Terreurs de Jeunesse

par Droogz Brigade

8
sur 10

À Toulouse, il n’y a pas que la chocolatine et les murs roses. En 2003, quatre petits gars ayant baigné dans le cinéma, le punk et le hip hop des années 90, décident de se regrouper sous le nom de Droogz Brigade. Les cinéphiles reconnaîtront ici le clin d’œil aux droogies d’Orange Mécanique…

Cinq ans après sa formation, le groupe sort son premier EP, Dissection. Il faudra attendre 2016 pour voir naître l’excellent premier album de la formation. Parfait du début à la fin, Projet Ludovico propulsera Droogz Brigade sur la scène rap underground française avec des titres percutants comme Pogote avec ton nodz  ou  Coffre à jouets.

C’est en ce 2 juin 2020 que les toulousains se décident à nous sortir une méga compilation regroupant tous les titres et démos jamais parus depuis leur constitution ! Au programme de Terreurs de Jeunesse, pas moins de 44 titres pour presque 2 heures de musique. La bande à Al’Tarba navigue sur un hip hop tantôt lourd et énervé (Coup de sang, État de crasse, Staff fracasse…) tantôt plus calme et mélodique (La citadelle, Padawans, Le cimetière des éléphants…) sans pour autant lâcher ce flow rageur si caractéristique du groupe.

Ce genre de compilation est intéressante car elle permet de voir l’évolution qu’à subit Droogz Brigade depuis plus de quinze ans. Et si musicalement on sent que le groupe n’a pas perdu sa niaque, il apparaît qu’un grand pas a été franchit dans les compositions, et dans l’articulation du chant. Les anciens sons sont relativement courts, plutôt de l’ordre de démo de moins de deux minutes mais certains titres sont bien plus longs, allant jusqu’à 6’15 pour 2005 freestyle !

Terreurs de Jeunesse est aussi l’occasion de découvrir des tentatives plus originales du quatuor. Level One et sa compo en 8 bits, Principles of Pain rappé en anglais avec en invité les canadiens de Psych Ward, Pessimistes et sa première partie en espagnol ou encore Rose Urbaine / Rat des villes, bel hommage à la ville rose avec son incorporation du célèbre « Ô Toulouse » de Nougaro.

Pour conclure, Droogz Brigade nous livre avec Terreurs de Jeunesse une bien belle compilation, très riche en sons et surtout de qualité. Un bon moyen de suivre l’évolution du groupe depuis leur formation et ce qui les a amenés à pondre la pépite qu’est Projet Ludovico. On attend la suite avec impatience !

Vous pouvez vous procurer le skeud sur le Bandcamp du groupe ou sur vos plateformes de streaming habituelles.

Vous pouvez retrouver toutes nos interviews ici. Pour nos chroniques, ça se passe .

Tacklist :

01. Empire Droogz
02. Coup de Sang feat. Open Mic
03. L’ange gauche version 1
04. Les 16 Passions Meurtrières
05. Padawans
06. Relativise
07. Psychose
08. Paradis Artificiels
09. Droogzilla
10. L’ange gauche version II
11. Entre enfer et 7ème ciel
12. Une bonne golden
13. Ronde de nuit
14. Le cimetière des éléphants I
15. Vic Vega La Grande Bouffe
16. Cache Misère
17. Etat de Crasse
18. Dans la Jungle
19. Le cimetière des éléphants version II
20. Level One
21. L’équipe de Crados
22. Principles of Pain feat. Psych Ward
23. Polar
24. La citadelle feat Stick, Pedro, PX et Inch
25. Moloko Weed
26. Averses Acides
27. Portraits de soldats
28. Planète Hurlante
29. L’Ile du Docteur Moreau
30. Rose Urbaine – Rat des Villes
31. Couplets Perdus
32. Nous Contre Eux feat. Psych Ward
33. Rencard avec un croque-mort
34. Train de nuit
35. Haine Fraîche
36. Staff Fracasse
37. 2005 Freestyle Feat. PX
38. Pessimistes feat. Pablo et Kabor
39. Prédateur
40. Terreurs de Jeunesse
41. Le règne des fous
42. Bonus track : Molodoï Gloupides
43. Bonus track : Montée de Vellocet
44. Bonus track : les Enfants de Baphomet

Terreurs de Jeunesse

par Droogz Brigade

8
sur 10

Vous allez aimer !

Review

Étendues – UssaR