reggae, tantôt Soul, tantôt Rock offrent une réelle profondeur au concert.

Parfois même, des clins d’œils sont glissés à l’intérieur des morceaux, à l’image d’extraits de “Get Up, Stand Up” glissés à l’intérieur de “Walking on the Moon” ou “No Woman, No Cry” durant “So Lonely”. 17 titres et un “Every Breath You Take” en guise de conclusion, et le maestro quitte la scène sous l’ovation générale. Cependant, le public a encore faim, et en demande un peu plus avec avidité.

Répondant à leur appel, les musiciens se replacent, le temps de trois derniers titres avant de définitivement souhaiter une bonne nuit au public lyonnais, conquit. Si pour ménager sa blessure, Sting est resté statique tout au long du concert, sa présence, sa complicité avec le public et son charisme ont emplis la Halle Tony Garnier pour offrir aux spectateurs le meilleur de sa musique au sein d’une tournée rétrospective de sa florissante carrière.

Setlist :

Roxanne
Message in a Bottle
If I Ever Lose My Faith in You
Englishman in New York
If You Love Somebody Set Them Free
Every Little Thing She Does Is Magic
Brand New Day
Seven Days
Whenever I Say Your Name
Fields of Gold
If You Can’t Find Love (Sting & Shaggy cover)
Shape of My Heart
Wrapped Around Your Finger
Walking on the Moon
So Lonely
Desert Rose
Every Breath You Take

Rappel :
King of Pain
Russians
Fragile

Un très grand merci à Live Nation pour l’accréditation.

Vous allez aimer !