Amends

par Grey Daze

10
sur 10

Troisième album de Grey Daze, le premier groupe de Chester Bennington, Amends est sorti le 26 juin dernier. Une catharsis.

Fondé en 1993, Grey Daze c’est le premier groupe de Chester Bennington, le groupe de ses 15 ans, cette période durant laquelle il avait le crâne plein de dreads. Peu connu du grand public, Grey Daze a sorti 2 albums grunge (Wake Me et …No Sun Today) avant de se séparer en 1998. Chester fera ensuite son chemin avec Linkin Park, sans pour autant oublier Sean Dowdell, batteur et fondateur de Grey Daze, avec qui il restera ami tout au long de sa vie.

En 2016, en pleine tournée, Chester Bennigton contacte justement Sean Dowdell avec une idée derrière la tête : celle de ré-enregistrer leurs albums et d’enchaîner avec quelques concerts locaux. Grey Daze se reforme alors. Le travail et l’enregistrement devaient démarrer après la tournée “One More Light”, en 2017 de Linkin Park. Projet avorté pour la raison que nous connaissons tous : le décès de Chester Bennington le 20 juillet 2017…

Grey Daze Amends

Après le deuil, vient alors cette folle idée de reprendre et terminer ce projet. Pour ce faire, Sean Downdell réutilise les enregistrements initiaux de Chester réalisés en 1994 et 1997 et fait alors appel à plusieurs artistes : Brian « Head » Welch et James « Munky » Shaffer de Korn, Ryan Shuck d’Adema, Marcos Curiel de P.O.D, Chris Traynor de Bush, la chanteuse LP et Jaime Bennigton, le fils de Chester.

L’objectif : lui rendre hommage une dernière fois. 2 ans et demi plus tard, Amends débarque. 

Amends

11 titres, 39 minutes, Amends est un album qui va en faire pleurer plus d’un. Oui je m’inclus dedans. Dès les premières secondes de Sickness, j’ai lâché deux – trois larmes. Cette voix… MAIS CETTE VOIX. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la voix de Chester n’est pas excessivement retravaillée. Il n’y pas beaucoup d’effets ajoutés et comme Sean l’explique, “les enregistrements étaient déjà très bons” (pour rappel: il s’agit d’un mix entre les enregistrements des deux premiers albums).

“Au début, c’était vraiment difficile.Je ne savais tout simplement pas pas où commencer. Nous avons enlevé toute la musique et nous avons commencé à écouter les pistes vocales isolées de Chester. Nous avons travaillé sur l’arrangement et avons essayé de rendre sa voix aussi bonne que possible, ce qui n’était pas trop difficile puisque ses performances originales sonnaient déjà très bien. Une fois terminé, nous avons commencé à réécrire les pistes autour de sa voix, tout en mettant en avant sa performance vocale. C’était difficile, mais cela a fini par tous nous guérir”.

On rappelle l’âge de Chester lors de ces “enregistrements”?… Sa voix est incroyable. Avis au fans de Linkin Park qui se sont senti trahis après Meteora : B12, She Shines (!!!!), Sickness, Just Like Heroin… M’en ont mis plein les tympans. On a évidemment des morceaux beaucoup plus mélodiques qui mettent en avant la polyvalence de ce génie… Morei Sky, Shouting Out, Sometimes (ce cri sur le refrain <3), What’s In The Eyes, Soul Song.

On est sur un album entre grunge et neo metal, voire rock parfois, plutôt homogène musicalement, entre la douceur et la colère et bien exécuté vu le travail en amont qu’il nécessitait. On est pas sur quelque chose de fou musicalement, pas de révolution, pas de grandes compositions, Amends s’avale d’une traite, le coeur noué. Comparé aux chansons originales, le rythme est un peu plus rapide, les sonorités sont un peu moins grunge et on note également l’ajout de son électroniques et d’un peu plus de guitare. Les temps changent.

Amends est donc en quelques sortes une réédition travaillée et un condensé des deux premiers albums de Grey Daze. Mais Amends est un album très dur à écouter. Non seulement ré-entendre la voix de Chester Bennington peut être difficile mais les paroles… On est toujours principalement sur une thématique dépressive, un véritable appel à l’aide. Le clip de Sometimes, sorti en avril, est lui aussi difficile à regarder.

Pour résumer

Difficile de faire la chronique d’un album qui est en fait une réédition. Amends, ce n’est pas l’album de l’année, il ne vient pas révolutionner un genre, ni n’a pour objectif de faire briller Grey Daze ou encore d’enrichir ses membres. Amends, c’est l’histoire finalement d’un hommage tout simplement. Et le contrat est parfaitement rempli. Reprendre là où Grey Daze s’était arrêté, tout en ancrant l’ensemble dans l’air du temps, avec un véritable message de soutien derrière. Au-delà du fond, la forme, l’album : je le conseille bien évidemment aux inconditionnels de Linkin Park mais également à vous, qui comme moi avez lâché ce groupe après Meteora. Juste par simple curiosité.

Un one shot du coup ? Peut-être pas ! Sean prévient qu’ils ont encore assez de matos pour sortir un second album. A suivre ! En attendant, on vous laisse avec l’originale de Sometimes.

Tracklist :

1. Sickness
2. Sometimes
3. What’s in the Eye
4. The Syndrome
5. In Time
6. Just Like Heroin
7. B12
8. Soul Song
9. Morei Sky
10. She Shines
11. Shouting Out

La page officielle de Grey Daze

Amends

par Grey Daze

10
sur 10

Vous allez aimer !